AccueilTerritoiresCavem : du biogaz issu d'une économie circulaire et exemplaire

Cavem : du biogaz issu d'une économie circulaire et exemplaire

Depuis quelques jours, les premiers mètres cubes de biogaz issus du nouveau dispositif de la station d'épuration du Reyran, implantée à Fréjus, sont injectés dans le réseau GRDF alimentant les foyers de la Cavem (Communauté d'agglomération Var Estérel Méditerranée). Une première de cette importance en Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Cavem : du biogaz issu d'une économie circulaire et exemplaire
Olivier Réal - Philippe Chaniol, directeur de Territoire Estérel de Veolia, et Roland Bertora, président de la Cavem.

TerritoiresVar Publié le ,

Depuis le 18 mars derniers, le nouvel équipement de la station d'épuration du Reyran, à Fréjus, permet de réduire les boues de 30% et de produire du biogaz qui est injecté dans le réseau GRDF. Une première dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et la quatrième installation de cette importance en France, selon Roland Bertora, président de la Communauté d'agglomération Var Estérel Méditerranée (Cavem), et Philippe Chaniol, directeur de Territoire Estérel de Veolia, délégataire de service public de la station.

Par un dispositif appelé digesteur et un process novateur qui est amené à se développer partout en France, il s'agit, en résumé, grâce à cette unité de méthanisation de récupérer et de digérer les boues d'épuration sans brûler d'énergie fossile afin de produire du biogaz. 30% de la consommation du secteur Fréjus/Saint-Raphaël seront ainsi fournis en été ; 4000 foyers seront alimentés en hiver, soit 20% du gaz distribué, sachant qu'à terme 100 % devront suivre ce chemin vertueux. L'enjeu est de première importance sur le territoire de la Cavem, qui produisait jusqu'à présent seulement 2% de son énergie.

« On arrête de faire les shadoks »

Portée par son président sur un large spectre d'économie circulaire pour laquelle elle est pilote sur le plan régional, la Cavem montre l'exemple en la matière et rassemble ses partenaires privés et publics. Le nouvel équipement a coûté 7,3 millions d'euros, dont 45% de participation de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée, et bénéficié d'aides de la Région (700 000 euros), de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (650 000 euros), tandis que le solde a pris la forme d'un avenant concessif de la part de la Cavem au délégataire Veolia, au regard de son investissement. L'amortissement est prévu à l'horizon 2025.

L'ingéniosité du procédé, mais aussi du montage juridique et financier, permet à la Cavem d'envisager 750 000 euros de recettes issues de la vente de gaz dès 2020, de même que 360 000 euros d'économies sur les évacuation de boues (réduites désormais) par des voyages (jusque dans le Vaucluse) qui ne se feront plus. Les boues en question étant les principaux déchets émis par les stations. « On protège l'environnement, on gagne de l'argent et on arrête de faire les shadoks », explique Roland Bertora, dont la transition énergétique est l'un des trois volets majeurs de sa stratégie de développement durable, avec la transition écologique et générationnelle.

Notre focus complet sur la politique menée par la Cavem est à retrouver prochainement dans TPBM. Cliquez ici pour plus d'informations sur nos offres d'abonnement, à partir de 20 €/an.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?