Fermer la publicité

Cavaillon : huit millions d'euros pour la restauration de la cathédrale

Vaucluse le - - BTP

Cavaillon : huit millions d'euros pour la restauration de la cathédrale
Ville de Cavaillon - La première phase des travaux concerne notamment la consolidation de la coupole.

Un vaste chantier de rénovation et de restauration de l'église romane Notre-Dame et Saint-Véran a commencé début janvier. L'ancienne cathédrale est localisée dans le centre historique de Cavaillon, au pied de la colline Saint-Jacques. Ce chantier, qui va se dérouler sur cinq phases, nécessite un budget de 8 millions d'euros HT. Les partenaires financiers sont la Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d'Azur, le conseil régional et le Département de Vaucluse.

Un échafaudage recouvre la cathédrale de Cavaillon. Il est synonyme d'une grande phase de travaux concernant cet édifice religieux qui a commencé ce début d'année avec la restauration de la façade. « La grande problématique de ce chantier est de rendre le lustre de cet édifice. La première phase va durer jusque 2021, pour un budget de 2,9 millions d'euros HT dont 1,2 million HT pour la partie maçonnerie, et elle concerne la façade et la consolidation de la coupole. L'ensemble du chantier devrait quant à lui durer cinq années », explique Gérard Daudet, le maire de Cavaillon.


Lire aussi : La Ville de Cavaillon s'attaque aux pathologies de l'église Notre-Dame et Saint-Véran


Les travaux ont été arrêtés durant le confinement. La reprise a ensuite été échelonnée. Une personne est intervenue le 4 mai en première intervention. Puis chacun est rentré de façon progressive. Deux entreprises étaient présentes le 22 mai, chacune de leur côté. Les couvreurs ont disposé d'une sapine pour accéder à la toiture pour éviter tout contact avec les autres personnes travaillant sur le chantier.

« Un retable en bois doré a été déménagé pour une restauration complète, poursuit l'édile. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec la Drac [Direction régionale des affaires culturelles, NDLR] qui nous a conseillés pour les entreprises qualifiées comme la société Mariani. Nous avons démonté la cloche et nous allons reconstituer le carillon d'origine. Nous tenons absolument à ce que la population de Cavaillon s'approprie ce monument. Un événement festif aura bien évidemment lieu dans ce sens. » Les chantiers ultérieurs concerneront la restauration des peintures murales ainsi que les vitraux. Le mobilier constituera la dernière étape.

Une étude préalable

Au préalable, une étude de diagnostic a été réalisée entre 2016 et 2018 par le cabinet d'architectes Atelier Kunz-Lefèvre, situé à Rustrel. Elle a montré de nombreuses fragilités d'édifices, notamment au niveau de la structure : fissurations et microfissurations, problèmes d'appuis et de descente de charges, vidage des maçonneries, desquamation de la pierre, décompression des maçonneries, remontées capillaires, végétalisation et oxydation.

« Notre mission globale était d'évaluer toutes les pathologies du bâtiment, de différentes natures. A partir de là, nous avons déterminé un projet de restauration en structures, peintures, sculptures et maçonneries. Un chiffrage a alors eu lieu. La mairie nous a ensuite fait un retour précis de l'investissement qu'elle désirait réaliser. Nous travaillons en collaboration avec un bureau d'études structures spécialisé dans ce genre de bâtiment », explique Martin Lefèvre, le patron du cabinet Kunz-Lefèvre qui a par ailleurs déjà restauré l'église de Pertuis ou encore le planétarium de Saint-Michel l'Observatoire (Alpes-de-Haute-Provence).


Lire aussi : L'atelier Kunz-Lefèvre dessine le nouveau planétarium de Saint-Michel-l'Observatoire


La façade sud terminée mi-août

Le travail de ce cabinet a été un savant dosage entre le fait de conserver l'histoire de cet édifice et d'y ajouter des innovations technologiques du XXIe siècle pour une bonne conservation, comme le procédé du coulinage pour les pierres de taille. Une recherche des fondations a également été réalisée suite à un carottage et une opération de pressiomètre. L'assise de cette cathédrale est excellente avec des fondations de 7,5 mètres, suivie d'une semelle de béton romain d'1,50 m qui se trouve sur un lit de galets de la Durance, ce qui donne une excellente stabilité.

Le premier chantier concerne la restauration de la façade avec certains changements de pierres et des enduits. La priorité cet été est de s'occuper de la façade sud qui devrait être terminée mi-août. Elle donne en effet sur une cour d'école. Pour l'intérieur de l'église, les travaux de coulinage sont effectués pour reboucher les fissures. Pour ce qui est des mobiliers, les différents ateliers retenus par le chantier les restaurent dans leurs murs.

Les entreprises retenues

  • Mariani, Girard (maçonnerie et la taille de pierre de taille)
  • Euro Toiture (charpente et couverture)
  • Atelier Thomas (vitraux et ferronneries)
  • Sud France (menuiseries)
  • Atelier Bouvier (sculptures)
  • Atelier Tournillon, Amoroso Waldeis, Sinopia, Vetillard-Delumeau, Cadot (décors peints, mobilier religieux)
  • Azur Carillon (campanaire)
  • Etablissement de Chant-Viron (lustrerie)
  • Brès (électricité)



Olivier Muselet
Journaliste

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer