AccueilBTPCathédrale de Gap : 1,4 M€ engagé pour restaurer la toiture

Cathédrale de Gap : 1,4 M€ engagé pour restaurer la toiture

La couverture défectueuse de la cathédrale Saint-Arnoux à Gap va être restaurée dans le cadre du plan cathédrale, volet « patrimoine » du plan France Relance.
Cathédrale de Gap : 1,4 M€ engagé pour restaurer la toiture
A. Baradat - Fin novembre 2021, les premiers échafaudages devraient se dresser autour de l'emblématique ouvrage gapençais afin de restaurer les 1 500 m2 de toiture.

BTPHautes-Alpes Publié le ,

« La mise hors d'eau de l'édifice avec la restauration des couvertures de la nef, du transept, des bas-côtés et du chevet était nécessaire et programmée. Le plan de relance a permis d'accélérer le calendrier des travaux », explique Yann Visseaux, chargé de conservation et de restauration des patrimoines des Hautes-Alpes. Il ajoute : « Les travaux permettront d'épargner les charpentes et les voûtes intérieures des infiltrations d’eau importantes, déjà visibles à l’intérieur. »

La maîtrise d'ouvrage a été confiée à Michel Trubert, architecte en chef des monuments historiques, territorialement compétent. « Il faut reconnaître que l'édifice, achevé en 1904, a été assez mal pensé notamment par rapport à la rigueur du climat hivernal », complète Fabien Passavy, architecte du patrimoine et collaborateur de Michel Trubert.

Gap : la place de la cathédrale a été inaugurée

Assurer la pérennité de la cathédrale de Gap

 « Nous allons  apporter quelques solutions techniques, poursuit-il, avec une modification des chéneaux [canaux recueillant les eaux de pluie pour les évacuer, NDLR] pour la restauration du système d'évacuation des eaux pluviales. Un gros travail d'étanchéité sera aussi réalisé sous les tuiles. »

« Les travaux permettront d'épargner les charpentes et les voûtes intérieures des infiltrations d’eau importantes, déjà visibles à l’intérieur. » (Crédit : A. Baradat)

La cathédrale Saint-Arnoux a été bâtie de 1867 à 1904. Dernière grande cathédrale « traditionnelle » construite en pierre de taille, elle a été classée monument historique le 9 août 1906. Après la restauration des façades ouest et nord achevée en 2019, celle de la couverture permettra d'assurer la pérennité de l'édifice religieux mais pas seulement. « Les incendies des cathédrales de Notre-Dame-de-Paris et de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes ont imposé une campagne de mises en conformité électrique.Pour la Cathédrale Saint-Arnoux, nous sommes en phase d'étude de la sécurité incendie. Les installations électriques de ces édifices sont de toutes les époques et très souvent chaotiques », observe Fabien Passavy.

Protéger les espèces du lieu

Fin novembre 2021, les premiers échafaudages devraient se dresser autour de l'emblématique ouvrage gapençais afin de restaurer les 1 500 m2 de toiture. « Nous avons dû intégrer le souci de préservation des oiseaux,  hirondelles et martinets, qui colonisent l'édifice. Des nichoirs provisoires seront ainsi installés avant le lancement des travaux », précise l'architecte du patrimoine. Une séquence de diagnostic plomb et amiante sera aussi réalisée en amont de l'opération.

Coté financement des travaux, une première tranche ferme de 12 mois, à hauteur de 1,2 M€, sera débloquée en 2021 au titre du plan de relance. Une seconde tranche optionnelle de 5 mois de 200 000 € suivra en 2022.

Enfin, au terme de la campagne de restauration des façades, l'horloge de la cathédrale, soustraite pendant la durée des travaux, n'avait pas été réinstallée. « Le mystère de l'horloge n'en est pas un. Le problème est lié à une entreprise défaillante. L'horloge est actuellement dans un atelier de restauration. Elle sera remise en place avant Noël », rassure Fabien Passavy.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?