AccueilDroit et chiffreCarpentras : Emile-Henri Biscarrat, futur bâtonnier très attaché aux libertés

Carpentras : Emile-Henri Biscarrat, futur bâtonnier très attaché aux libertés

Emile-Henri Biscarrat deviendra, le 1er janvier prochain, bâtonnier de Carpentras. Il souhaite poursuivre l’action de son prédécesseur, Frédéric Bassompierre, sur la défense des libertés, garantes de la mission d’avocat.
Carpentras : Emile-Henri Biscarrat, futur bâtonnier très attaché aux libertés
E. Brugvin - Emile-Henri Biscarrat, nouveau bâtonnier de Carpentras, devant l'arc de triomphe d'Orange.

Droit et chiffreVaucluse Publié le ,

Installé à Orange dans un cabinet avec vue sur l’arc de triomphe, Emile-Henri Biscarrat deviendra, le 1er janvier, le prochain bâtonnier du barreau de Carpentras.

« J’agirai dans la continuité de mon prédécesseur, Frédéric Bassompierre, assure-t-il. Nous resterons inflexibles sur le secret professionnel et demeurerons très vigilants sur les décisions qui impacteraient notre système de retraite. Nous serons très attentifs sur les projets de nous imposer des résumés de 1 000 caractères pour présenter nos dossiers et à l’imposition par le législateur de reformes déstabilisantes quand elles n’intègrent pas l’organisation de leur mise en œuvre sur le terrain. Avec cette nouvelle mission, j’aurai la possibilité d’exprimer ces remontées du terrain à la Conférence des bâtonniers et au Conseil national des barreaux. »

L’avocat orangeois se félicite de pouvoir porter la voix d’un barreau qui réussit à rester de taille humaine avec des 102 avocats, féminin à 80 %.

Attaché parlementaire

Loin d’avoir commencée dans les prétoires, cet avocat de 48 ans dispose d’une riche carrière. Ses études à Aix-en-Provence se concentrent sur le droit public - même s’il n’exercera jamais cette discipline. Puis, il effectue un doctorat d’un an en Angleterre dans le cadre d’Erasmus finalisé par une thèse sur les EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale).

Fils de Louis Biscarrat, agriculteur et maire de Jonquières (6 000 habitants), l’étudiant en droit rêve d’intégrer Sciences Po. Chose faite en parallèle de ses études avec l’intégration de 1994 à 1997 de l’IEP d’Aix-en-Provence. « L’approche de cette école m’a appris à développer une réactivité sur des sujets les plus variés et a révélé mon amour pour le travail en équipe », aime-t-il à souligner.

Ce contact avec le milieu politique le conduit de 1997 à 2001, à devenir attaché parlementaire en circonscription de Thierry Mariani, alors député du Nord Vaucluse. Puis de 2002 à 2007, attaché parlementaire à Paris de Mansour Kamardine, député de Mayotte. Il a participé avec l’élu d’Outre-mer à d’importantes évolutions juridiques qui connurent de forts impacts sur les mutations sociales sur l’île. Emile-Henri Biscarrat partage de 1997 à 2004 ses missions avec celle de chargé de travaux dirigés en droit constitutionnel, à la faculté de droit d’Avignon. 

Avocat par « liberté »

Puis en 2007, Emile-Henri Biscarrat décide de devenir avocat « car je voulais être libre, pouvoir choisir mes causes, mes clients, gérer mon temps, défendre mes convictions, combattre pied à pied une proposition indécente, d’une compagnie d’assurance par exemple, pour défendre un citoyen ».

L’attaché parlementaire intègre alors un cabinet à Marseille où il restera quatre ans. « Aux côtés de Frédéric Monneret et Denis Fayolle, de grandes personnalités et de grands orateurs, je me suis pris de passion pour le droit pénal. Cette discipline assure une grande proximité avec les clients et nécessite une grande réactivité au sein d’un barreau ouvert et généreux. »

Proximité

En 2011, Emile-Henri Biscarrat retrouve son Haut-Vaucluse et s’installe à Orange. Il y aménage un garage tout près du centre-ville, rue de la Levade. « Fils d'un maire de proximité, je découvre le métier d’avocat de proximité. J’en garde la ferme volonté d’accepter des missions de clients de toutes conditions et pas seulement des plus aisés. » Fort de son expérience marseillaise, Emile-Henri Biscarrat prend essentiellement des dossiers en pénal, droit social, dommages corporels, et quelques affaires en civil et commercial.

Puis il déménage dans de nouveaux locaux face à l’arc de triomphe où il aime à recevoir ses clients dans son jardin face au monument aux 2 000 ans d’histoire. Son cabinet dispose d’une antenne à Vaison-la-Romaine où son épouse, Carole, une Jonquiéroise avec qui il a élevé trois enfants, gère un magasin de confection. Jamais trop éloigné de la chose politique, Emile-Henri Biscarrat est élu municipal à la mairie de la cité voconce. Et toujours proche du terroir, il partage le reste de ses semaines comme viticulteur, sur 14 ha à Visan et Saint-Maurice-sur-Eygues, paysan dans ses champs de lavandes à Jonquières et au milieu de ses chênes truffiers. Une fois sorti de ses terres, Emile-Henri Biscarrat s’adonne à sa nouvelle passion, la chasse traditionnelle sur les pentes du Ventoux.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?