Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Artisan Caroline Bourret, luthier saxophone, donne le « la »

le - - Economie

Caroline Bourret, luthier saxophone, donne le « la »
A. Ricci - Caroline Bourret se lance exclusivement comme "luthier saxophone" en 2010.

Il ne reste plus que trois « luthier saxophone » en France. Caroline Bourret est l'une d'entre eux. Rencontre avec l'artisane qui tient « L'atelier du saxophone » à Orange.

Une centaine de pièces… c'est ce qui compose un saxophone. Cet instrument de musique à vent, appartenant à la famille des bois, Caroline Bourret a toujours eu envie d'en jouer. Elle n'a pu accomplir sa passion qu'à l'âge de 16 ans en poussant la porte du conservatoire d'Orange. Après avoir vu un reportage télévisé sur l'école de luthier du Mans (Institut technologique européen des métiers de la musique), elle se décide à intégrer, de 2002 à 2004, la seule école en Europe qui forme à la réparation des instruments à vent. En sortie d'école, elle est embauchée par un luthier à Tarascon, puis se met à son compte en 2006 à Orange. « A l'époque, je faisais tous les instruments à vent. J'avais un magasin et un atelier », explique Caroline Bourret, luthier saxophone.

Mais l'arrivée des magasins de musique en ligne a bouleversé le marché. Caroline Bourret en profite pour faire une pause dans sa carrière. « Je me documente sur les Etats-Unis. Là-bas, les métiers de luthier sont très spécialisés par instrument. Je décide de me lancer exclusivement comme "luthier saxophone" en 2010 », souligne-t-elle. L'Itemm fait appel à elle comme intervenante. Elle va nouer un partenariat avec des luthiers de Chicago. En échange de son savoir-faire sur la marque de saxophone française Selmer, elle se forme sur les saxophones américains Martin, Buescher, King et Conn. Pour elle, « les Américains ont un autre rapport à l'instrument. Ils les customisent. Ils les font vivre. » Elle est d'ailleurs la seule française à faire partie de la National Association of Professional Band Instrument Repair Technicians*.

Pour monter en gamme

Caroline Bourret entend être au niveau de ses clients. Elle vient de suivre un stage de jazz à la New York Jazz Academy « car pour être un bon "luthier saxophone", il faut avoir une bonne pratique de l'instrument ». A Orange, dans L'atelier du saxophone, elle répare, restaure, customise et vend des becs pour saxophone. Une centaine de saxos passe dans ses mains expertes chaque année. « En réparation, je fais du débosselage, de la soudure, du remplacement de pièce. En entretien, je démonte l'instrument, le nettoie et reprend les réglages. En restauration, je remets en vie les instruments des années 30 en changeant les pièces : tampons, lièges, gaines, feutres, ressorts », évoque-t-elle. Elle sait tout des sept sortes de saxos : le sopranino, le soprano, l'alto, le ténor, le baryton, la basse et la contrebasse.

Dans son atelier, Caroline Bourret travaille dans une ambiance jazzy. Sax Deluxe et Paul Desmond sont ses préférés. « Le jazz, c'est ma vie », aime-t-elle souligner. Pour rester dans le vent, Caroline Bourret poursuit sa quête de spécialisation. Elle s'est décidée à fabriquer des becs de saxophones, car il n'existe plus de fabrication artisanale en France. Elle retourne l'année prochaine aux Etats-Unis pour acquérir ce savoir-faire et explorer l'incroyable variété de becs… Il en existe plus d'un millier à travers le monde.

* Association américaine des réparateurs d'instruments à vent.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).





Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer