Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Cap 3000 achève un chantier titanesque de 650 millions d'euros

Alpes-Maritimes Publié le - - Urbanisme

Cap 3000 achève un chantier titanesque de 650 millions d'euros
R. Mario - Cap 3000 est désormais complètement tourné vers la mer.

Le premier centre commercial de France créé il y a 50 ans, passé dans le giron d'Altarea Cogedim en 2010, aura bénéficié fin 2020 d'une restructuration-extension sans précédent : 650 millions d'euros d'investissements et cinq ans de travaux.

Le 6 novembre prochain, Cap 3000 franchira une étape symbolique de sa métamorphose engagée en 2015 avec l'ouverture d'une série de nouvelles boutiques et restaurants face à la mer. Il y en aura au total 250 dont 23 restaurants dans ce centre commercial historique - le 1er créé en France en 1969 -, modernisé de fond en comble. Ultime étape attendue de sa transformation : l'ouverture, fin 2020, de nouvelles boutiques de luxe et de restaurants en zone sud, le « Corso », qui portera l'offre totale à 300 boutiques, dont 40 restaurants.

Elle parachèvera la mise en place d'une offre commerciale renouvelée, comportant entre autres des loisirs (un Metropolitan Fitness & Spa de 3600 m² !) et de la découverte, comme un espace d'exposition immersive sur les océans, développé avec MK2+ et le musée océanographique de Monaco. « Nous avons voulu créer sur ce site exceptionnel, face à la mer, un centre de nouvelle génération, un nouveau lieu de vie en phase avec les attentes d'une clientèle régionale et internationale », confirme Ludovic Castillo, président d'Altarea Commerce.

Plus de stationnement extérieur

Grâce à cette rénovation-extension de 650 millions d'euros dont 350 millions d'euros de travaux, portée par Altarea Cogedim avec ses partenaires ABP et Predica, le centre commercial situé à Saint-Laurent-du-Var s'étend désormais sur 135 000 m² (50 000 m² d'extension) avec 4 200 places de parking. Elles sont toutes logées dans de nouvelles infrastructures, en silo ou en sous-sol, qui ont permis de faire disparaître le stationnement de surface. Fini en effet le complexe commercial austère et « introverti » des années 70, entouré d'une nappe de stationnements.

L'agence Groupe-6, en charge de la conception, a réussi à l'ouvrir sur l'extérieur, à l'éclairer par la lumière naturelle grâce à des verrières et l'a « retourné » avec ces nouvelles terrasses panoramiques face à la mer. « Nous avons aussi pris le parti de créer des façades ondulantes, habillées de rubans métalliques et de verre sérigraphié, qui rappellent les méandres du fleuve Var, tout proche », souligne l'architecte Mark Wilson. A l'intérieur, les designers de l'agence Jouin-Manku, dans des volumes et des circulations fortement rehaussés et agrandis, ont transposé ces formes ondulantes avec des « barques renversées », habillant les verrières. L'emploi de matériaux simples et naturels, le bois notamment, a été privilégié dans ces aménagements intérieurs et les sols ont été revêtus uniformément de granito, tantôt parsemé d'éclats de verre bleu ou doré.

500 personnes au plus fort du chantier

Ce méga chantier sur un centre commercial qui est resté en fonctionnement pendant les cinq ans de travaux (plus longs que prévu à cause de leur complexité, des délais de commercialisation, etc.), a été conduit en entreprise générale par un groupement Vinci Construction / Briand Construction Métallique avec une vingtaine de sous-traitants principaux. « Au plus fort du chantier, 500 personnes étaient présentes avec des amplitudes horaires étendues et l'extension sud s'est faite avec quatre grues. Structures métalliques et planchers bétons ont été privilégiés dans l'approche constructive pour raccourcir les délais », détaille Philippe Beaudenon, directeur de programmes chez Altarea France.

Sur un site sensible au plan environnemental, soumis au PPRI (plan de prévention du risque inondation) de la basse vallée du Var, le maître d'ouvrage a du aménager un chenal de 400 mètres de long, capable d'absorber et d'évacuer les eaux de débordement du Var, en cas de crue. Un ouvrage dimensionné sur la base de crues millénaires... Un PUP (projet urbain partenarial) a permis d'investir près de 18 millions d'euros dans l'amélioration de la desserte routière d'un équipement qui doit passer de 10 millions de visiteurs à 13 ou 14 millions par an. Et grâce à la rénovation complète des équipements techniques, de la ventilation naturelle, le projet a réussi à décrocher une certification Breeam, niveau excellent sur la partie extension.




Rémy Mario
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer