AccueilBTPBTP Var : quand les jeunes dirigeants s’emploient

BTP Var : quand les jeunes dirigeants s’emploient

Huit jeunes dirigeants du BTP ont été diplômés dans le cadre de la 14e promotion Paca de l’ESJDB à la faveur des Rencontres de la construction de la Fédération, à Draguignan. Une « relève » plus que jamais d’actualité.
BTP Var : quand les jeunes dirigeants s’emploient
O. Réal - Dominique Piat, à droite, et les heureux lauréats de la 14 promotion Paca de l’ESJDB.

BTPVar Publié le ,

Les professionnels du secteur et les élus réunis ce 8 novembre à Draguignan pour les 10e Rencontres de la construction de la Fédération du BTP du Var ont assisté en fin d’événement à la remise des diplômes des nouveaux promus de la 14e promotion en Provence-Alpes-Côte d’Azur de l’ESJDB, Ecole supérieure des jeunes dirigeants du bâtiment. Une entité de première importance dans le secteur, dont le campus historique est implanté à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, en région parisienne, et qui a formé depuis 27 ans, à l’initiative de la Fédération française du bâtiment, quelque 3 500 personnes.

Alexandra Gaudy, une entrepreneure droite dans ses bottes

Venu remettre leurs diplômes aux impétrants, dont la lauréate est une Varoise de Draguignan, Dominique Piat, responsable du développement de l’ESJDB, a rappelé les différents profils des personnes qui s’emploient dans cette formation de 18 mois, à raison de trois à cinq jours par mois.

« Il s’agit de dirigeants en place qui améliorent leurs connaissances et compétences pour développer l’entreprise, mais également de proches collaborateurs ou de seconds qui veulent prendre des responsabilités, et enfin de repreneurs ou futurs repreneurs dans le cadre familial ou extérieur. »

Crédibilité d’entrepreneur

L’intention initiale de la Fédération, d’offrir un cadre de formation à la gestion moderne de l’entreprise et non plus « à la papa ou à la grand-papa », demeure et s’est augmentée de nouveaux enjeux. La génération du baby boom étant devenue papy boom, la pyramide relativement élevée des âges des capitaines d’industries, petites et grandes, entraîne un profond renouvellement, pour ne pas dire bouleversement, dans le paysage économique. Outre les transmissions/reprises d’entreprises c’est l’emploi d’aujourd’hui et de demain dans le BTP qui est en jeu et dont il faut préparer le terrain. L’enseignement dispensé par des professionnels, centré non pas sur des techniques mais bien sur la gestion et la stratégie, couvre un large spectre de sujets que le chef d’entreprise doit maîtriser, du management aux ressources humaines, en passant par le financier, le juridique, la communication, le marketing, l’environnement, la RSE…

Le BTP du Var sur le pied de guerre

« Tous ces éléments, et bien d’autres, parmi lesquels la montée en puissance permanente des normes et contraintes, apprennent le métier de dirigeant, y compris dans la gestion des risques comme actuellement avec la crise sanitaire, la flambée des prix sur les matériaux, la pénurie de main d’œuvre. Quand bien même ils sont en partie tributaires de la conjoncture, la formation leur donne une crédibilité d’entrepreneur en interne, mais aussi une certaine assurance pour échanger avec les banques, les fournisseurs, les futurs employés dont la rareté sur le marché génère de nouvelles concurrences. C’est encore plus important quand la situation est fragile ! », souligne Dominique Piat.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?