AccueilEconomieBriançonnais : 1 M€ pour attirer une clientèle plus familiale à la Maison de la géologie

Briançonnais : 1 M€ pour attirer une clientèle plus familiale à la Maison de la géologie

A Puy-Saint-André, la Maison de la géologie vient de se doter de trois maquettes de dinosaures. L'an prochain, huit autres les rejoindront et une géode de huit mètres de diamètre sera construite.
Briançonnais : 1 M€ pour attirer une clientèle plus familiale à la Maison de la géologie
M.-F. Sarrazin - 2. La Maison de la géologie a ouvert en 2016 et passe à une nouvelle étape.

EconomieHautes-Alpes Publié le ,

Un dinosaure articulé fait toujours son petit effet auprès des enfants. La clientèle familiale, c'est bien ce que vise désormais la Maison de la géologie, aux portes de Briançon, qui s'apprête à écrire une nouvelle page de son histoire, en créant dans ses murs le parc scientifique et pédagogique Terrapolis.

La Maison de la géologie a ouvert ses portes en 2016 dans un ancien centre de vacances réhabilité, au bord de la route nationale, à Puy-Saint-André. Ce projet porté par la communauté de communes du Briançonnais (CCB), est géré et animé par le Centre briançonnais de géologie alpine (CBGA). Elle comprend un centre d'interprétation intérieur et un sentier thématique sur l'histoire géologique des Alpes. Elle s'est ensuite intéressée à la planète Terre et s'est équipée d'un planétarium gonflable qui, parfois, s'exporte dans les écoles alentour. L'animatrice scientifique Laurie Brunet y effectue un formidable travail d'approche du système solaire, d'autant plus tangible que l'outil fait vivre cette transmission de connaissances.

La pandémie a porté un coup dur à la structure qui génère habituellement 30 000 nuitées par an pour le Briançonnais, grâce à l'accueil de groupes d'étudiants. « Cette crise nous a fait réfléchir à de nouveaux moyens d'exister, à la captation de nouveaux clients », explique Richard Nussbaum, premier adjoint au maire de Briançon. « Il était temps de passer à une nouvelle phase », embraye Arnaud Murgia, président de la CCB, convaincu que le territoire a une carte à jouer dans le tourisme scientifique, entre l'observatoire de Saint-Véran, le jardin alpin du Lautaret et la Maison de la géologie. « Avec nos stations de ski, nos fortifications, nos cols et la science, nous pouvons vivre du tourisme toute l'année », parie-t-il. D'où cette idée d'ouvrir la Maison de la géologie à une clientèle familiale, « de simplifier les concepts pour les enfants, d'introduire du ludique, tout en gardant une exigence scientifique, prévient Kathleen Jean-Leroux, professeure agrégée de SVT à la retraite, vice-présidente du CBGA. Les dinosaures sont une bonne accroche. »

« Nous allons désormais du big bang à l'espèce humaine »

La première étape de ce virage vient d'être engagée. La CCB a investi 40 000 € dans l'achat de trois premières maquettes de dinosaures, exposées à l'intérieur de la Maison de la géologie. L'introduction de ces reproductions fait suite à la découverte d'une vertèbre de plateosaurus dans le lac de l'Ascension, à Puy-Saint-André. Elles sont signées Cyril Jung, un paléo-artiste du Doubs. En 2022, huit autres dinosaures rejoindront l'espace extérieur de la Maison de la géologie.

Terrapolis va ensuite conforter le travail engagé par le CBGA autour de l'astronomie. L'an prochain, une géode en dur de huit mètres de diamètre sera construite sur l'actuel parking du parc, visible depuis la route. Y seront diffusés des films ou dessins animés, suivis d'une intervention sur des thèmes variés. « Le CBGA a montré son savoir-faire avec son planétarium mobile. Passer à une plus grande échelle nécessite l'investissement dans une structure plus grande et solide », estime Albert Jambon, universitaire, spécialiste des météorites.

Outre la géode - qui pourrait également servir de salle aux habitants de Puy-Saint-André - et les dinosaures, d'autres équipements devraient voir le jour : une grotte préhistorique, un lithophone, un atelier de moulage d'empreintes, un espace de fouilles, une marelle des prismes volcaniques... Quatre petits bâtiments désaffectés de l'ancien centre de vacances vont être réhabilités. Leur usage futur n'est pas encore déterminé mais ils pourraient abriter des ateliers. A l'intérieur de la Maison de la géologie, l'espace accueil et boutique devrait lui aussi être réhabilité.

Terrapolis devrait progressivement prendre forme, pour un coût estimé à 1 M€, pour lequel Arnaud Murgia espère obtenir des subventions de l'Etat, de la Région et du Département. « Nous avons commencé par la géologie, puis le système solaire et nous avons voulu promouvoir la vie. Nous allons désormais du big bang à l'espèce humaine », fait remarquer Raymond Cirio, président du CBGA.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?