Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Interview Bernard Oliver, président ARHLM Paca-Corse : « Les bailleurs sociaux sont en plein paradoxe »

le - - Urbanisme

Bernard Oliver, président ARHLM Paca-Corse : « Les bailleurs sociaux sont en plein paradoxe »
W. Allaire - Bernard Oliver, le président de l'Association régionale des organismes HLM de Provence-Alpes-Côte d'Azur et de Corse (ARHLM Paca-Corse).

Alors que la loi Elan, qui doit être promulguée le mois prochain, impose un regroupement des organismes dont le patrimoine est inférieur à 12 000 logements, les dirigeants du mouvement HLM attendent les membres du gouvernement de pied ferme. Bernard Oliver, président de l'Association régionale des organismes HLM de Provence-Alpes-Côte d'Azur et de Corse (ARHLM Paca-Corse), donne le « la » de leur état d'esprit juste avant le début du 79e congrès HLM, qui se tient du 9 au 11 octobre à Marseille.

TPBM : En dépit des protestations du monde HLM, le gouvernement a mis en œuvre la réforme des Aides personnalisées au logement (APL) imposant aux organismes de baisser les loyers via la « Réduction de loyer de solidarité » (RLS). Quel a été l'impact de cette réforme ?
Bernard Oliver :
La RLS a privé les organismes de 4 % de leurs recettes. Le gouvernement a certes étalé sur trois ans la mise en œuvre de la mesure avec 800 millions d'euros en 2018, 1,2 milliard en 2019, puis 1,5 milliard à compter de 2020. Le hic est que cet étalement s'est accompagné d'une série de mesures de rigueur : la hausse de la cotisation versée par les organismes à la Caisse de garantie du logement locatif social, la hausse du taux de TVA de 5,5 à 10 % pour les travaux de construction et de rénovation… In fine, on se retrouve face à un marché de dupes. Bercy récupère d'une main ce qu'il nous accorde de l'autre… C'est un tour de passe-passe. Après une baisse massive des APL en 2018, le gouvernement a annoncé pour 2019 leur revalorisation de 0,3 %, soit à un niveau largement inférieur à l'inflation annoncée. Leur nouvelle méthode de calcul dite de « contemporanéisation » ne viendra pas corriger ces baisses.

Le « plan pauvreté » récemment dévoilé va-t-il dans le bon sens ?
Nous sommes en plein paradoxe, voire en pleine contradiction. Ce plan est nécessaire, urgent. Cependant, dans le même temps, l'Etat non seulement se désengage du financement des aides à la pierre, mais il ponctionne très sévèrement les ressources des organismes HLM en diminuant les APL. C'est pour le moins incohérent et les grands perdants de cette incohérence, pensée et pilotée par Bercy, ce sont les centaines de milliers de familles modestes et pauvres qui, au final, attendront un logement social encore plus longtemps.


Lire aussi : [Infographie] Les livraisons d'HLM ont atteint un pic en 2017


Comme d'autres avant lui, le gouvernement actuel souhaite booster la vente des logements sociaux par les bailleurs. Chimère ?
La réalité est têtue. Les ventes de logements sociaux peinent à passer la barre des 8 000 unités annuelles quand le gouvernement a fixé un objectif de 40 000 transactions. Prenez Famille & Provence [groupe Habitat en région, NDLR], l'Entreprise sociale pour l'habitat (ESH) que je préside. L'an dernier, l'entreprise n'a cédé que huit logements, une paille comparée à son parc d'environ 8 000 logements. Chez Erilia, la société faîtière du groupe Habitat en région, le chiffre est encore plus saisissant. En 2017, l'ESH n'a vendu qu'une quarantaine de logements alors qu'elle détient un patrimoine de 58 000 logements dans tout le pays.

Autre volonté affichée : réduire le nombre d'organismes. Y a-t-il trop d'opérateurs ?
On recense 750 organismes dans le pays. C'est sans doute excessif. En Paca et Corse, l'ARHLM rassemble 44 organismes auxquels il convient également d'ajouter les treize Entreprises publiques locales [EPL, ex-SEM - Société d'économie mixte, NDLR] spécialisées dans la gestion immobilière. Au total, ces soixante opérateurs emploient plus de 6 000 collaborateurs et sont à la tête d'un parc de près de 300 000 logements dans la région. Réfléchir à une meilleure organisation est une évidence. Mais supprimer d'un trait de plume des organismes qui ont un ancrage territorial historique n'est pas facile. Surtout dans un contexte institutionnel mouvant.

Si demain le département des Bouches-du-Rhône et la métropole Aix-Marseille Provence (AMP) devaient fusionner comme on nous l'annonce, il faudra sans doute réfléchir à un rapprochement des trois OPH du territoire : Habitat Marseille Provence (HMP), l'OPH de la ville de Marseille, 13 Habitat, l'OPH départemental, et Pays d'Aix Habitat Métropole (PAHM), l'OPH aixois. Seuls les deux premiers organismes disposent d'un parc de plus de 15 000 logements. Avec 6 000 logements, PAHM se situe en dessous du seuil fixé par le gouvernement. Il lui faudra donc nouer un partenariat avant 2021, échéance fixée par la loi Elan. Il y a deux solutions : soit mettre en place une Société anonyme de coopération (SAC) associant les OPH et une ESH, soit définir un regroupement avec HMP et/ou 13 Habitat. Mais quoi qu'il advienne, ces regroupements seront douloureux. Il y aura des plans sociaux au sein des organismes.

L'interview complète de Bernard Oliver ainsi que notre dossier complet sur le secteur HLM en Provence-Alpes-Côte d'Azur est à lire dans le n° 1254 de TPBM, disponible au congrès de l'Union sociale pour l'habitat qui se tient à Marseille dès aujourd'hui. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).



William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer