AccueilUrbanismeBellegarde : Attention, déchets dangereux !

Bellegarde : Attention, déchets dangereux !

Qui stocke les déchets dangereux en Paca et en Languedoc-Roussillon ? C'est le site Suez (société Sita FD) de Bellegarde (Gard), le seul de cette nature dans les environs. En France, il n'existe que 16 sites de stockage des déchets dangereux. Sur le site de Bellegarde, les déchets du BTP (amiantes et terres polluées) représentent 25% de l'ensemble des déchets dangereux enfouis.
Bellegarde : Attention, déchets dangereux !
A. Ricci - Le site Suez de Bellegarde (Gard) traite les déchets dangereux de la région Paca

Urbanisme Publié le ,

Saint-Gobain, Total, LyondellBasel, Buesa, Eiffage, Vinci, Bouygues et de nombreuses collectivités, voici les noms de quelques-uns des 760 clients du site Suez de Bellegarde (Gard). Parmi eux, l’incinérateur d’ordures ménagères de Marseille apporte 15.000 tonnes de déchets dangereux par an et la SEPR* Saint-Gobain 10.000 tonnes par an.

« Ouvert en 1979, le site de Bellegarde met à la disposition de la collectivité et des industriels son expertise et ses installations au service de la valorisation, du traitement et du stockage des déchets dangereux et des terres polluées », explique Olivier Bonnet, responsable du centre Suez de Bellegarde. En 2014, le site a stocké 170.000 tonnes de déchets dangereux, 90.000 tonnes de déchets non dangereux et traité 70.000 tonnes de terres polluées dont 30.000 tonnes considérées comme déchets dangereux. Au total, ce sont donc 200.000 tonnes de déchets dangereux qui ont été enfouies sur le site de Bellegarde en 2014.

Le cycle des déchets

La réception des camions de déchets sur le site est assurée par le poste de contrôle administratif et le laboratoire. La conformité des documents (fiche d’identification déchet, certificat d’acceptation, bordereau de suivi des déchets), la caractérisation des déchets dangereux et non dangereux, la vérification de la conformité du conditionnement, la détection de radioactivité, la pesée du chargement à l’entrée et à la sortie sont autant d’étapes d’un contrôle systématique. Outre l’analyse initiale des déchets entrants, le laboratoire du site assure les contrôles de fabrication après stabilisation et l’analyse des eaux en contrôle interne, en plus du suivi réglementaire assuré par des laboratoires extérieurs.

La traçabilité des déchets traités est gérée par informatique. Le système fonctionne selon une traçabilité complète des déchets et de toutes les données attachées aux étapes de production, transport, analyse, traitement, lieu de stockage.

Certains déchets ultimes ne sont pas directement stockables en alvéoles. Leur gestion fait appel à un traitement complémentaire au stockage : la stabilisation. Cette opération est effectuée dans l’usine de stabilisation et de solidification implantée sur le site de Bellegarde depuis 20 ans. La stabilisation est un traitement fondé sur la technique des liants hydrauliques qui piège les polluants minéraux et organiques dans une matrice solide. Cette opération (procédé à froid) ne génère aucun transfert de pollution et aucun sous-produit. Elle permet aussi la réutilisation des eaux souillées. Une fois stabilisés, ces déchets sont admissibles en alvéoles.

Afin de maîtriser les nuisances et de protéger l’environnement, les zones de stockage sécurisées bénéficient d’une double barrière de sécurité. Ainsi le site est constitué en fond d’une barrière passive de plusieurs mètres d’argile et d’une barrière active avec un dispositif complexe d’étanchéité et de drainage. Le stockage des déchets d’amiante libre relève d’une procédure d’acceptation spécifique avec une zone de déchargement indépendante et une prise en charge par des agents formés et habilités.

Les terres contenant des polluants de type hydrocarbures (essences, gasoils, huiles) sont soumises à un traitement biologique naturel basé sur la dégradation accélérée des substances polluantes par l’action de micro-organismes. Une fois traitées sur le biocentre du site de Bellegarde, ces terres sont valorisées comme matériaux techniques (piste, talus, merlon, massif drainant).

30 millions d’euros de chiffre d’affaires

Le site de Bellegarde couvre aujourd’hui une surface de 36 hectares. Cette filiale de Sita Spécialités, pôle qui porte l’activité déchets dangereux chez Sita France, elle-même filiale de Suez Environnement, emploie 54 personnes.

Sur les 170.000 tonnes de déchets dangereux entrant sur le site, 80.000 tonnes sont des sous-produits des incinérateurs industriels ou d’ordures ménagères, 20.000 tonnes des déchets amiantés et 70.000 tonnes des déchets issus de l’industrie (chimie, verrerie, traitement de surface). « Notre zone de chalandise s’étend sur les régions Paca, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Auvergne, Rhône-Alpes et les pays du pourtour méditerranéen », souligne Olivier Bonnet. Le chiffre d’affaires du site a atteint 30 millions d’euros en 2014. « Je tiens aussi à souligner que notre site bénéficie d’une triple certification : Qualité, Environnement et Sécurité (ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001) », ajoute le responsable.

Fermeture ou extension

La superficie de la zone de stockage des déchets dangereux est de 14,6 hectares. Le tonnage annuel des déchets dangereux autorisé à être éliminé par stockage sur Bellegarde est de 215.000 tonnes/an jusqu’en décembre 2017 et 150.000 tonnes/an de janvier 2018 à février 2029. Car l’autorisation d’exploiter le centre de stockage des déchets dangereux de Bellegarde est accordée jusqu’au 4 février 2029. « En effet, le site fermera à cette date, car, d’après les calculs, il sera plein », précise Olivier Bonnet.

Un autre avenir s’offre pourtant à lui. L’entreprise pourrait racheter des terrains autour, puis demander une autorisation préfectorale d’extension de site. « Il faudrait se pencher sur cette procédure dès 2020 si Suez souhaite procéder à cette extension », conclut le directeur du centre.

* Société européenne des produits réfractaires.

Liste des installatio​ns de stockage de déchets dangereux

"Anciennement appelées « centres d’enfouissement technique de classe 1 », ces installations de stockage permettent l’élimination des déchets dangereux par dépôt ou enfouissement sur ou dans le sol", selon le Guide régional de la gestion des déchets Paca.

"Ces installations de stockage de déchets dangereux (ISDD) sont des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Elles sont réglementées par l’arrêté du 30 décembre 2002 relatif au stockage de déchets dangereux."

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?