AccueilBTPBâtiment : l’artisanat se porte bien dans les Bouches-du-Rhône

Bâtiment : l’artisanat se porte bien dans les Bouches-du-Rhône

C’est dans l’enceinte de son futur siège, dans le 14e arrondissement de Marseille, que la Capeb des Bouches-du-Rhône a tenu son assemblée générale. L’occasion d’évoquer l’actualité et les futurs chantiers du bâtiment, un secteur qui « va très bien ».
Patricia Blanchet-Bhang (au centre), la présidente de la Capeb 13, entourée par le conseil d’administration du syndicat patronal.
S. Payrau - Patricia Blanchet-Bhang (au centre), la présidente de la Capeb 13, entourée par le conseil d’administration du syndicat patronal.

BTPBouches-du-Rhône Publié le ,

« On voulait que cette assemblée générale ait une connotation positive », explique Patricia Blanchet-Bhang, présidente de la Confédération artisanale des petites entreprises du bâtiment des Bouches-du-Rhône (Capeb 13). Pour ce faire, le syndicat patronal, qui compte 1 087 adhérents sur le département, avait choisi de tenir cette rencontre, vendredi 17 juin, dans l’enceinte de son futur siège du château Bertrandon, situé chemin de Gibbes dans le 14e arrondissement de Marseille. Un futur centre névralgique, dont les travaux débuteront en septembre, qui se veut une véritable "Maison des artisans". « On va essayer d’en faire un bâtiment remarquable, une vitrine pour que les artisans puissent montrer les matériaux utilisés et leur savoir-faire », précise la présidente du syndicat affilié à l’Union des entreprises de proximité (U2P).

Le lieu idéal pour évoquer l’actualité d’un secteur qui « va très bien » en dépit de la crise sanitaire et des conséquences de la guerre en Ukraine. Ainsi, le bâtiment affiche au premier trimestre 2022 une croissance dynamique de 3,5 %. « On bénéficie du dispositif MaPrimeRénov’ car la rénovation énergétique, c’est le cœur de métier de l’artisanat », souligne Patricia Blanchet-Bhang. Une conjoncture favorable qui s’est traduite par la publication l’année dernière de 11 100 offres d’emploi sur le seul département des Bouches-du-Rhône. Mais alors que le secteur serait en mesure d’en créer tout autant cette année, il se heurte à des problèmes de recrutement.

Adapter la formation aux besoins des entreprises

Et en la matière, le constat est sans appel : le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi dans le BTP n’est que de 5 000, c’est-à-dire moitié moins que le volume d’offres. Sans compter que certaines personnes encore recensées dans le secteur sont en réalité en reconversion ou ne peuvent plus exercer pour des problèmes de santé. Résultat, quasiment tous les métiers du BTP sont en tension, ces difficultés étant particulièrement prégnantes dans le second œuvre (électricien, plombier, menuisier, menuisier poseur, métallier serrurier) et au niveau du gros œuvre (maçon en rénovation).

Pour y remédier, la Capeb a mis en place le portail de services Ma formation bâtiment qui vise à mettre en relation les besoins des entreprises et l’offre des organismes de formation. Le syndicat patronal souhaite aussi « donner une autre image » de ces métiers. « Pour la métallerie, il faut le niveau d’un bac + 5 : il faut se repérer dans l’espace et travailler sur les volumes », insiste sa présidente.

Autre ombre au tableau : la hausse des prix des matières premières. « En moyenne, on a une augmentation de l’ordre de 30 % et seuls 50 % ont pu les répercuter sur leurs tarifs car c’est plus difficile auprès des particuliers », signale Patricia Blanchet-Bhang. Mobilisée sur ce dossier, la Capeb a obtenu un raccourcissement des index BT, destinés à réviser ou actualiser le prix de certains marchés de bâtiment,de 80 à 45 jours afin de pourvoir répercuter plus rapidement le prix des matières premières sur les factures.

Des opportunités à saisir

Si le syndicat patronal se tient prêt à accompagner les entreprises qui seraient en difficulté à la rentrée à l’heure de rembourser les Prêts garantis par l’Etat (PGE) avec une ligne rouge déjà mise en place (06 44 80 99 01), l’optimisme est cependant de mise au regard des chantiers qui s’apprêtent à être lancés. En premier lieu, figure le vaste plan de rénovation et d’embellissement des façades mis en œuvre par les communes des Bouches-du-Rhône avec l’aide du Département. « Le CAUE, qui va accompagner les communes, a des exigences techniques pour lesquelles les entreprises ne sont pas toujours formées. Nous allons imaginer tout un parcours pour les accompagner afin de leur apprendre les méthodes anciennes. C’est une session de formation pour partager les compétences des uns et des autres afin de développer les marchés », précise la présidente de la Capeb 13.

La profession lorgne aussi sur le plan de rénovation des écoles de Marseille, avec en ligne de mire 1,5 Md€ de travaux. Alors que des réunions de concertation sont prévues avec les élus pour définir le détail des modalités de réalisation des études et travaux, la Capeb veut faciliter l’accès des PME à ces marchés. « Il ne faut pas que cette manne aille à l’extérieur », résume Patricia Blanchet-Bhang.

Enfin, le syndicat patronal table également sur l'opportunité que peut constituer la candidature de la Ville de Marseille au programme européen des "100 villes neutres pour le climat" qui donne accès à des financements pour atteindre un strict équilibre en quantités de CO2 émises et captées.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 novembre 2022

Journal du30 novembre 2022

Journal du 23 novembre 2022

Journal du23 novembre 2022

Journal du 16 novembre 2022

Journal du16 novembre 2022

Journal du 09 novembre 2022

Journal du09 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?