AccueilUrbanismeBastide du Jas de Bouffan : l'ancienne demeure de Paul Cézanne bientôt en travaux

Bastide du Jas de Bouffan : l'ancienne demeure de Paul Cézanne bientôt en travaux

La ville d’Aix s’apprête à engager la seconde phase du projet de restauration de la bastide du Jas de Bouffan, demeure de la famille Cézanne. Le projet vise à remettre en scène ce domaine où Paul Cézanne a réalisé une quarantaine d’œuvres.
La bastide du Jas de Bouffan.
D.R. - La bastide du Jas de Bouffan.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

En 2017, la Ville d'Aix-en-Provence lance les premiers travaux de restauration de la bastide du Jas de Bouffan, dont elle est propriétaire depuis 1994. Ce chantier d’urgence d’un montant de 2,8 millions d’euros HT est piloté par Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des monuments historiques d’après le diagnostic de l’architecte du patrimoine Bruno Jouve. Il permet de reprendre le clos et le couvert du bâtiment et de restituer le volume de l’ancien atelier du peintre Paul Cézanne, qui y a vécu avec sa famille durant la seconde moitié du XIXe siècle. L’intérieur de l’édifice est aménagé afin de permettre son ouverture au public. Des éléments de confort sont installés : ascenseur, climatisation, chauffage et électricité. Simultanément, le parc et son orangerie sont remis en scène. Les travaux pilotés par l’entreprise Patrimoine et Paysages visent à redonner une partie de sa vocation agricole initiale au jardin avec la plantation d’un verger, d’oliviers et d’un pré pouvant produire du fourrage.

Mais le projet de la Ville va au-delà de ces travaux indispensables. Il s’agit de faire de la bastide du Jas de Bouffan la tête de pont du parcours cézannien. Celle-ci serait le point de départ d’un itinéraire reliant les grands sites de l’artiste aixois : son atelier des Lauves, le musée Granet, la carrière de Bibemus et les paysages de la Sainte-Victoire. Dans ce réseau, la bastide pourrait accueillir un vaste centre d’interprétation lié à Cézanne et à l’art moderne. Un espace de dimension internationale à la mesure de la renommée du peintre, à l’instar du domaine de Giverny, la demeure normande de Claude Monet.

Aix : la place d’Albertas s’offre une cure de jouvence

Deux marchés de maîtrise d’œuvre

La Ville vient de poser les premiers jalons de ce projet en lançant deux consultations de maîtrise d’œuvre concernant d’une part l’aménagement de l’écrin classé de la bastide, du parc et de son orangerie et d’autre part la restauration de la ferme, de la maison du gardien et du hangar, ce dernier étant appelé à être reconstruit in situ. Deux projets dont le devis global est estimé à 7 millions d’euros HT (4 M€ pour la bastide et le parc, 3 M€ pour la ferme et ses annexes).

Le programme général prévoit différentes opérations réalisées successivement et/ou conjointement avec un horizon d’ouverture pour l’été 2025 (voir encadré).

La bastide, témoin de l’histoire de Cézanne

Pour la bastide, il s’agit de présenter son histoire et la vie de Cézanne en son sein, par l’aménagement des pièces du rez-de-chaussée, du 1er étage, et de son atelier au 2e. Le projet prévoit par ailleurs l’installation d’expositions temporaires au 1er et dans une partie du 2e étage et l’intégration des espaces techniques et sanitaires au 2e étage. Autant d’interventions qui impliqueront la restauration des décors : gypseries, décors peints, lambris bois et panneaux peints, papiers peints, etc.

La cure de jouvence permettra également d’adapter des installations techniques (chauffage, climatisation et électricité) afin de répondre au programme muséographique qui sera défini par le maître d’œuvre désigné en parallèle.

Le parc du Jas de Bouffan remis en scène

Pour le parc, la ville souhaite parachever les travaux de gros entretien effectués entre 2018 et 2020, avec la réintégration de jardins agricoles en périphérie de la parcelle et la valorisation du parc. Après une étude historique et phytosanitaire, cette remise en scène permettra d’achever la restauration des éléments bâtis : bassins, système hydraulique, fontaines, grilles, portails et mur de clôture. Ce travail paysager devra s’accompagner de la définition du plan de gestion à même d’assurer une pérennisation de l’entretien du parc. Enfin, la valorisation du site passera par une mise en lumière. Un projet qui sera confié à une entreprise spécialisée via un marché spécifique.

Après les premiers travaux de restauration réalisés en 2013, l’orangerie bénéficiera de nouveaux aménagements intérieurs afin de permettre l’accueil d’un prestataire en restauration légère. Ces interventions devront être réalisées en coordination avec le maître d’œuvre relatif aux parties non protégées au titre des monuments historiques et chargé de l’extension de l’orangerie (afin d’y installer les cuisines et sanitaires) prévue jusqu’au hangar.

Ce premier volet de maîtrise d’œuvre sera réservé à des groupements associant un architecte en chef des monuments historiques (ACMH) ou un architecte du patrimoine et des bureaux d’études spécialisés en études environnementales, études des fluides, éclairage extérieur, voirie et réseaux divers, interventions sur les décors intérieurs, paysagiste.

Le parc de la bastide du Jas de Bouffan va être valorisé. (Crédit : D.R.)

Un centre de documentation cézannien dans l’ancienne ferme

Pour la ferme et ses annexes actuellement inutilisées, le projet prévoit une revitalisation avec pour pierre angulaire l’installation d’un centre cézannien de recherche et de la documentation, proposant des espaces bibliothèque et des salles de travail, des bureaux, des espaces de stockage et de réserves, des locaux techniques et des sanitaires. Cet équipement jouxtera un espace d’exposition. Cette transformation impliquera de démolir des aménagements intérieurs et de restaurer le clos et le couvert (charpente, couverture, enduits et menuiseries) et l’intérieur avec intégration des éléments de second œuvre : chauffage, climatisation, ventilation, électricité, plomberie, ascenseur éventuel, sécurité incendie, cloisonnement le cas échéant, etc.

Le hangar édifié sous la propriété des Granel sera rasé pour céder la place à un bâtiment contemporain d’environ 150 m2 au sol. Ce nouvel écrin relié à l’orangerie devra offrir une grande modularité permettant son utilisation comme salle de réception et/ou comme auditorium. L’orangerie pour sa part sera aménagée en restaurant par une extension technique à l’est, intégrant les sanitaires communs aux deux édifices, la cuisine du restaurant.

L’actuelle maison du gardien, édifiée au XIXe siècle, offre 120 m2 d’espace et 60 m2 d’extérieur couvert. Il est prévu d’y intégrer des bureaux et des locaux sociaux et logistiques.

Ce second marché est réservé à des groupements pilotés par un architecte associant des bureaux d’études spécialisés : énergie et environnement, fluides, acoustique et aménagement d’auditorium.

Sept phases opérationnelles

Le programme de restauration d’ensemble de la bastide du Jas de Bouffan prévoit une série d’interventions :

- la création d’un édifice à l'entrée sud du site afin d'assurer l'accueil des visiteurs,
- l’achèvement de la restauration de la bastide pour y intégrer un espace muséographique autour de la production de Cézanne et de sa vie sur place,
- l’aménagement de l’orangerie pour y installer un espace de restauration légère,
- la restauration et l’aménagement de la ferme pour y intégrer le centre cézannien de recherche et de documentation (CCRD) ainsi que des espaces pédagogiques,
- la reconstruction du hangar dans l’objectif d’y créer un auditorium,
- la restauration et l’aménagement de la maison du gardien pour intégrer des locaux logistiques,
- la mise en place d’un plan de gestion sur le parc et les jardins.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 janvier 2023

Journal du25 janvier 2023

Journal du 18 janvier 2023

Journal du18 janvier 2023

Journal du 11 janvier 2023

Journal du11 janvier 2023

Journal du 04 janvier 2023

Journal du04 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?