Fermer la publicité

Barjols : l'EPF Paca prépare les travaux de déconstruction des anciennes tanneries

Var le - - Urbanisme

Barjols : l'EPF Paca prépare les travaux de déconstruction des anciennes tanneries
D.R. - Ces anciennes tanneries, implantées en lisière du centre bourg de Barjols depuis le XIXème siècle, ont cessé leur activité en 1983.

En gestation depuis 15 ans, le projet de reconversion des anciennes "tanneries Blanc" de Barjols va bientôt entrer dans une phase opérationnelle. L'établissement public foncier de la région (EPF Paca) désignera début octobre les entreprises qui piloteront le chantier de déconstruction de cette friche en état de péril imminent.

L'établissement public foncier de Provence-Alpes-Côte d'Azur (EPF Paca) retiendra début octobre l'entreprise qui réalisera les travaux de démolition* et dépollution des bâtiments des anciennes "tanneries Blanc" de Barjols, dans le Haut Var (3 000 habitants). Ce chantier inscrit dans le plan de relance du gouvernement** constitue la première étape du projet de reconversion immobilière de cette friche industrielle désaffectée depuis le début des années 80 (5 500 m2 d'emprise).

Le projet déclaré d'utilité publique en 2016 prévoit la réalisation d'un programme bâti d'environ 17 000 m2 répartis en trois îlots agrégeant une quarantaine de logements (libres, accession sociale et HLM), une résidence sénior, un pôle médical, des commerces, ateliers d'artisans et autres locaux associatifs, un parking en sous-sol, deux jardins publics et un square destiné à faire le lien entre le bâti et les quartiers voisins.

L'EPF qui pilote l'opération en partenariat avec la commune lancera un appel à projets auprès de groupements de promoteurs-concepteurs dans le courant de l'année 2021.

Une friche désaffectée depuis 1983

Ces anciennes tanneries, implantées en lisière du centre bourg de Barjols depuis le XIXème siècle, ont cessé leur activité en 1983. Elles comprennent deux bâtiments (R+2 et R+4) reliés entre eux par une passerelle. Déclarés en état de péril imminent, ils ont été vidés de leurs matériels et tous les accès condamnés par la mairie.

L'établissement avait fait l'objet d'un projet de régularisation au titre des installations classées pour l'environnement peu de temps avant sa mise en liquidation. Ce projet n'a pas abouti en raison d'une défaillance de l'exploitant. Un particulier a ensuite acquis le site aux enchères publiques lors de sa liquidation en août 1985, constituant dans la foulée une mise en copropriété d'une partie des biens, avant de revendre quelques lots (principalement des garages). En 1993, le préfet du Var a prescrit au propriétaire principal de procéder à la caractérisation des produits toxiques présents sur le site, puis à leur élimination dans des filières dédiées. Malgré plusieurs mises en demeure successives et différentes actions des services de l'Etat, aucune issue favorable n'a été trouvée.

Face à la dégradation des toitures constatées en 2013 qui laissait craindre des infiltrations d'eau dans la zone de stockage des déchets dangereux, l'inspection des installations classées de la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) a sollicité une intervention de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) pour procéder à l'enlèvement des produits chimiques. L'Ademe, saisie par le préfet en 2014, a engagé les travaux fin 2015.

Hormis quelques lots occupés par des garages et ces travaux de dépollution menés par l'Ademe, cette friche industrielle est désaffectée et sans entretien depuis plus de trois décennies, et dans un état de délabrement avancé, voire de ruines en certains lieux.

Premières études en 2005

Au regard du potentiel de reconversion du site, la commune et l'EPF Paca ont décidé de s'associer pour l'élaboration d'une étude permettant d'approfondir les composantes d'un projet d'habitat et leurs conditions de faisabilité. Une première convention d'étude a été signée en 2005, permettant de valider l'opportunité d'une intervention sur ce secteur (programme mixte d'habitat et des services). Cette convention a été suivie par une convention opérationnelle en 2007, pour permettre à l'EPF Paca de s'arroger la maîtrise foncière du site, le cas échéant par voie d'expropriation.

Le 28 Juin 2015, la municipalité a approuvé le programme mixte et de réhabilitation de cette friche et les dossiers d'enquête conjointe préalable à la déclaration d'utilité publique (DUP) et parcellaire et autorisé dans la foulée l'EPF Paca à être bénéficiaire de la DUP et à conduire les phases administratives et judiciaires. L'enquête publique conjointe, menée en janvier 2016, a porté sur la DUP des travaux nécessaires à la réalisation du projet de programme mixte et de réhabilitation des anciennes tanneries.

En décembre 2019, la commune et l'EPF Paca ont paraphé une nouvelle convention d'intervention foncière afin d'engager les dernières phases opérationnelles de ce projet, à savoir la déconstruction du site par l'EPF (opération dont la maîtrise d'oeuvre a été confiée à Artelia), puis la mise en œuvre du programme de reconversion par le biais d'une mise en concurrence d'opérateurs immobiliers.

* Le permis de démolir réalisé par Artelia a été délivré le 12 mai 2020.
** Le plan de relance du gouvernement contient la mise en place d'un fonds de 300 millions d'euros pour le financement des opérations de recyclage des friches urbaines et industrielles et plus généralement de foncier déjà artificialisé dans le cadre de projets d'aménagement urbain de revitalisation des centres-villes et de relocation des activités.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer