Fermer la publicité

Bam archi ajoute une brique à ses services aux architectes

Bouches-du-Rhône le - - Architecture

Bam archi ajoute une brique à ses services aux architectes
D.R. - Mathias Boutier et Boris Lefèvre, architecte, les cofondateurs de Bam Archi.

La plateforme de mise en relation entre architectes et clients professionnels et particuliers a lancé un nouvel outil numérique pour gérer les dossiers de consultation des entreprises (DCE).

« Pour les architectes, cela permet de gagner un temps fou, trois semaines en moyenne. Ils peuvent donc mieux se concentrer sur leurs principales missions - la conception, le suivi de chantier - au lieu d'en perdre dans des tâches administratives récurrentes et souvent rébarbatives. La phase de consultation des entreprises est à ce titre particulièrement chronophage, et pourtant très importante puisque c'est à ce moment que se font les budgets », explique Mathias Boutier, cofondateur de Bam archi jamais à court d'arguments pour promouvoir le nouvel outil que cette dernière vient de lancer.

Plateforme de mise en relation entre maîtres d'ouvrage, architectes, entreprises et artisans du bâtiment, Bam archi, créée il y a quatre ans, vient en effet d'ajouter une nouvelle corde à son arc de services. Accessible par abonnement mensuel relativement modique et baptisé Aglo, ce nouvel outil numérique est « un assistant intelligent pour les consultations d'entreprises, qui s'adresse aussi bien aux architectes qu'aux maîtres d'ouvrage (promoteurs, foncières…) », poursuit son promoteur.

« Dans 95 % des cas, les architectes ne disposent pas des outils pour, contrairement à la partie conception pour laquelle ils sont très bien outillés, et le font donc encore à l'ancienne, avec des fichiers excel, word… Ou bien, ils confient la tâche à des sous-traitants, bureaux d'études, économistes de la construction… Encore plus compliquée, la comparaison des différents chiffrages établis sur des supports en général multiples, n'est pas non plus chose aisée », souligne encore Mathias Boutier. Ce dernier a pu particulièrement le constater depuis quatre ans qu'il accompagne les architectes dans leurs réalisations.


Lire aussi : ​BAM, le site Internet pour les architectes et leurs clients


Fini les tâches rébarbatives

A sa place, Aglo permet au contraire de rédiger et héberger un DCE (dossiers de consultation des entreprises) sur une interface unique et intuitive de manière simple et transparente avec des fonctionnalités assurant un gain de temps (reprise d'anciens DCE, modèles à disposition, enregistrement automatique du travail, partage simplifié des éléments…), puis de diffuser celui-ci en un seul clic. Les retours, chiffrages et relances des entreprises qui y répondent peuvent être alors suivis en temps réel, et surtout, encore mieux, comparés et synthétisés de façon intelligente et rapide. Au final, il permet ainsi l'édition d'un marché prêt à signer comprenant l'ensemble des pièces et des chiffrages définitifs des entreprises retenues.

« Celui-ci répond donc aux besoins également des maîtres d'ouvrage qui peuvent suivre en temps réel et précisément tout le déroulement de la consultation », signale encore l'un de ses deux inventeurs. Lancé depuis seulement deux mois, le nouvel assistant intelligent a déjà conquis 200 architectes inscrits sur la plateforme originelle.

Pas un concurrent

La plateforme qui explique sélectionner avec soin les architectes, les artisans et les entreprises avec lesquels elle travaille se défend de « vouloir la peau de l'archi ». Au contraire, expliquent ses fondateurs dont un est lui-même architecte de métier, « nous l'aidons à garantir sa réalisation dans les délais et le respect du budget initial, et avec Aglo, le chaînon manquant, nous les aidons encore davantage en leur faisant gagner un temps précieux qu'ils peuvent au contraire consacrer à d'autres tâches à valeur ajoutée. »

Par ailleurs, implantée à Paris, mais aussi à Marseille où elle est née, Bam archi juge plutôt favorablement sa position méridionale. « Si à travers la plateforme, nous intervenons dans la France entière, les deux tiers de nos effectifs,15 personnes aujourd'hui, travaillent dans nos bureaux de Saint-Barnabé », précisent les dirigeants qui sont eux-mêmes originaires de la région où il y a à leurs yeux de très bons profils pour étoffer leur équipe.




J. P. Pierrat
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer