AccueilUrbanismeAvignon : la tranche 2 de la LEO relancée

Avignon : la tranche 2 de la LEO relancée

Les préfets de région et de Vaucluse et les élus locaux affirment collectivement leur volonté de voir le chantier de la tranche 2 de la Liaison Est-Ouest (LEO) débuter. Tous annoncent un budget de 142,7 M€ assorti d'une clé de répartition financière pour la réalisation de ce tronçon entre Rognonas (Bouches-du-Rhône) et le rond-point de l'Amandier à Avignon.
Avignon : la tranche 2 de la LEO relancée
E. Brugvin - La tranche 2 de la LEO arrivera par la gauche au rond-point de l'Amandier qui sera redimensionné pour se connecter avec la RN7 perpendiculaire.

UrbanismeVaucluse Publié le ,

La réalisation de la Liaison Est-Ouest (LEO), destinée à assurer le contournement routier d'Avignon par le sud, repart. Fin avril, Christophe Mirmand, préfet de région, et Bertrand Gaume, préfet de Vaucluse, avec les présidents du conseil régional, du conseil départemental de Vaucluse, du Grand Avignon et la présidente de Terre de Provence Agglomération (13), représentant la présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, ont réaffirmé deux point essentiels : leur volonté unanime de « voir le projet aboutir rapidement eu égard aux enjeux sanitaires et de nuisances des trafics routiers sur la rocade d'Avignon », et la confirmation du « financement de la totalité de la tranche 2 pour un montant de 142,7 M€ », inscrit dans le Contrat de plan Etat-Région (CPER). Avec une clé de répartition claire : 38,05 % pour l'Etat, 26,95 % pour la Région, 14,72 % pour le Vaucluse, 12,62 % pour le Grand Avignon, 5,56 % pour les Bouches-du-Rhône et 2,10 % pour l'agglomération Terre de Provence. L'ensemble des partenaires valide également les mesures environnementales complémentaires.

Rappelons qu'en juillet 2020, le ministère de la Transition écologique avait remis en cause le dossier de la phase 2 du projet. D'après l'Autorité environnementale (AE) dudit ministère, l'étude d'impact ne répondait plus aux critères actuels pour lancer la réalisation du deuxième pont sur la Durance. L'AE employait même des qualificatifs plutôt sévères qualifiant les travaux « d'obsolètes », « non actualisés », « datant d'une vingtaine d'années » ou « réalisés au travers de travaux disparates ». La réalisation des 5,8 km de la phase 2 semblait gelée.

Tranche 2 sur 3

La LEO se décompose en trois phases. La première, réalisée en 2010 (5,2 km, 130 M€), permet de relier la zone de Courtine (Vaucluse), près de la gare TGV, à Rognonas (Bouches-du-Rhône) par un pont, dit pont aval, sur la Durance. Aujourd'hui, dès la rivière franchie, la route s'arrête et les véhicules quittent la voie express par une bretelle allant vers Arles. La tranche 3 permettra de relier Courtine au Gard puis au rond-point des Angles (RN 100) par un ouvrage sur le Rhône, parallèle au viaduc du TGV inauguré en 2001. D'une longueur de 3,7 km, son coût estimatif atteignait 216 M€ TTC en 2014. L'Etat engagera des études sur ce tronçon une fois la tranche 2 réalisée. Un franchissement du Rhône payant, assuré par un opérateur privé, fut, alors, évoqué.

La tranche 2 longe, dans un premier temps, la Durance en rive bucco-rhodanienne pour retraverser le Rhône par un nouvel ouvrage sur le cours d'eau (pont amont) et rejoindre, à travers la ceinture verte d'Avignon, le carrefour de l'Amandier sur la route de Marseille. Les véhicules qui traversent aujourd'hui Avignon, notamment par le quartier de la rocade aux 15 000 habitants impactés par la pollution d'un axe encombré, seront alors détournés beaucoup plus au sud via des zones peu habitées. Arrivé au rond-point de l'Amandier, qui sera redimensionné « dans les meilleurs délais », l'essentiel du trafic empruntera la route de Marseille (RN7), vers l'échangeur autoroutier Avignon-Sud des ASF (Autoroutes du Sud de la France) via le carrefour de Bonpas.

Préventions environnementales

Face aux observations de l'AE, la préfecture de Vaucluse a pris un arrêté sur la protection du biotope sur 36 ha de zones humides sur la Durance. La ceinture verte d'Avignon, rurbaine et agricole, bénéficiera de mesures pour relancer l'agriculture. Le projet prévoit la réalisation d'une piste cyclable sur l'ouvrage de franchissement de la Durance.

Après des premières études en 1980, la LEO fut reconnue d'utilité publique en 2003 sur l'ensemble de son tracé. A la suite des observations de l'AE de 2020, les élus concernés s'étaient mobilisés pour défendre sa réalisation. La suspension du projet intervenait alors que les premiers coups de pioche devaient retentir de manière éminente. La volonté affichée publiquement des préfets de région et de Vaucluse ainsi que la publication d'une clé de répartition financière claire et concertée devraient enfin permettre la réalisation des premiers travaux.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?