Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Arles : la halle Lustucru déplacée

le - - Urbanisme

Arles : la halle Lustucru déplacée
D.R. - La préfiguration du projet de centre commercial à Arles.

La halle Lustucru ne sera pas rasée pour faire place nette à un centre commercial. Le groupe Frey, l'Etat, l'agglomération et la ville d'Arles ont trouvé un compromis. L'écrin Eiffel sera déplacé sur le site des anciennes papeteries Etienne.

L'ancienne halle Lustrucru d'Arles de retour sur son lieu de naissance marseillais ? En butte à l'opposition de défenseurs du patrimoine architectural, le groupe Frey, l'Etat et la ville d'Arles ont finalement trouvé un compromis pour mener à bien le projet de centre commercial que le promoteur champenois prévoit de réaliser sur l'emprise de l'ancienne usine de conditionnement de riz, dans la plaine de Montmajour, à l'entrée nord de la cité antique.

A l'origine, cette friche industrielle aux dimensions monumentales (20 mètres de haut sur 99 mètres de long et 45 mètres de large) devait être rasée pour céder la place à un retail park regroupant une vingtaine de magasins (19 500 m2 de surface de plancher). Mais rapidement, des défenseurs du patrimoine s'étaient émus de voir disparaître cet écrin réalisé par les ateliers Eiffel pour l'Exposition Coloniale de 1906 à Marseille. Cet été, ces derniers avaient adressé une pétition rassemblant 3 000 signatures à la ministre de la Culture, l'Arlésienne Françoise Nyssen pour qu'elle sauve le bâtiment et le classe monument historique.

Ce 9 janvier, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue à la sous-préfecture d'Arles en présence de tous les acteurs du dossier, une solution originale a été trouvée. A la demande de la ministre, le groupe Frey a finalement accepté de procéder au démontage de la halle pour la déplacer.

La halle va trouver asile sur le site des papeteries Etienne

« La communauté d'agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette, en accord avec l'Établissement public foncier régional, a accepté que l'ensemble de la structure soit déposée sur le site des « papeteries Etienne », [une autre friche industrielle située à l'ouest de la cité antique, ndlr] pour y être entreposée dans de bonnes conditions de sécurité et de préservation puis, dans un second temps après les travaux d'endiguement, qu'un projet puisse être développé sur ce site qui a vocation à devenir un nouveau pôle économique, dédié à l'économie créative et aux industries culturelles et patrimoniales », indique Françoise Nyssen.

Cette période transitoire sera mise à profit « pour construire un projet ambitieux, permettant par exemple dans un premier temps d'accueillir dans une halle ombrelle des expositions temporaires », poursuit la ministre.

L'ensemble de l'opération de démontage sera supervisé par un comité présidé par le préfet, associant notamment la région Paca, la direction régionale des affaires culturelles (DRAC), la communauté d'agglomération et la ville d'Arles. Dans un second temps, cette instance devra imaginer la nouvelle vie de la halle.

Parallèlement, la ministre souhaite que soit organisée une consultation citoyenne organisée « afin d'imaginer un projet partagé qui devra répondre à des enjeux locaux comme nationaux et internationaux ».

La halle de retour au Parc Chanot ?

Christian Mourisard, adjoint de la ville au patrimoine aimerait que l'écrin soit remonté sur son lieu d'origine, « le site du parc Chanot » dans le centre ville de Marseille, décor de l'exposition coloniale de 1906. A l'époque, la halle Lustucru constituait le vaisseau central de l'ancien Grand Palais de Marseille, édifié à l'occasion de l'exposition. Elle était restée sur le site une quarantaine d'années avant d'être déplacée et remontée sur son site arlésien en 1951. Elle a alors connu un nouvelle vie en abritant les usines de riz Lustucru, avant de tomber en friche, à la fermeture de l'établissement, à la suite d'inondations, en 2003.

Après avoir acquis la friche Lustucru (7,3 ha) en octobre 2016 auprès de la ville, le groupe Frey a obtenu les autorisations commerciales pour développer son nouveau concept de centre commercial de plein air « Shopping Promenade ». Le projet regroupera six bâtiments conçus par le cabinet d'architecte RBAA (Tarascon). Il comprendra 13 moyennes surfaces (12 720 m2 de surface de vente) et autant de boutiques (2 721 m2 de surface de vente) des secteurs équipement de la personne et de la maison ainsi que 719 places de parking en surface (1,7 ha).

Les travaux de construction du complexe devraient durer onze mois (montant de l'investissement : 25 M€). Le promoteur devra composer avec les prescriptions du PPRI approuvé en février 2015, le site, proche du Rhône, étant classé en zone rouge de la carte du risque d'inondation.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide