AccueilArchitecture[Diaporama] Architecture légère et moderne dans les calanques

[Diaporama] Architecture légère et moderne dans les calanques

Un « parc de structure et d'architecture légère » selon sa dénomination exacte a ouvert ses portes durant l'été et le restera jusqu'au 30 septembre dans le parc des calanques à l'emplacement d'une friche industrielle, ex-usine à plomb. Y est exposé notamment un pavillon original d'habitat tropical signé Prouvé.
[Diaporama] Architecture légère et moderne dans les calanques
C. Baraja-Archives Eric Touchaleaume Galerie 54 - Le friche de l'Escalette accueille depuis le début de l'été le prototype d'un pavillon d'habitat tropical.

ArchitectureBouches-du-Rhône Publié le ,

L'endroit n'a rien d'un parc d'attraction ou culturel classique. Situé à Marseille au bout du monde ou presque comme on dit par ici, route des Goudes, sur la friche dite de l'Escalette, au niveau de la calanque du même nom, dans le parc national, à l'emplacement d'une ancienne usine à plomb en pierre et brique fermée depuis près d'un siècle. Il se présente en effet comme un parc d'architectures légères et plus particulièrement d'architecture moderne et d'art contemporain.

Accessible au public (lire encadré dans la version papier), cet écrin ô combien insolite accueille ainsi depuis le début de l'été le prototype grandeur nature d'un pavillon d'habitat tropical mis au point à la fin des années 50 par Jean Prouvé, génial « tortilleur de tôles » comme s'était lui-même défini cet ingénieur et constructeur autodidacte de Nancy, grand spécialiste du préfabriqué et compagnon de route des Charlotte Perriand, Pierre Jeanneret et Le Corbusier d'alors.

La deuxième vie d'une réalisation singulière

Cette restitution inattendue, dans le décor rocailleux et écrasé de soleil des immenses ruines de l'ancienne usine et de ses fours, au milieu de la cour principale, on la doit à Eric Touchaleaume, antiquaire, collectionneur et spécialiste du mobilier et du design modernes des années Le Corbusier qui en a eu l'initiative et qui a acquis pour cela terrain et pavillon.

Ce dernier avait été initialement conçu pour une production en série à partir d'éléments le plus largement préfabriqués et édifié au Cameroun. D'une longueur de 22 mètres pour 12,80 de profondeur et 5 m de haut, il est doté d'une charpente métallique soutenant un toit parasol et reposant sur six minces et hauts poteaux porteurs. Poteaux, fermes et pannes sont en tôle d'acier pliée, technique de prédilection de l'auteur. Les façades sont à la fois en bardage de planches de bois tropical et rythmés de profils façon store en tôle d'aluminium nervurée spécialement imaginés par Jean Prouvé pour la ventilation et l'éclairage. Autant pour sa construction originelle au Cameroun que pour sa réinstallation phocéenne plus récente, l'ouvrage a dû toutefois faire l'objet de nécessaires adaptations (au niveau des fondations notamment).

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 1146 de TPBM (parution le 7/09/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 20€/an).

Visite guidée :

[albumphoto]21[/albumphoto]

Pour aller plus loin :

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?