AccueilBTPApprentissage : Corentin Chenu-Mary, la preuve par l’exemple

Apprentissage : Corentin Chenu-Mary, la preuve par l’exemple

Lauréat du concours général des lycées et des métiers en 2021, Corentin Chenu-Mary prouve, s’il le fallait, que l’alternance peut être une voie d’excellence dans le secteur des travaux publics.
Apprentissage : Corentin Chenu-Mary, la preuve par l’exemple
H. Saveuse - Corentin Chenu-Mary, lauréat du concours général 2021, est actuellement formé par Ludovic Chantre chez SETP04.

BTPAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Debout au petit matin et régulièrement en déplacement sur des chantiers en dehors du département des Alpes-de-Haute-Provence, Corentin Chenu-Mary, 19 ans, connaît déjà les exigences des métiers des travaux publics. Détenteur d'un CAP constructeur de canalisation et un Bac Pro TP, il a fait, comme près de 650 000 jeunes français* en 2021, le choix de l’apprentissage.

L’apprentissage, une formation sur le terrain

Originaire de Vinon-sur-Verdon, il a intégré en 2019 l’entreprise oraisonnaise SETP 04 et ne regrette pas sa décision : « Je ne me voyais pas travailler à l’intérieur. Sur le terrain, j’apprends tous les jours un peu plus : je conduis les engins, je suis les chantiers de A à Z, chacun d’entre eux est l’occasion d’appliquer les connaissances apprises et les conseils récoltés auprès des formateurs et tuteurs. C’est une bonne école pour moi. » Une bonne école qui l’occupe 40 heures par semaine, au même titre que les autres salariés de l’entreprise. « Corentin passe actuellement 60 % de son temps en entreprise et 40 % à l’ECIR de Mallemort, son école. En moyenne, il fait des semaines de quatre jours, à 10 h par jour, sur tous les postes en alternance », précise Ludovic Chantre, son tuteur dans l’entreprise.

Le Pôle Formation TP de Mallemort anticipe les travaux publics du futur

Corentin Chenu-Mary est également lauréat du concours général des lycées et des métiers 2021, qui distingue les meilleurs élèves des lycées d'enseignement général, technologique et professionnel. « Ce n'est étonnant car Corentin est un bon apprenti. C’est un jeune motivé qui apprend vite et il est polyvalent. Il saura faire son chemin soit dans notre entreprise, soit dans une autre mais je ne me fais pas de souci pour lui », explique Jean-Louis Melicucci, le patron de SETP 04, qui n’en est pas à son coup d’essai puisque depuis 2004, il a formé une vingtaine d’apprentis.

Un bon moyen pour former la relève

Un investissement personnel qui n’a pas de prix pour le chef d’entreprise. « Accueillir un apprenti prend du temps et représente un coût. Mais si l’entreprise forme un jeune qui reste, ça ne coûte finalement rien. Le tout est de ne pas se tromper au départ. » Et pour cela, Jean-Louis Melicucci a sa méthode : « En général, les jeunes qui se tournent vers les travaux publics d’eux-mêmes sont de bons éléments. Je m’inquiète un peu plus lorsqu’ils nous sont envoyés », s’amuse-t-il. Preuve que l’apprentissage fonctionne chez SETP 04, près d’un quart du personnel en est issu. « L’apprentissage c’est miser sur l’humain. Il y a aussi un rôle d’éducateur pour certains jeunes mais le taux d’échec est faible. Le jeu en vaut la chandelle. Et puis il faut préparer la relève », assure le chef d’entreprise qui prendra sa retraite en milieu d’année 2022.

S’il ne se destinait pas à de grandes études dans un premier temps, Corentin Chenu-Mary poursuivra finalement en 2022 son BTS Travaux publics en alternance chez son actuel maître d’apprentissage et il vise désormais un poste de chef de chantier.

* Source : ministère du Travail.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2022

Journal du26 janvier 2022

Journal du 19 janvier 2022

Journal du19 janvier 2022

Journal du 12 janvier 2022

Journal du12 janvier 2022

Journal du 05 janvier 2022

Journal du05 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?