AccueilTerritoiresAlexis Rouque : « C’est toute la chaîne du logement qui est en difficulté »

Alexis Rouque : « C’est toute la chaîne du logement qui est en difficulté »

Depuis le 1er novembre, Alexis Rouque est à la tête de la direction régionale Provence-Alpes-Côte d'Azur de la Banque des territoires. Une mission de plus pour cet énarque passé par la Cour des comptes, le port de Paris ou la FPI.
Alexis Rouque : « C’est toute la chaîne du logement qui est en difficulté »
R. Poulain - « Nous intervenons au soutien de projets de développement territoriaux qui intéressent peu les pure players de l’investissement. Sans notre mobilisation, ces projets au modèle économique plus fragile auraient du mal à voir le jour », indique Alexis Rouque.

Territoires Publié le , Propos recueillis par William ALLAIRE

TPBM : Vous étiez auparavant délégué général de la Fédération des promoteurs immobiliers. A ce titre, vous avez pu mesurer les difficultés que connaît le marché immobilier de la région Paca. Les tensions sont fortes freinant la production de logement social. Comment appréhendez-vous cette situation ?
Alexis Rouque : Aujourd’hui, c’est toute la chaîne du logement qui est en difficulté. Ce phénomène est national. La production de logement est en souffrance partout, surtout dans le collectif. Cette année, on devrait recenser 50 000 autorisations de logements collectifs de moins qu’en 2017. Cette baisse signifie que la production de logements va chuter dans les villes… là justement où les besoins sont les plus forts et où la France bas carbone doit émerger. Reconstruire la ville sur la ville est une nécessité. Mais cela soulève de nombreuses réticences en termes de qualité de vie, d’adaptation aux nouveaux enjeux de l’urbanité post-covid… Dans la région, la plupart des villes ont des formes urbaines historiques pas toujours faciles à retravailler.
Une nouvelle école de pensée, tournée vers la décroissance, considère maintenant qu’il faut arrêter de construire dans les grandes villes, qu’il faut disséminer la population sur l’ensemble du territoire, ce qui en creux est un argument pour ne pas faire. Cette frilosité n’est pas propre à Paca. Elle est simplement plus visible car la région souffre d’un déficit de logements abordables. Et il y a ici une réticence plus marquée vis-à-vis du logement social. On part donc de plus loin.

Provence-Alpes-Côte d'Azur : un parc locatif social encore très déficitaire

Le logement est justement l’un piliers du plan de relance. Où en est-on ?
CDC Habitat a été l’un des acteurs clefs du premier volet du plan de relance par son programme d’achat en état futur d’achèvement (Vefa) de 40 000 logements. Nous avons également accompagné la mutation du mouvement HLM instiguée par la loi Elan [Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique, NDLR]. Nous sommes aux côtés des organismes qui doivent se regrouper au sein de nouvelles structures.
Il s’agit également de les aider à retrouver leur rôle de maître d’ouvrage direct dans la production, tout en les accompagnant dans la réhabilitation de leur patrimoine. Cela passe évidemment par l’engagement des collectivités au titre des garanties d’emprunt aussi bien dans le neuf que dans la rénovation. L’an dernier, nous avons accordé 919 millions d’euros de prêts aux bailleurs sociaux. Cet engagement a permis la construction de 8 826 logements sociaux et la rénovation de 5 621 autres.

« La valeur ajoutée des sous-préfets à la relance est d’être sur le terrain »

Vous l’avez évoqué, la CDC intervient aujourd’hui dans de nombreux champs d’activité. Mais cette palette d’interventions reste assez mal connue.
Effectivement. Historiquement, la banque est connue pour ses missions au service de l’économie mixte et de l’immobilier. Nous sommes actionnaires d’Entreprises publiques locales qui jouent un rôle clef dans l’économie régionale comme la Société du canal de Provence et la Somimar qui gère le Marché d’intérêt national (MIN) des Arnavaux. Avec le temps, ses missions se sont élargies. Elle est à la fois prêteur et investisseur. En moyenne, nous prêtons près d’un milliard d’euros chaque année dans la région, essentiellement aux organismes de logement social et aux collectivités. Mais nous investissons aussi 100 à 200 millions d’euros en fonds propres dans des projets intéressant la transition écologique, le tourisme, les mobilités, l’économie sociale et solidaire. Partout où émergent des besoins, nous agissons comme un catalyseur. Nous intervenons en soutien de projets de développement territoriaux qui intéressent peu les pure players de l’investissement. Sans notre mobilisation, ces projets au modèle économique plus fragile auraient du mal à voir le jour.
Cet engagement est possible car nous sommes un acteur de long terme. Nous sommes des investisseurs patients mais avisés. Car nous veillons à la rentabilité des investissements. Simplement, notre exigence en termes de retour n’est pas celles des acteurs privés de la finance. Ce rôle de levier nous pousse à investir plus spontanément dans des auberges de jeunesse nouvelle génération que dans des cinq étoiles !

Quels sont les critères pour bénéficier d’un prêt ?
Nous ne faisons aucune discrimination entre organismes HLM ou entre collectivités locales. Nous préservons une égalité d’accès à nos financements, quelle que soit la taille des projets. Nous n’avons pas peur de financer un programme d’intérêt général porté par une petite collectivité. N’oublions pas que la Caisse des dépôts est gestionnaire du livret A, l’épargne des Français. A ce titre, financer le développement local fait partie de son ADN.

Quelle est votre feuille de route pour 2022 ?
Nous poursuivrons la trajectoire de la relance en continuant à investir dans tous les aspects du plan, mais aussi en restant mobilisés sur les grands programmes nationaux : Action cœur de ville, Petites Villes de demain, le plan Avenir Montagne, le programme Territoires d’industrie… Dans certaines villes comme Brignoles, Briançon, Carpentras ou Grasse, 2022 marquera le passage des études à la mise en œuvre des projets. Nous allons également accélérer le déploiement des foncières dédiées à la redynamisation commerciale des centres-villes. Nous prenons en charge les études techniques et économiques préalables à la mise en place de ce type de sociétés.
Nous serons par ailleurs attentifs à la mise en place du plan Marseille en grand. Nous faisons partie des acteurs susceptibles d’apporter des solutions dans de nombreux aspects de ce plan en matière de renouvellement urbain, de rénovation des écoles, de mobilité… Nous serons aux côtés des collectivités pour que ce plan se réalise.

Marseille sous curatelle

Enfin, nous allons pousser les feux sur des champs comme la rénovation urbaine, les circuits courts et l’adaptation au changement climatique. Des sujets particulièrement importants dans la métropole marseillaise. Nous serons par exemple mobilisés sur les enjeux liés au changement climatique à travers des projets d’aménagement participant à la réduction des îlots de chaleur urbain ou via la rénovation thermique des bâtiments publics. Nous soutenons également la mise en place des circuits courts via le déploiement d’un système de logistique urbaine avec Urby, la filiale que nous avons créée avec La Poste. Cette société assure la livraison du dernier kilomètre dans les centres urbains. Elle propose une réponse innovante au développement de la vente en ligne qui s’est accélérée durant la crise sanitaire.

Notre article complet est à retrouver dans le TPBM n°1424 du 5 janvier 2022. Cliquez ici pour plus d'informations sur nos offres d'abonnement, à partir de 20 €/an.

Chiffres clés 2020 en Paca

Engagement dans les fonds d’urgence : 15,4 M€
Soutien aux professions juridiques (dont mesures d’urgence) : 35 M€
Montants des prêts signés : 1 Md€
Encours des notaires : 5,6 Md€
Montant PIA (Programme d’investissements d’avenir) engagé : 29 M€
Investissement en fonds propres : 207 M€

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2022

Journal du26 janvier 2022

Journal du 19 janvier 2022

Journal du19 janvier 2022

Journal du 12 janvier 2022

Journal du12 janvier 2022

Journal du 05 janvier 2022

Journal du05 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?