Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Aix : Urbat TP en charge de la pose du revêtement des trois places

le - - Urbanisme

Le groupe Urbat TP (Meyreuil) va prendre en charge l'un des lots principaux du chantier de requalification des trois places qui enserrent le pôle judiciaire aixois (les places de la Madeleine, des Prêcheurs et Verdun).

Avec son homologue drômoise Urbat TP Carrières et Marbres (Montélimar, 26), la filiale Urbat TP Rhône Alpes (Le Bourget-du-Lac, 73) va assurer la fourniture et la pose des dalles en pierre claire (granit et calcaire) qui formeront le nouveau revêtement de cet espace emblématique du centre historique de la cité du Roi René (1,7 hectare) reconfiguré par l'architecte-urbaniste montpelliérain Antoine Garcia-Diaz. Le montant du marché s'élève à 4,691 millions d'euros HT, soit plus du tiers du devis de cette cure de jouvence (15,2 M€ TTC dont 9,6 M€ HT de travaux) lancée en août 2016 par la ville d'Aix et qui doit s'achever au printemps 2019.

Après la rénovation des réseaux et la campagne de fouilles archéologiques qui a permis notamment de mettre à jours des vestiges de l'ancien palais comtal, les compagnons d'Urbat TP entreront en action au printemps. Le bitume des parkings cèdera la place à un pavement clair qui habillera l'ensemble des abords du pôle judiciaire, lui offrant une identité dont il était dépourvu. Le caractère minéral s'étendra aux bancs et autres potelets. Même parti de la simplicité pour le traitement du dénivelé : celui-ci sera absorbé par des emmarchements discrets en calcaire.

Le marché comporte également deux tranches optionnelles : l'installation de vitrines au sol pour visualiser certains vestiges mis au jour par les archéologues ainsi que le rappel en surface des tracés des murs des édifices antiques et médiévaux. Si la seconde option semble ne pas poser de problèmes insurmontables sur le plan technique, la première nécessite un accord préalable de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC).

Rappelons que ce projet s'inscrit dans le droit fil des prescriptions du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du centre historique. Ce document publié en juin 2012 fixe des obligations de protection de la centaine de monuments et autres sites classés qui jalonnent les 69 hectares du cœur de la cité du Roi René.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide