AccueilUrbanismeAix-en-Provence : 22 dossiers en lice pour le projet de reconversion du couvent des Prêcheurs

A LA PELLE Aix-en-Provence : 22 dossiers en lice pour le projet de reconversion du couvent des Prêcheurs

La Ville d’Aix a reçu 22 dossiers de candidature pour le projet de reconversion immobilière de l’ancien couvent des Prêcheurs, écrin classé niché dans le centre historique.
Aix-en-Provence : 22 dossiers en lice pour le projet de reconversion du couvent des Prêcheurs
W. Allaire - Ce 18 octobre, ces opérateurs ont déposé un dossier pour racheter à la commune cet actif de 4 720 m2 de surface plancher vacant depuis 2016 et la fermeture du collège installé dans ses murs durant plus d’un siècle.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Vingt-deux : c’est le nombre de dossiers de candidatures reçus par la Ville d’Aix-en-Provence pour le projet de reconversion immobilière de l’ancien couvent des Prêcheurs, écrin classé du XVIe et XVIIe siècles niché en plein centre historique de la cité du Roi René. Parmi les groupements d’investisseurs-promoteurs-concepteurs en lice, on retrouve la fine fleur de l’industrie immobilière : Icade avec Anthony Béchu, le groupe Edouard Denis avec l’agence Kern et associés, le groupe Coffim avec Christophe Gulizzi, Nacarat avec l’agence Rougerie+Tangram, Vinci et sa filiale Girard avec l’agence Huit et demi, Histoire et Patrimoine avec Nathalie d’Artigues (agence NDA), Cetic-Villenova avec l’agence Moatti-Rivière, le groupe One Point avec Corinne Vezzoni, Redman accompagné de Ertim (Didier Poignant) avec le groupe groupe Sebban...

Un écrin de 4 720 m2

Ce 18 octobre, ces opérateurs ont déposé un dossier pour racheter à la commune cet actif de 4 720 m2 de surface plancher vacant depuis 2016 et la fermeture du collège installé dans ses murs durant plus d’un siècle. La commission de cession du patrimoine va désormais examiner les projets proposés par les candidats. Cette analyse s’effectuera à l’aune des critères définis par la municipalité : le projet devra d’une part « contribuer à l'embellissement de la ville ainsi qu'à la dynamisation économique de la partie Est du centre-ville », et d’autre part « mettre en valeur cet élément significatif du patrimoine Aixois » en veillant à son insertion dans son environnement proche qui comprend notamment l’église de la Madeleine. Enfin, la Ville attachera évidemment une attention particulière au mode de financement proposé et à l'offre de prix.

Après examen des dossiers, la commission de cession proposera un lauréat au maire, un avis que cette dernière ne sera toutefois pas tenue de suivre. Une fois finalisée la proposition du lauréat, son projet sera soumis pour approbation définitive au conseil municipal.

Cet échéancier est à prendre avec des pincettes : dans l’avis d’appel à concurrence, la commune précisait qu’elle se réservait « le droit d’interrompre le processus de vente à tout moment », ainsi que « la possibilité de ne pas donner suite aux offres reçues, le tout sans que les candidats puissent demander en contrepartie une quelconque indemnisation (sic) ».

Controverse post musée Picasso

Ce projet de cession suscite la controverse. En mars 2021, lors de l’annonce du lancement de l’appel à projet, Anne-Laurence Petel, la conseillère municipale et députée LREM, avait lancé une pétition qui a recueilli plus de 15 000 signatures. Et Marc Pena, le leader du groupe de gauche « Aix en Partage » avait fustigé « la vente de ce bien public, élément de l’identité et du patrimoine aixois qui fut jadis le siège du Parlement de Provence ».

L’appel à projet succède à la tentative avortée de cession à Catherine Hutin, l’une des héritières de Pablo Picasso. En 2017, Via la société « Madame Z », cette dernière s’était engagée à verser 11,5 millions d’euros HT à la commune pour acquérir le bâtiment. Un prix inférieur de 9% à l’estimation de France Domaine (12,6 M€ HT) mais que la ville justifiait alors par les retombées économiques de son projet, à savoir la création d’un musée accueillant près de 2 000 œuvres du maître du cubisme. La négociation avait finalement capoté en 2020 devant le refus de la belle fille de Picasso de s’engager à laisser ses œuvres en dépôt sur une longue durée (15 ans).

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?