AccueilEconomieAéronautique : Aero 145 Aegis compte investir 34 M€ sur Avignon

Aéronautique : Aero 145 Aegis compte investir 34 M€ sur Avignon

Un groupe d’investisseurs lance la création d’une filière de transformation et de recyclage d’avions moyen-courriers sur la plateforme aéroportuaire d’Avignon.
Le projet prévoit à moyen-long terme, la construction de six hangars pour un total de 14 000 m2.
D.R. - Le projet prévoit à moyen-long terme, la construction de six hangars pour un total de 14 000 m2.

EconomieVaucluse Publié le ,

L’aéroport d’Avignon compte accueillir une importante activité industrielle portée par Aero 145 Aegis, un groupe d’investisseurs issus des milieux du droit, de la finance et de l’aéronautique. Leur projet vise la création d’une filière industrielle qui intègre plusieurs activités sur des avions moyen-courriers, type ATR 72, A321 ou Boeing 737 pour les plus gros. Pour la première fois en France, une entreprise intégrera sur un seul site les activités de maintenance, de peinture, de démantèlement, de recyclage, de vente de pièces détachées certifiées, de stationnement, de reconfigurations d’anciens avions de passagers en appareil de fret, tout en apportant les garanties de traçabilité inhérentes à l’aéronautique.

14 000 m2 de hangars

Présidé par Joseph Heriaef et piloté par François Wawruszczak, le projet s’appuie sur 34 M€ d’investissement à moyen-long terme, la construction de six hangars pour un total de 14 000 m2, l’emploi de 220 personnes d’ici trois ans qui devraient, à terme, générer 500 emplois indirects. François Wawruszczak souligne consacrer 5 M€ pour sécuriser des bâtiments bien au-delà des normes actuelles afin d’assurer, en toute sécurité, en milieu confiné, des activités qui retraiteront notamment des métaux, fluides et gaz.


La Société aéroport Avignon-Provence (SAAP), société qui gère l’aéroport, présidée par Luc Crespo, propriété à 100 % de la Chambre de commerce et d’industrie de Vaucluse, envisage d’agrandir ses surfaces de stationnement pour répondre à la demande de stockage d’avions et permettre de soulager les aires de stationnement saturées des aéroports internationaux. La piste actuelle, dimensionnée pour accueillir des moyen-courriers, ne sera pas modifiée.

Décollage progressif

Pour son démarrage, l’entreprise compte, dans un premier temps, occuper sur 900 m2, un tiers du hangar H21 existant. Les investisseurs finalisent un plan de financement de 1,5 M€ assuré à 70 % par la Région pour le montage d’un chapiteau entre 1 600 m2 et 1 800 m2 de toile soutenue par une structure métallique pour accueillir une montée en puissance de l’activité. Aujourd’hui, l’entreprise dispose, comme moyen d’actions, de son capital social de 400 000 €, d’un prêt de 690 000 € dans le cadre de France Relance et de 400 000 € d’aides la Région.

De gauche à droite, François Wawruszczak, directeur marketing et communication d'Aero 145 Aegis, Joseph Heraief, président d'Aero 145 Aegis, Julien Fraysse, sous-préfet à la relance pour le Vaucluse, et Bruno Delorme, président de la commission Aménagement du territoire et équipements gérés à la CCI de Vaucluse. (Crédit : Emmanuel Brugvin)

Soutien public

Depuis plus d’un an, Julien Fraysse, sous-préfet à la relance pour le Vaucluse, accompagne le projet pour le compte des préfectures départementale et régionale.

« Nous avons analysé une entreprise capitalistiquement solide et étudié le marché. Certains opérateurs ont signé à Aero 145 Aegis des lettres d’engagement pour leur confier leurs avions. La conception de l’ensemble de la partie recyclage s’effectue avec l’Ademe. Concentrer toutes les activités en un même site permettra d’économiser des rotations et réduire la production de Gaz à effet de serre (GES). »

Julien Fraysse souligne que la plateforme d’Avignon doit s’envisager, désormais, comme un véritable pôle industriel.


François Wawruszczak espère accueillir son premier ATR 72 d’ici la fin de l’année et des moyen-courriers dès la livraison du chapiteau. L’élargissement du tour de table financier se poursuit pour permettre la réalisation sur 10 000 m2 des quatre premiers hangars attendus pour le premier trimestre 2024 et atteindre 47 M€ de chiffre d’affaires d’ici trois ans.

Le développement de la plateforme d’Avignon s’inscrit dans un projet lancé il y a plusieurs années par le conseil régional pour répondre à la forte demande d’installations industrielles de la première région aéronautique de France, devant les régions toulousaines et parisiennes en termes d’emploi, confrontée aux sites industriels saturés de Marignane (Airbus Helicopters) et de Cannes-la-Bocca (Thales). Cette politique de long terme avait vu la construction de la pépinière Pégase, le déménagement de Borghino (sellerie aéronautique haut de gamme) et de la base nationale d’hélicoptères RTE (Réseau de transport d’électricité).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?