AccueilEconomie[Acteurs du Vaucluse] Nucléaire : le Vaucluse à l'intersection de trois sites

[Acteurs du Vaucluse] Nucléaire : le Vaucluse à l'intersection de trois sites

Comment se porte l'économie en Vaucluse ? Pour répondre à cette question, Alain Ricci, notre journaliste basé à Avignon, est allé à la rencontre des forces vives de ce département pour dresser le portrait d'un département encore en mutation. Cette semaine, Michaël Denis, directeur de la prospection de l'Agence de développement économique de Vaucluse, nous parle de la filière nucléaire.
[Acteurs du Vaucluse] Nucléaire : le Vaucluse à l'intersection de trois sites
A. Ricci - Michaël Denis, directeur de la prospection de l'Agence de développement économique de Vaucluse.

EconomieVaucluse Publié le ,

TPBM : Quel est le poids de la filière nucléaire dans l'économie vauclusienne ?
Michaël
Denis
: Le Vaucluse est à l'intersection de 3 sites nucléaires majeurs qui mobilisent plus de 18.000 emplois. Les sites du Tricastin, de Marcoule et de Cadarache apportent des compétences précieuses dans une multitude d'autres secteurs : chimie, matériaux, cosmétique, métrologie, robotique, agroalimentaire, décontamination, traitement des effluents.

Plus de 21 milliards d'investissements sont programmés dans le Sud-Est de la France (Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Paca) au cours des prochaines décennies ; 45% des effectifs du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) sont dans le Sud-Est de la France et plus de 65% des activités d'Areva. En Provence, l'activité nucléaire se caractérise par : le démantèlement (expertise et marchés), les réacteurs de futures générations, le cycle du combustible, les nombreux transferts technologiques vers l'agroalimentaire, la cosmétique, l'industrie pharmaceutique, le traitement des déchets, la chimie verte, les écotechnologies.

Quelles sont les entreprises phares de cette filière ?
Areva, bien sûr. L'entreprise est présente sur le site du Tricastin. Site industriel unique en Europe, le Tricastin couvre une superficie de 650 hectares, sur 3 communes, 2 départements et 2 régions. Les industries Areva du Tricastin font partie du Business Group Amont. Depuis plus de 40 ans, les entreprises et le personnel du groupe Areva ont développé un véritable savoir-faire en matière de chimie, de conversion et d'enrichissement de l'uranium. Pour répondre aux demandes croissantes de ses clients, électriciens du monde entier, Areva a décidé d'investir plus de 3 milliards d'euros sur ce site. La construction des usines Georges Besse II et d'autres projets majeurs vont permettre de renouveler et de moderniser l'outil industriel tout en assurant l'avenir socio-économique de la région.
Areva est aussi présente à Marcoule. Créé en 1955 dans le Gard, le site de Marcoule regroupe un centre de recherche du CEA et des activités industrielles d'Areva. D'une part, Areva assure la valorisation des installations nucléaires à l'arrêt sur le site de Marcoule : une première mondiale à cette échelle. Il agit en tant que partenaire industriel de référence du CEA Marcoule pour les opérations d'assainissement démantèlement ainsi que pour l'exploitation d'installations nucléaires et conventionnelles. D'autre part, l'usine de recyclage de Melox, implantée sur le site nucléaire de Marcoule dans le Gard, fabrique des assemblages de combustibles MOX* destinés à alimenter les réacteurs à eau légère.

Areva a aussi un site à Cadarache. Il est sur le site du centre d'études du CEA, dans les Bouches-du-Rhône. Dédié au recyclage du plutonium et à la production de combustibles MOX pendant 40 ans, il se consacre aujourd'hui à l'assainissement et au démantèlement de ses installations.
Acteur majeur de la recherche, du développement et de l'innovation, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives - présent sur Cadarache et Marcoule - intervient dans quatre grands domaines : les énergies bas carbone (nucléaire et renouvelables), les technologies pour l'information et les technologies pour la santé, les Très grandes infrastructures de recherche (TGIR), la défense et la sécurité globale. Pour chacun de ces quatre grands domaines, le CEA s'appuie sur une recherche fondamentale d'excellence et assure un rôle de soutien à l'industrie.

Autre acteur incontournable du nucléaire : EDF. La centrale nucléaire du Tricastin est située dans la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme. Composée de 4 unités, elle produit en moyenne 24 milliards de kWh par an, soit près de 6% de la production nucléaire française. Dès le lancement des chantiers en 1974, la centrale du Tricastin a participé au développement du tissu économique des départements de la Drôme, du Vaucluse, de l'Ardèche et du Gard.
Actuellement, plus de 1.420 salariés EDF travaillent sur site, ainsi que 600 salariés permanents d'entreprises prestataires, tout au long de l'année. A cela, il convient d'ajouter les salariés d'entreprises prestataires lors des arrêts pour maintenance : de 600 à 2.000 selon le type d'arrêt. Les entreprises locales sollicitées sont nombreuses, environ 300 en 2014 : à titre d'exemple, les marchés passés avec les entreprises locales pour la maintenance représentent 33 millions d'euros. De plus, la centrale contribue à la fiscalité locale à hauteur de 90 millions d'euros, dont 2,4 millions d'euros pour la seule taxe foncière.

Quels sont les grands projets en cours dans la filière nucléaire ?
Parmi les plus grands projets scientifiques au monde, Iter** au CEA Cadarache doit valider la faisabilité d'une utilisation commerciale de la fusion nucléaire. Ce projet localisé au cœur de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, et à une centaine de mètres du Vaucluse, génère l'implantation de grands groupes internationaux qui travaillent sur l'ensemble des solutions énergétiques d'avenir. Au-delà de la fusion nucléaire, Iter agit comme un véritable générateur de projets et de technologies dédiées aux énergies du futur. C'est l'un des plus grands projets de recherche international : 17 milliards d'euros et 7 membres fondateurs (USA, Russie, Chine, Japon, Corée du Sud, Inde et Union européenne).

Autres projets en cours, les démantèlements passés et avenir (Socatri***, Rapsodie, Phénix) procurent une réelle expertise et de nombreuses opportunités de marchés dans l'intervention en milieux confinés (milieux hostiles), la décontamination, la séparation et l'ultrafiltration, le traitement ultime des déchets et d'autres.
Enfin, l'actualité récente rend la sécurité des sites industriels et nucléaires de plus en plus incontournable. En Provence, nous disposons de réelles compétences sur les thèmes de la gestion des risques et des solutions technologiques à apporter. Cette thématique va connaître de forts développements. Nous souhaitons que notre territoire soit actif sur ces domaines, qu'il fasse connaître son expertise !

* MOX est l'abréviation de mélange d'oxydes.
** International thermonuclear experimental reactor.
*** Société auxiliaire du Tricastin.

L'intégralité de l'article est à lire dans le numéro 1094 de TPBM (paru le 9/09/2015).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?