AccueilDroit et chiffre[Acteurs du Vaucluse] "La profession d'avocat s'est encore enrichie de nouveaux confrères"

[Acteurs du Vaucluse] "La profession d'avocat s'est encore enrichie de nouveaux confrères"

Comment se porte l'économie en Vaucluse ? Pour répondre à cette question, Alain Ricci, notre journaliste basé à Avignon, est allé à la rencontre des forces vives de ce département pour dresser le portrait d'un département encore en mutation. Cette semaine, rencontre avec Florence Rochelemagne, bâtonnier de l'Ordre des avocats au barreau d'Avignon.
[Acteurs du Vaucluse]
A. Ricci - Florence Rochelemagne, bâtonnier de l'Ordre des avocats au barreau d'Avignon

Droit et chiffreVaucluse Publié le ,

TPBM : Pouvez-vous nous dresser un état des lieux de la profession d'avocat au sein du barreau d'Avignon ?
Florence Rochelemagne : La profession s'est encore enrichie par l'arrivée de nouveaux confrères qui sont venus s'inscrire en 2015 au barreau d'Avignon. Ils sont au nombre de dix. Le nombre total d'avocats à ce jour est de 296. Le barreau d'Avignon est jeune et essentiellement féminin (60% de femmes et 40% d'hommes). Je constate qu'il s'agit principalement de confrères dynamiques qui ont su investir les nouveaux champs d'activité qui nous ont été offerts par le législateur, comme le mandat en transactions immobilières ou encore la procédure participative. Beaucoup de mes confrères se forment également à la médiation.

Votre profession a-t-elle évolué dans le département ?
Il n'y a pas, en tout cas à Avignon, d'évolution significative, si ce n'est l'investissement dans de nouveaux secteurs d'activités. En revanche, il est clair que la profession subit, comme toutes les autres, la crise économique.

Le XXIe siècle sera numérique, est-ce que votre profession en a pris la mesure en Vaucluse ?
Le XXIe siècle ne sera pas numérique, mais est d'ores et déjà numérique et la profession d'avocat a effectivement pris la mesure de cette évolution en Vauclusecomme partout ailleurs en France. En effet, il faut savoir aujourd'hui que la communication avec le tribunal de grande instance d'Avignon ou avec la cour d'appel de Nîmes se fait par la voie électronique par le biais d'une plate-forme e-barreau. Il s'agit d'un système protégé bien entendu par le biais de clés cryptées que l'ordre délivre sur présentation d'un document d'identité à chaque confrère et qui nous permet de communiquer avec les juridictions, d'accéder à nos dossiers, de communiquer entre avocats. Demain, cet outil permettra également la signature en ligne de convention d'honoraires et garantira pour l'ensemble des services un archivage sécurisé.

Retrouvez la suite de l'article d'Alain Ricci dans le numéro 1081 de TPBM.

Cet article est le premier d'une longue série consacrée aux acteurs économiques du Vaucluse. La semaine prochaine, il s'agit du secteur de la logistique avec notamment une interview de Cathy Fermanian, directrice générale de l'Agence de développement économique de Vaucluse.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?