AccueilEconomie[Acteurs du Vaucluse] "La cosmétique est une filière où l'on a un vrai potentiel de développement"

[Acteurs du Vaucluse] "La cosmétique est une filière où l'on a un vrai potentiel de développement"

Comment se porte l'économie en Vaucluse ? Pour répondre à cette question, Alain Ricci, notre journaliste basé à Avignon, est allé à la rencontre des forces vives de ce département pour dresser le portrait d'un département encore en mutation. Cette semaine, TPBM vous parle cosmétique avec Cathy Fermanian, directrice générale de l'Agence de développement économique de Vaucluse.
[Acteurs du Vaucluse]
A. Ricci - Cathy Fermanian, directrice générale de l'Agence de développement économique de Vaucluse

EconomieVaucluse Publié le ,

TPBM : Qu'entendez-vous par filière cosmétique ?
Cathy Fermanian : C'est une filière où l'on va de l'amont vers l'aval, de la plante au produit fini. Elle inclut, dans un premier temps, les matières premières, plantes aromatiques et médicinales. Ensuite, les "actifs végétaux" dont on va se servir pour l'élaboration de produits cosmétiques. En Vaucluse, nous avons tout ce qui porte à la recherche en formulation cosmétique, le conditionnement à façon, c'est-à-dire des sociétés qui vont fabriquer pour le compte d'industriels, des recettes bien particulières de produits et les conditionner, les packager pour pouvoir ensuite les livrer. Cette région est emblématique par rapport à la production de matières premières : la lavande et d'autres plantes aromatiques.

Quel est le poids de cette filière dans l'économie vauclusienne ?
La région Paca est la première région de production en plantes biologiques à parfum et médicinales. Le Vaucluse est le troisième département français. On est bien positionné. Au-delà de ces productions agricoles, il y a une vraie image autour de la Provence, très porteuse, comme le montre la success-story de L'Occitane. Il y a aussi une dynamique qui s'est mise en place autour de France Eco-Extraction. En 2009, les pôles Terralia, Pass et Trimatec ont conclu un partenariat visant au développement de procédés d'éco-extraction, favorisant la production d'extraits végétaux. L'association France Eco-Extraction met en synergie des compétences de trois pôles de compétitivité, de partenaires techniques et de trois plates-formes technologiques complémentaires. En région Paca, cette filière représente 400 entreprises (15% des entreprises du secteur en France) et 10.000 emplois. La région accueille aussi 70% des distilleries françaises.

Quelles sont les entreprises phares de cette filière ?
On a des sociétés réparties sur tout le département : à Valréas, Carpentras, Coustellet, Vaison-la-Romaine, Avignon, Sablet. La plupart sont situées dans des territoires emblématiques : au pied du Mont Ventoux, etc. L'une des entreprises qui tire la filière dans le département, c'est Naturex. Elle est à la convergence des filières agroalimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques. Un certain nombre de sociétés sont quant à elles positionnées dans la formulation et le conditionnement à façon comme Algovital. Cette société s'est développée à Carpentras, puis à Mormoiron. Elle conçoit ses propres marques et valorise les ressources de son territoire. Parmi d'autres entreprises, le groupe Anjac a racheté récemment en Vaucluse deux sociétés : Sicaf (Valréas) et Carmain (Carpentras), soit 7.000 m2 sur les deux sites avec 150 collaborateurs. C'est une société qui travaille pour Kenzo, Hermès sur l'élaboration de produits de soin. Elle réalise près de 14 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Dans les sociétés emblématiques, nous avons aussi Hyghteck AromaZone. Cette entreprise fait du e-commerce. Elle vend en ligne des produits naturels, c'est le « Do it yourself » de la cosmétique. Elle est aujourd'hui en très forte croissance. Le siège social demeure à Paris, mais la production est basée à Coustellet et va se développer à Châteauneuf-de-Gadagne. Les sociétés de distillation restent aussi très présentes sur le département : Biolandes à Valréas, Reynaud à Carpentras. Plantes et parfums de Provence à Sablet est sur le marché du cadeau, du souvenir et distribue ses produits dans les points relais, dans les duty-free. Il faut aussi remarquer des sociétés innovantes : Quatressences (gamme de produits cosmétiques à base de safran notamment), Bionov (extraction de polyphénols à base de melon), Herbissima, Le secret naturel. Ciel d'Azur fait, quant à elle, de la distribution de produits biologiques.

Quels sont les organismes qui concourent au développement de cette filière ?
L'interprofession est organisée autour de Cosmed. Créée en 2000, cette association professionnelle est née de la volonté des TPE-PME d'être représentées et entendues par les autorités françaises et européennes en charge de la filière cosmétique. Cosmed est le premier réseau représentatif des PME de la filière cosmétique en France. Ce sont 675 entreprises adhérentes rassemblant l'ensemble des métiers de la filière : marques propres principalement, mais aussi fournisseurs, façonniers, laboratoires d'expertise… Composée à 90% de PME, Cosmed est désormais considérée comme un acteur incontournable dans la filière cosmétique. Nous avons aussi le pôle de compétitivité associé : le pôle Parfums arômes senteurs saveurs (Pass).

Le pôle Pass a su créer un écosystème riche regroupant toute la chaîne de valeur de la filière, ses entreprises et ses organismes de recherche, mais aussi les acteurs de la formation et les partenaires privés et publics qui concourent à son développement. Il s'appuie également sur l'expertise et la complémentarité d'autres pôles de compétitivité tels que Cosmetic Valley, Terralia (fruits et légumes, vigne et vin, céréales), Trimatec (écotechnologies) ou Vitagora (goût, nutrition, santé), avec lesquels il co-labellise des projets de recherche ou construit des actions partagées. Enfin, le pôle Pass prend également l'initiative de créer ou de collaborer à la création de nouveaux réseaux (France Eco-Extraction, I2MAP*) ou de plates-formes technologiques telles que Erini (European Research Institute on Natural Ingredients) ou la plate-forme d'éco-extraction de Valréas. Il y a aussi des compétences intéressantes au sein du laboratoire Green de l'Université d'Avignon, qui est un centre de recherche et de développement. On est sur l'éco-extraction pour utiliser moins de solvant et réduire des coûts énergétiques pour un meilleur rendement.

Quel peut être l'avenir de cette filière en Vaucluse ?
Je pense que c'est une filière où l'on a un vrai potentiel de développement. Elle est en train de se structurer, notamment d'un point de vue recherche et développement. Elle crée aussi des conditions d'accueil favorables comme par exemple avec la Cité du végétal à Valréas. C'est une initiative qui est née de l'intercommunalité de l'Enclave des Papes et est partie d'un constat de désindustrialisation de ce territoire avec de nombreuses fermetures d'entreprises autour de la filière du cartonnage. En partenariat avec des investisseurs privés, la Communauté de communes de l'Enclave des Papes entend développer une activité économique pérenne. La Cité du végétal doit accueillir des entreprises de l'industrie cosmétique et des laboratoires de recherche.

Un autre projet qui est intéressant à l'échelle des territoires est celui mené par la Cove (Communauté d'agglomération Ventoux Comtat Vénaissin) qui prévoit de réhabiliter son marché gare autour du pôle « Or Vert ». Elle inclut tout ce qu'on peut transformer à partir du végétal. Un premier parc d'activité est en train d'être commercialisé : Bellecour III. A terme, une opération de rénovation de ce marché gare va pouvoir offrir de l'infrastructure en termes d'entreprises adaptées, de salles blanches, etc. Nous ne devons pas oublier Agroparc qui peut accueillir des sociétés de cette filière. Avec Créativa, Agroparc accueille la plus grosse pépinière d'entreprises de la région Paca. Avec 113 entreprises et 450 salariés, cette pépinière a une orientation « généraliste » axée sur les services.

*International Innovation on Medicinal and Aromatic Plants.

Retrouvez tous nos articles consacrés au Vaucluse chaque semaine dans l'édition papier de TPBM.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?