Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

[Acteurs du Vaucluse] "L'économie créative est une filière en structuration"

Vaucluse Publié le - - Economie

[Acteurs du Vaucluse] "L'économie créative est une filière en structuration"
A. Ricci - Loïc Etienne, chargé de mission à l'Agence de développement économique de Vaucluse

Comment se porte l'économie en Vaucluse ? Pour répondre à cette question, Alain Ricci, notre journaliste basé à Avignon, est allé à la rencontre des forces vives de ce département pour dresser le portrait d'un département encore en mutation. Cette semaine, Loïc Etienne, chargé de mission à l'Agence de développement économique de Vaucluse, répond aux questions de TPBM.

TPBM : Qu'entendez-vous par filière économie créative ?
Loïc Etienne : C'est le croisement de la culture et de l'économie. Les économies créatives englobent le cycle de création, de production et de distribution de biens et de services dans lequel le facteur de base est l'utilisation du capital intellectuel. Et elles ont comme principe un assemblage entre différents secteurs d'activité qui traditionnellement ne travaillaient pas ensemble. L'Institut des Deux Rives, un think tank créé à Bordeaux par Georges Viala, cite 14 secteurs relevant de cette économie : arts plastiques, arts visuels, arts vivants, artisanat, musique, édition, tourisme créatif, publicité, création numérique, marché de l'art et de l'Antiquité, architecture et urbanisme, gastronomie et vin, mode et design.

Dans le département, nous avons fait le choix de retenir uniquement les secteurs directement créatifs, qu'ils le soient “totalement” ou “principalement”. Pour ces raisons, et bien que leur place puisse paraître légitime, la gastronomie (vin, restauration, chocolat), l'artisanat d'art, les antiquités et la mode ont été exclus de l'analyse. Cette économie n'est pas facilement délocalisable, car souvent liée à la culture locale ou dépendante de ses acteurs locaux.

Quel est le poids de cette filière dans l'économie vauclusienne ?
L'espace Rhône-Avignon-Vaucluse comptabilise 4 404 établissements, dont 3 803 sur le territoire vauclusien. 
Ce type d'établissement représente 5,4% du tissu existant et regroupe 2% de l'emploi salarié, soit 4 579 postes, dont 4 214 en Vaucluse. 29% de 
l'emploi salarié créatif l'est dans les spectacles et activités artistiques. Le domaine des spectacles et activités artistiques regroupe plus de la moitié des établissements de l'espace Rhône-Avignon-Vaucluse. Les établissements créatifs non-employeurs sont majoritaires (82%) et davantage représentés que dans l'ensemble du tissu économique.

Entre 2009 et 2014 dans le département, la filière économie créative a enregistré une progression de 10% de son nombre d'établissements, mais un recul de 16% de l'effectif salarié. Les dynamiques de croissance d'établissements, comme de diminution d'effectifs, ont été plus marquées pour cette filière a progressé de trois points de plus que pour l'ensemble du tissu économique vauclusien. Le nombre d'emplois a,quant à lui, reculé plus fortement sur la filière créative que pour l'ensemble des activités (-16% contre -5%).

Quelles sont les entreprises phares de cette filière ?
Le plus grand acteur de l'économie créative reste le Festival d'Avignon. C'est un porte-étendard qui market notre territoire. Le Festival d'Avignon génère d'importantes retombées économiques pour la ville et ses environs. La dernière étude en 2001 estimait les retombés du festival In à 23 millions d'euros, sans compter le Off devenu au fil du temps une gigantesque manifestation théâtrale et festive qui participe pleinement à l'économie locale. Nous avons plein de petites pépites. Comme les studios La Buissonne. 1200 albums et musiques de films y ont été enregistrés. De Los Angeles, Oslo, Tokyo ou Libreville convergent à Pernes-les-Fontaines des projets musicaux. Parmi eux : Manu Katché, Charles Aznavour, Jean-Louis Trintignant, Bill Stewart, Louis Bertignac et Philippe Katerine. Il y a aussi Blachère Illumination à Apt. C'est une entreprise conceptrice des illuminations de demain. Leader en France mais également à l'international, l'entreprise intervient dans les plus grandes villes du monde.

Autre entreprise phare, le bronzier d'art Mathieu Lustrerie à Gargas, partage son activité entre la restauration, la réédition et la création de lustres. Labellisée entreprise du patrimoine vivant, elle travaille notamment sur la restauration des lustres pour les monuments historiques. La société High Tech Home, créée en 2005 par un passionné de nouvelles technologies, est quant à elle spécialisée dans le développement de solutions technologiques innovantes. Ils adaptent des écrans lumineux sur du mobilier. Autre pépite, le parc Alexis Gruss. Depuis 1994, le cirque a son parc et y privilégie la création et la transmission des arts de la piste en se sédentarisant cinq mois par an, de mai à septembre, à Piolenc, dans le Haut Vaucluse.

D'autres entreprises se démarquent dans cette filière : Amda Production, Stageco, Scenic, Atelier Artefact, Kyueko, La compagnie du vélo théâtre.

Quels sont les grands projets en cours dans la filière économie créative ?
L'ouverture de l'école supérieure spécialisée dans les jeux vidéos et l'image animée est prévue pour la rentrée 2016 sur Carpentras. Nous travaillons également sur l'installation de studios d'animation qui pourraient venir appuyer cette filière. Autre projet, le parc Spirou de Monteux sera un parc très moderne basé sur de nouvelles technologies immersives. Il représente la consommation de la création. Enfin, dans la Villa Créative Supramuros de l'Université d'Avignon va se mêler une formation continue, des chercheurs internationaux, un incubateur, un Living Lab et un Fab Lab.

L'article complet est à lire dans le numéro 1086 de TPBM (paru le 15.07.2015).

La French Tech Culture construit son pont

Avignon-Provence vient d'obtenir le label French Tech Culture. Huit nouvelles métropoles ont obtenu le label, ainsi que quatre écosystèmes dont celui d'Avignon.

S'appuyant sur neuf festivals du territoire provençal (Vaucluse, Gard, Bouches-du-Rhône) leaders européens dans leurs domaines artistiques totalisant deux millions de spectateurs chaque été, la French Tech Culture propose d'accueillir les startups du numérique autour de deux projets novateurs :

  • The Bridge : un accélérateur thématique unique en Europe dédié aux nouvelles applications numériques pour les métiers de la culture, les contenus culturels et l'événementiel culturel, accueillant les startups sur des sessions de deux mois d'accélération intensive. Il accompagne des projets en phase conceptuelle en vue de leur prototypage et de l'analyse de leur modèle économique. Il accompagne leur capitalisation d'amorçage auprès d'investisseurs privés et de la BPI France.
  • Un Living Lab : testant en conditions intensives festivalières les meilleurs projets mondiaux et nationaux dans le domaine, projets ayant déjà fait au préalable l'objet d'une accélération (en France ou à l'international) et/ou d'une validation technique et de modèle économique. Il accompagne la montée en capitalisation auprès d'investisseurs privés et de la BPI France.

Pour aller plus loin :






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer