AccueilEconomie[Acteurs du Vaucluse] "600 entreprises autour des nouvelles technologies dans le département"

[Acteurs du Vaucluse] "600 entreprises autour des nouvelles technologies dans le département"

Comment se porte l'économie en Vaucluse ? Pour répondre à cette question, Alain Ricci, notre journaliste basé à Avignon, est allé à la rencontre des forces vives de ce département pour dresser le portrait d'un département encore en mutation. Cette semaine, Loïc Etienne, chargé de mission à l'Agence de développement économique de Vaucluse nous parle nouvelles technologies.
[Acteurs du Vaucluse]
A. Ricci - Loïc Etienne, chargé de mission à l'Agence de développement économique de Vaucluse

Economie Publié le ,

TPBM : Qu'entendez-vous par nouvelles technologies ?
Loïc
Etienne
: C'est la production de contenus numériques : logiciel, 3D, jeux vidéos. La création numérique est transmédia. Selon une convention internationale fixée par l'OCDE*, on qualifie de secteurs des technologies de l'information et de la communication (TIC) les secteurs suivants :

  • secteurs producteurs de TIC (fabrication d'ordinateurs et de matériel informatique, de TV, radios, téléphones)
  • secteurs distributeurs de TIC (commerce de gros de matériel informatique)
  • secteurs des services de TIC (télécommunications, services informatiques, services audiovisuels).

Quel est le poids de cette filière dans l'économie vauclusienne ?
Le poids de la filière est à l'image de notre territoire. On a 600 entreprises autour de cette filière dans le département, avec les deux tiers présentes autour du bassin de vie d'Avignon. On a souvent affaire à de petites entreprises. Elles représentent 3.500 emplois dans le département. La filière crée autour de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires. C'est une filière complètement en devenir. Il y a une prise de conscience qu'on a quelques pépites.

En Vaucluse, on a énormément de légitimité autour de la muséologie et des nouveaux usages (consommation touristique de demain) avec l'Université d'Avignon. Les TIC ont un terrain de jeu dans le département grâce à un patrimoine considérable. Ces entreprises pourraient développer, prototyper in situ ces nouvelles applications, comme l'a fait Arles pour les sentiers numériques.

Il faut créer un quartier très high-tech pour pousser cette filière, par exemple en zone de Courtine. Il faut être innovant et légitime. On ne va pas concurrencer Barcelone en travaillant sur les smartphones. Il faut travailler sur une identité de territoire et essaimer de nouvelles choses comme un Fab Lab. Une start-up doit pouvoir prototyper de nouvelles technologies, il doit y avoir une plate-forme test pour des serious games**.

Quels sont les grands projets en cours dans la filière nouvelles technologies ?
Aquadima est au carrefour du web et du divertissement culturel. Cette start-up fondée au Canada en 2010 est implantée à Avignon. Elle porte un projet innovant dans les technologies de l'information et de la communication sur le sujet des œuvres culturelles et de divertissement. C'est un Facebook avec un Amazon et une plate-forme de crowdfunding. Autre société qui est devenue la numéro 2 sur son marché en quelques mois :B2Pweb. C'est une bourse de fret via une plate-forme web d'optimisation des transports pour les logisticiens.

L'intégralité de l'interview est à lire dans le numéro 1093 de TPBM (du 2/09/2015). Cliquez ici pour vous abonner.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?