AccueilTerritoiresA Gap, une navette électrique autonome sans précédent

A Gap, une navette électrique autonome sans précédent

Dès cet automne, il sera possible de relier le sud de Gap au centre-ville en empruntant une navette électrique sans chauffeur. Cette expérimentation est une première en raison des caractéristiques de son parcours de 2,2 km, sur lequel elle traversera 20 intersections.
A Gap, une navette électrique autonome sans précédent
Ville de Gap - La navette électrique autonome Néa, dévoilée le 17 juillet, sera mise en service cet automne entre le sud de Gap et le centre-ville.

TerritoiresHautes-Alpes Publié le ,

Elle a été baptisée Néa. Et elle constitue une innovation « sans précédent dans le monde », selon le maire de Gap et président de la communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance, Roger Didier, et Jean-Christophe Jouanneault, directeur du service client de Navya, son concepteur. Cette navette 100% électrique autonome a été dévoilée le 17 juillet à Gap, où sa mise en service est prévue en octobre. Elle permettra de relier le parking-relais du stade nautique de Fontreyne, au sud de la ville, à Porte-Colombe, au centre-ville, en longeant l'axe généralement très encombré de l'avenue de Provence.

C'est d'ailleurs le parcours qu'elle suivra qui fait sa particularité. Si d'autres navettes autonomes sont déjà testées en France et dans le monde, elles le sont généralement sur des sites propres. A Gap, sur un itinéraire de 2,2 km, elle circulera essentiellement sur la contre-allée Albert-Laty en itinéraire partagé parmi les cyclistes et les piétons, mais elle devra également traverser une route nationale, la RN 85 (au niveau du stade nautique), et croiser 16 rues et quatre accès de parkings.

« Au regard du nombre d'intersections traversées (20) et du nombre d'équipements d'infrastructures avec lesquels la navette va devoir dialoguer tout au long de son parcours (deux feux tricolores, un feu type « passage à niveau » et quatre bornes escamotables), cette expérimentation est une première mondiale », assure Jean-Christophe Jouanneault.

Une phase de tests avant son ouverture au public

Avant sa mise en place, des travaux d'aménagements de voirie et de réseau de communication sont prévus sur le parcours qu'elle empruntera. Elle sera ensuite testée à vide, in situ, pendant 22 jours et cinq agents de l'agglomération seront formés à son fonctionnement, préalablement à son ouverture au public dans le courant de l'automne. Le maire de Gap a rappelé que son utilisation sera « gratuite pour les usagers, ainsi que c'est déjà le cas pour tous les transports urbains de Gap et de son agglomération ».

La navette est équipée de la dernière génération de capteurs pour lui permettre de se repérer dans l'espace et d'assurer une navigation précise. Elle sait se positionner au centimètre près et distinguer sur la route tout type d'obstacles, statiques et dynamiques.

Mise en place à titre expérimental, la navette a obtenu une autorisation du ministère des Transports le 27 mai dernier, après seize mois de procédure. Elle circulera avec la présence d'un agent de bord de l'agglomération, à même de répondre aux questions des utilisateurs et de prendre les commandes si besoin à l'aide d'un joystick.

L'investissement de 272 500 € (HT), auquel s'ajoute un coût d'exploitation de 48 000 € par an, est financé par l'Union européenne dans le cadre du programme Interreg-Alcotra et du projet Music (Mobilité urbaine sûre intelligente et consciente) développé par la Ville de Pinerolo (Italie) et l'agglomération Gap-Tallard-Durance.

Photo (crédit Ville de Gap) : La navette électrique autonome Néa, dévoilée le 17 juillet, sera mise en service cet automne entre le sud de Gap et le centre-ville.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?