Fermer la publicité

[BTP] 50 millions d'euros de vols sur les chantiers des Bouches-du-Rhône

le - - Economie

[BTP] 50 millions d'euros de vols sur les chantiers des Bouches-du-Rhône
F. Delmonte

Johan Bencivenga, le président de la Fédération du BTP 13, a tiré la sonnette d'alarme en évoquant le ras-le-bol des entreprises du BTP confrontés aux vols sur les chantiers. Un préjudice insupportable.

Cinquante millions d'euros ! C'est ce que coûtent chaque année les vols sur les chantiers à la filière du BTP dans les Bouches-du-Rhône. Hallucinant, incroyable presque tant la somme paraît importante… A faire le calcul, on est loin de quelques tuyaux en cuivre « empruntés » au plombier, ou de la cuvette des toilettes qui se volatilise dans la nuit. Johan Bencivenga, président de la Fédération du BTP 13 (FBTP 13), appuie sur le chiffre, pour marquer les esprits :

« 50 millions d'euros de vol par an, c'est 5% du chiffre d'affaires de notre filière dans les Bouches-du-Rhône »

« Dans certains endroits, nous nous faisons racketter. On parle de sommes qui tournent autour de 25.000 euros… Certains voyous proposent leurs services de gardiennage. Si on n'accepte pas, il y a du vol, des préjudices, des intimidations. » Et Johan Bencivenga de raconter une scène hallucinante, mais vraie : « un responsable de chantier qui est jeté dans le coffre d'une voiture et auquel on fait faire le tour de la cité à toute allure ». « Quand on arrive dans une cité et qu'on s'installe pour des travaux, on dérange leur business. Ou alors, ils nous prennent pour des policiers » explique Johan Bencivenga qui ne veut plus que ses « gars » se fassent menacer, intimider et que les chantiers soient perturbés.

« Vous savez, on est les derniers à entrer dans les cités. On le fait pour rénover, apporter du confort. Nos entreprises sont aussi là pour faire travailler les gens. Il y a des clauses pour embaucher des personnes sans emploi. On joue un rôle social » souligne celui qui représente 50.000 salariés dans le département.

Le dossier complet consacré au BTP face aux vols de chantier dans la région PACA a lire dans le n°1074 de TPBM (du 22/04/2015).

(RE​)LIRE : Le nouveau départ de La Castellane, la cité de Zidane (William ALLAIRE)

« Ras le vol », la parade de la FBTP 13

Depuis dix ans la Fédération du BTP 13 est consciente du problème des vols sur les chantiers. En 2004, une première convention avait été signée avec la préfecture des Bouches-du-Rhône. La parade s'appelait « ras le vol » et l'idée était de « mettre en sécurité les chantiers jugés sensibles ». Le principe a été même récupéré au niveau national en 2008 et confirmé en 2013 par le ministre de l'Intérieur et le président de la Fédération française du bâtiment (FFB).

Une nouvelle convention locale est signée en 2013, avec le préfet de police, le procureur, le directeur départemental de la sécurité publique (Police nationale) et le commandant du groupement de gendarmerie des Bouches-du-Rhône. L'idée était de « conjuguer les efforts pour lutter plus efficacement contre les vols et atteintes volontaires visant les entreprises et les collaborateurs du bâtiment ». Pour y arriver, les pouvoirs publics ont facilité d'un côté « la prévention technique et opérationnelle », ainsi que « l'optimisation des plaintes et des investigations ». « Un volet accompagnement social » a aussi été engagé. Ce dernier va assez loin, puisqu'il permet à « des chômeurs de quartiers défavorisés d'être employés sur des chantiers », pas forcément ceux de leur quartier.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer