Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

2018, année « entrepreneuriale » pour la Cress Paca

le - - Economie

2018, année « entrepreneuriale » pour la Cress Paca
D.R. - Denis Philippe, le président de la Cress Paca entend placer 2018 sous le signe de l'"entrepreneuriat".

Développement du fonds d'aide, ouverture d'antennes départementales, services aux adhérents et salon économique : la Cress Paca poursuit sa mutation.

« Entrepreneurial » : en 2018, la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire Provence-Alpes-Côte d'Azur (Cress Paca) va répéter souvent ce mot, comme un leitmotiv. « Nous voulons être une Cress pilote en France », affirme Denis Philippe, son président. Lors d'une conférence de presse de début d'année, ce dernier a présenté son cap pour 2018. Si l'année 2017 s'était terminée par l'inauguration des nouveaux locaux à Marseille, en présence du ministre Christophe Castaner, 2018 commence avec l'élection de Michel Pouzet à la tête du Ceser*, le développement du fonds d'aide aux adhérents et l'ouverture de délégations territoriales.

La première ouvrira ses portes le 8 mars à Toulon, dans le Var. La Cress Paca y sera hébergée par la Mutuelle de France. Une autre délégation s'installera ensuite dans les Alpes-Maritimes. Les autres départements suivront. « L'idée est de nous rapprocher des entreprises et associations dans les départements et de porter de façon plus forte la parole de la Cress auprès des décideurs locaux », explique Denis Philippe.

De 30 à 300 adhérents

Le président entend aussi mobiliser plus fortement le réseau régional de l'Economie sociale et solidaire (ESS) afin de poursuivre le travail de reconnaissance institutionnelle et de développement des adhérents. « Nous sommes passés de 30 adhérents en 2015 à plus de 300, et l'objectif est d'arriver à 1 000 », rappelle Denis Philippe. Pour y parvenir, la Cress propose des services et a lancé un fonds d'aide. Il servira à financer les mutations et projets de développement des entreprises et associations. Ce modèle plus « entrepreneurial » testé par la chambre régionale s'accompagne de la recherche d'une autonomie financière. « Il ne faut plus dépendre uniquement des subventions publiques », souligne Denis Philippe. Pour soutenir les entreprises et associations dans cette mutation, le fonds d'aide devrait recueillir 10 millions d'euros, peut-être 15. Les équipes de la Cress y travaillent. Elles font le tour des banques, mutuelles, coopératives et autres grosses structures de l'ESS pour les mettre à contribution.

En parallèle, le président de la chambre régionale poursuit son travail de lobbying. Il l'avait exercé à la région et auprès du monde économique pour que la Cress ait un rang de chambre consulaire. Le travail va se poursuivre dans les ministères concernés. « Je vais aller les rencontrer pour expliquer notre spécificité et la démarche nouvelle de la Cress Paca. Je suis un président de chambre consulaire qui entend que ses entreprises soient reconnues à leur juste place », prévient Denis Philippe.

* Conseil économique social et environnemental régional. L'élection s'est tenue le 29 janvier.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide