Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

[Club des partenaires] 2018 : année du renouvellement urbain en Vaucluse

le - - Club des partenaires

Quasiment tous les acteurs du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) - ou plus simplement Anru 2 - du Vaucluse étaient réunis à Avignon, le 8 décembre, pour participer au Club TPBM. Lancé par votre hebdomadaire, ce club est un lieu de réflexion et d'échanges entre les décideurs et acteurs de l'aménagement du territoire et de la construction en Paca.

Ils pourraient être bouclés d'ici juin 2018 pour Avignon et d'ici fin 2018 pour Cavaillon et Orange. Les NPNRU (Nouveau programme national de renouvellement urbain, autrement dit Anru 2) arrivent à leur 2nde étape : celle de la signature de la convention de renouvellement urbain. Lors de la 1ère étape, les protocoles de préfiguration de l'Anru 2 ont été signés avec la communauté d'agglomération du Grand Avignon en novembre 2016, la Communauté de communes du Pays réuni d'Orange (CCPRO) en janvier 2017 et la ville de Cavaillon en mars 2017. A Avignon, l'Anru 2 prend en compte les quartiers de la Rocade, de Saint-Chamand, de la Grange d'Orel et de la Reine Jeanne. Les deux premiers sont d'intérêt national et les deux autres d'intérêt régional. A Cavaillon, l'Anru 2 inclut les quartiers du Docteur Ayme, des Condamines et de Saint-Martin. Ils sont tous d'intérêt régional. A Orange, l'Anru 2 cible le quartier de l'Aygues jugé d'intérêt régional.

L'objectif de ce programme Anru 2 est la mixité sociale. Pour y parvenir, les acteurs doivent se mettre d'accord sur le programme des travaux, le phasage et le financement. Le programme des travaux concerne la réhabilitation, la résidentialisation, la démolition ou la reconstruction de ces logements.

Quels sont les acteurs ? Il y a bien sûr les bailleurs sociaux (Mistral Habitat, Grand Avignon Résidences, Grand Delta Habitat et Erilia), mais également les collectivités locales (les communes, les intercommunalités, le département, la région), l'Etat, l'Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine) et les partenaires de l'Anru (Caisse des dépôts, Action Logement, etc.).

Le calendrier

Jean-Christophe Moraud, préfet de Vaucluse

L'Anru 2 ou NPNRU est un programme qui va s'étaler sur une dizaine d'années. Pour Avignon, nous travaillons de manière partenariale, il ne saurait en être autrement. On est sur un travail technique extrêmement intense qui va se dérouler sur la fin 2017 et le premier semestre 2018. L'objectif étant de passer au comité d'engagement à la fin du premier semestre 2018, en juin 2018. Pour Cavaillon et Orange, on attend les implications de la région Paca de manière à caler l'implication de l'Anru. On pourrait aboutir pour fin 2018.

Les financements

Jean-Christophe Moraud

Sur Avignon, le chantier Anru 2 est estimé à 216 millions d'euros dont entre 60 à 115 millions d'euros financés par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) selon les options retenues. Sur Cavaillon et Orange, le chantier Anru 2 n'est pas encore évalué, car les études sont toujours en cours.

Christelle Assié, directrice territoriale Provence Alpes Méditerranée de la Caisse des dépôts

Nous apportons 580 000 euros d'ingénierie dont 460 000 euros pour le Grand Avignon, 60 000 euros pour Cavaillon et 60 000 euros pour Orange. Une partie des études est toujours en cours. Sur la partie financement du projet, nous allons soutenir autant Avignon que Cavaillon ou Orange. Sur la partie investissement en fonds propres, ce sera en fonction des projets.

Les réhabilitations, les résidentialisations

Nicolas Luyton, directeur du développement et du patrimoine de Grand Delta Habitat

Nous avons orienté notre stratégie vers le renouvellement de ces quartiers mono-locatifs avec des démolitions, des réhabilitations et des résidentialisations. Nous travaillons sur l'attractivité, le pouvoir d'achat de nos locataires, la sécurité, la réglementation, la baisse des charges, la satisfaction client et l'écoute.

Joël Granier, président de Grand Avignon Résidences et vice-président du Grand Avignon, délégué à l'habitat et à la politique de la ville

Il faut un véritable partenariat pour l'Anru 2. Je ne suis pas sûr que le partenariat soit véritablement établi entre les bailleurs, l'agglomération et la ville d'Avignon. D'autre part, la population est en attente. Les conseils citoyens participent régulièrement au comité de pilotage.

Philippe Brunet-Debaines, directeur général de Mistral Habitat

Nous nous engageons sur un période très longue, d'où l'intérêt d'avoir une visibilité exacte sur les réhabilitations, les résidentialisations, les démolitions et le financement dans le contexte de la loi de finances 2018 et de la future loi logement.

Géraldine Bourdin, chef du service renouvellement urbain d'Erilia

L'important pour nous est de trouver le meilleur point d'équilibre entre la logique urbaine et notre stratégie patrimoniale. C'est important d'avancer à un bon rythme, car nous sommes en attente de réhabilitation.

Les destructions

Jean-Christophe Moraud

Sur Orange et Cavaillon, nous sommes en cours d'évaluation. Sur Avignon, on est sur une fourchette allant de 375 à 800 logements détruits.

Le relogement

Nicolas Luyton

Nous avons une politique partenariale dans le cadre du relogement. Nous collaborons avec le Grand Avignon sur une charte du relogement.

Michel Dejoux, directeur général de Grand Avignon Résidences

Pour le relogement des 514 logements que nous allons devoir détruire, nous sommes très vigilants sur le fait d'avoir les garanties écrites de la part des autres bailleurs avant de nous engager. Je ne sais pas comment on va faire passer des habitants qui ont des loyers modestes chez nous, chez des bailleurs sociaux où les loyers sont plus élevés.

Géraldine Bourdin

Quelle mobilité va-t-on réussir à mettre en place ? C'est le point sensible de ce projet et le gage de réussite.

Joël Granier

L'engagement de principe qui a été pris, et que les élus du Grand Avignon tiennent à faire respecter, est de reconstituer l'offre de logements sociaux démolis, d'une manière équitable sur le territoire de l'agglomération. Le projet NPNRU doit contribuer à l'action déjà engagée dans le cadre du PLH [Programme local de l'habitat, NDLR], de rééquilibrage du parc de logements sociaux sur le Grand Avignon. Actuellement, l'essentiel du parc est concentré sur la ville centre. Ainsi, l'engagement est de reconstituer cette offre à 30 % sur la ville centre et à 70 % sur les autres communes. Il s'agit d'un engagement de reconstruction des logements sociaux. Il doit être déconnecté de la question du relogement des ménages, qui n'a rien à voir. Il n'y a aucun engagement à reloger 70 % des familles sur les autres communes, ce n'est pas possible. En effet, le relogement des familles qui résident dans des immeubles voués à la démolition s'effectuera au cas par cas. Deux éléments majeurs seront pris en compte : leur souhait en termes de localisation et leur capacité financière. Aucun ménage ne sera relogé de force dans une commune où il n'a pas envie ni la capacité de se loger.

La transformation urbaine

Jean-Marc Roubaud, président du Grand Avignon

Il s'agit de métamorphoser et de transformer les quartiers concernés. Il y a des problématiques techniques, il y a des problématiques financières et il y a des problématiques de relogements. Il faut traiter l'espace public et la vie dans ces quartiers. La rocade d'Avignon doit devenir un boulevard vivable. Le tramway du Grand Avignon est un élément important de requalification de l'espace public et d'attractivité.

Jean-Baptiste Blanc, président de Mistral Habitat et vice-président du conseil départemental de Vaucluse

Dans les actions de Mistral Habitat, il y a de la reconquête urbaine et des logements neufs dans la ruralité. Il y a de fortes attentes en zone urbaine, mais également en zone rurale.

Jean-Christophe Moraud

C'est un projet urbain, complet et complexe. Il faut rénover les équipements publics, les établissements scolaires, etc.

Les logements privés, l'activité commerciale

Jean-Marc Roubaud

Je tiens à souligner qu'il faut attirer dans ces quartiers des opérations privées. Il ne s'agit pas que de refaire du logement social.

Jean-Yves Chemin, président de la Fédération du BTP de Vaucluse

Nous agirons auprès des instances nationales pour qu'il y ait des opérations de mixité sociale via la Foncière Logement au niveau du Vaucluse.

Jean-Marc Roubaud

Il faut être également attentif à la réorganisation des activités commerciales via des outils comme Epareca*.

Christelle Assié

Nous sommes prêts à regarder des montages en fonds propres. On crée des structures de portage soit Foncièrement quartier (NDLR : foncière commune Caisse des dépôts et Epareca), soit avec d'autres partenaires pour porter des rez-de-chaussée commerciaux dans ces quartiers-là. On peut être attentifs à des projets d'hôtels d'entreprises.

L'impact sur l'emploi

Jean-Yves Chemin

C'est un enjeu très important. Tout ce qui est réhabilitation représente chaque année plus de la moitié de l'activité des entreprises du BTP du département. Cela fait vivre environ 6 000 salariés. La réhabilitation génère un emploi pour deux logements réhabilités. Le neuf génère un emploi par logement construit. On attend aussi de l'Anru 2 que les opérations soient exemplaires en matière d'insertion et de qualification […] L'Anru 2 oblige à des contraintes géographiques de recrutement dans le cadre des clauses d'insertion. Parfois, des jeunes qui se trouvent de l'autre côté de la rue ne peuvent pas être intégrés dans ce cadre restreint.

Jean-Christophe Moraud

L'Etat donne des dérogations à ces clauses d'insertion. Mais toute dérogation s'étudie.

Autour du périmètre Anru 2

Jean-Baptiste Blanc

Il y a un effet de frontière qui est ressenti par la population. Je suis sollicité par le quartier voisin qui pense avoir les mêmes caractéristiques et se demande pourquoi il n'est pas éligible au même dispositif Anru 2.

Jean-Yves Chemin

La réussite de l'Anru 2 passe aussi par la vigilance qu'on peut avoir sur les copropriétés dégradées.

Jean-Christophe Moraud

Nous allons revenir sur le chantier Anru 1 conduit dans le quartier de Monclar à Avignon. Nous allons nous attaquer aux copropriétés dégradées en mobilisant l'Anah**.

* Etablissement public national d'aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux.
** Agence nationale de l'habitat.

Ce petit-déjeuner vauclusien, animé par les équipes de la rédaction (Esther Griffe, Alain Ricci et Frédéric Delmonte) et par le service développement (Séverine Mourral), souhaitait aborder une opération ambitieuse pour le Vaucluse et la région, alors qu'elle n'en est encore qu'au début. L'Anru 2 concerne trois territoires : la communauté d'agglomération du Grand Avignon, la communauté de communes du Pays réuni d'Orange et la ville de Cavaillon. Il va toucher 35 000 habitants, pour un total de 12 010 logements. Pour l'instant, les protocoles de préfiguration ont été signés. Une première étape. Le programme va s'étaler sur plusieurs années et les premières opérations sont attendues pour fin 2018, début 2019.

Avec cet Anru 2, il ne s'agit pas seulement de « refaire des logements », mais surtout d'imaginer les quartiers et la ville de demain. Par exemple, sur le territoire du Grand Avignon, la construction du tramway accompagne cet Anru 2 et inversement. On comprendra que plusieurs dizaines de millions d'euros en travaux de démolition, construction, rénovation, et en « renouvellement urbain » sont déjà, et vont être engagés par l'Etat, les collectivités et les bailleurs sociaux. En avant-première, des chiffres ont d'ailleurs été avancés par Jean-Christophe Moraud, préfet de Vaucluse. Nous en parlons, en détail, dans le compte-rendu en pages suivantes.

Le prochain Club TPBM se tiendra dans le Var, à Toulon (Nous vous en reparlerons prochainement).






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer