Fermer la publicité

Yvan Chaix, directeur de l'Agence de développement économique et touristique « Les Hautes-Alpes ont besoin de sauver la saison d'été »

Hautes-Alpes le - - Economie

« Les Hautes-Alpes ont besoin de sauver la saison d'été »
M.-F. Sarrazin - 1. Yvan Chaix est le directeur de l'Agence de développement économique et touristique des Hautes-Alpes.

Après une saison d'hiver interrompue brusquement par le confinement, les Hautes-Alpes misent sur l'été qui génère habituellement 330 M€ de chiffre d'affaires. Les taux d'occupation prévisionnels semblent encourageants, d'après Yvan Chaix, directeur de l'Agence de développement économique et touristique.

TPBM : Le confinement est intervenu alors que la saison d'hiver n'était pas encore achevée. Quel en a été l'impact économique ?
Yvan Chaix : Nous avons perdu 10% du chiffre d'affaires touristique. C'est plus marqué pour les stations d'altitude internationales comme Montgenèvre ou Serre Chevalier que pour les stations-villages dont la fermeture était proche. Au total, nous accusons une perte de 200 M€ du chiffre d'affaires touristique. La saison, excellente jusqu'à mi-mars, a permis de limiter la casse.
Le dispositif de soutien aux entreprises et aux indépendants déployé par l'Etat, puis par le Département ou la Région s'est révélé puissant et profitable. Les Hautes-Alpes, de par la nature de ses entreprises, a été l'un des départements de France les plus touchés par le confinement. Ici plus qu'ailleurs nos entreprises ont sollicité ce dispositif : au pic de la crise, 22 000 salariés ont été mis en chômage partiel (70% de l'emploi privé des Hautes-Alpes) et 130 M€ de prêts garantis par l'Etat ont été alloués.

Comment la saison d'été s'annonce-t-elle ?
Après un hiver tronqué, les Hautes-Alpes ont besoin de sauver la saison d'été, qui représente 46% de nuitées marchandes et 330 M€ de chiffre d'affaires. Le tourisme reste le moteur de notre économie, représentant 30% de l'emploi et de la richesse du département. Or, il s'agit de l'un des secteurs les plus impactés et parmi les derniers à reprendre.


Lire aussi : Tourisme : Serre Chevalier réfléchit à l'après et prépare l'été


Malgré quelques incertitudes, depuis les annonces de réouverture relatives au tourisme, nous constatons une reprise marquée des réservations. Les chiffres de fréquentation sont encourageants. En prévisionnel, les taux d'occupation des hébergements professionnels se montent à 24,9% à ce jour pour le mois de juillet (contre 28,8% l'an dernier à la même époque) et à 30,6% en août (contre 29,5% l'an dernier). On constate un léger recul d'activité que l'on pourrait combler si la situation sanitaire s'améliore et si les conditions d'accueil des clientèles étrangères s'assouplissent.

Les Français semblent privilégier la France cet été et certains vont vouloir fuir les plages bondées. N'y a-t-il pas un coup à jouer pour les Hautes-Alpes ?
Depuis longtemps, et c'est sans doute encore plus vrai en ce moment, les réservations sont très tardives. Les deux-tiers de la saison d'été reposent sur trois semaines du mois d'août. D'après une enquête conduite par nos soins en mai, les Français sont prioritairement à la recherche d'air pur, de grands espaces, de nature préservée. On a peut-être cette carte à jouer, même s'il faut rester méfiant quant aux déclarations d'intention. Mais c'est encourageant.

Quels sont les moyens déployés en vue de soutenir la saison d'été ?
On peut se satisfaire de la capacité des acteurs du tourisme à faire face. Avec les syndicats professionnels, les fédérations et les professionnels eux-mêmes, nous sommes parvenus à rédiger et mettre en œuvre les protocoles de sécurité sanitaire : les gestes barrières, la gestion des flux, les équipements de protection, le nettoyage et la désinfection... Tous les acteurs du tourisme se sont mobilisés. Nous avons mis en place une communication pour rassurer, Impec'Alpes, puis conduit avec la Région une campagne de communication sans précédent, d'un budget de 2,1 M€. Jamais les destinations de la région n'ont été aussi fortement promues.
Nous préparons la reprise de la saison mais il faut aussi préparer le coup d'après. Le 14 mai dernier, le gouvernement a dévoilé le plan tourisme d'un montant de 18 milliards d'euros. Au-delà des aides directes aux entreprises, figurent des dispositifs numériques et environnementaux. Encore faut-il que les Hautes-Alpes, les collectivités, les entreprises s'en saisissent. Nous nous rapprochons de BPI France, de la Caisse des dépôts, de la Banque des territoires pour bénéficier de ce plan.




M.-F. Sarrazin
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer