Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Toulon : le Palais Neptune dans l'orbite de la ville

le - - Entreprises

Toulon : le Palais Neptune dans l'orbite de la ville
O. Real - Robert Albergucci, directeur du Palais Neptune de Toulon.

Le Palais Neptune de Toulon, destination majeure des congrès et de l'événementiel dans la capitale varoise, est depuis le début de l'année sous régie à autonomie financière et personnalité morale : la ville. Une évolution - plus qu'une révolution - du Palais, conduite par le directeur Robert Albergucci, sous la présidence de l'adjoint toulonnais en charge du tourisme et du commerce, Laurent Jérôme.

Le Palais Neptune de Toulon a terminé l’année 2016 en sortant de l’EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial) qui le gérait, au même titre que l’Office de tourisme, pour entrer dans une régie à autonomie financière créée par la ville. Le conseil d’administration demeure néanmoins identique, ainsi que le président, Laurent Jérôme, adjoint au tourisme et au commerce auprès du sénateur-maire Hubert Falco. Cette scission de tutelle est une conséquence de la loi « Notre » (Nouvelle organisation territoriale de la République) qui oblige le regroupement au 1er janvier 2017 des offices de tourisme au niveau intercommunal, en l’occurrence la Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée. Le nouveau directeur du Palais, Robert Albergucci, professionnel de l’audiovisuel qui connaît parfaitement la « maison » pour y avoir occupé nombre de postes depuis ses premiers événements en 1991, déploie ainsi une nouvelle feuille de route en prise directe avec la ville, sachant que le rayonnement de ce bel outil rejaillira bien entendu sur le grand Toulon.

Dans un contexte concurrentiel

Au-delà des nouvelles considérations juridiques et organisationnelles, l’objectif pour lui et son équipe est « de conforter un noyau de congrès régionaux, nationaux, internationaux, dont certains sont récurrents, comme le médical et le paramédical, dans un contexte hyper concurrentiel et très tendu. La typologie des manifestations a changé, le plus souvent réduites à 2 jours contre 3/4 jours il n’y a pas si longtemps, pour des raisons de budget, de stratégie, mais aussi de sécurité pour certains congrès, notamment dans le secteur associatif qui s’est réduit, surtout depuis les derniers attentats ». En outre, précise Sophie Duquenne, responsable du développement et spécialiste du tourisme d’affaires, la longue période électorale, entre les primaires, les présidentielles et les législatives, « n’est pas propice aux prises de décision. L’attentisme est même de rigueur, rendant plus compliquée la prospection ».

Une centaine d'évènements dans l'année

Le Palais maintient néanmoins le cap d’une centaine d’événements dans l’année, soit 200 à 220 jours d’ouverture et un taux d’occupation de 75% grâce à une bonne fidélisation sur le plan local et régional. L’enjeu actuel - et à venir - est de mieux tirer son épingle du jeu entre Marseille et Nice, s’appuyant sur la dynamique importante de la ville, de plus en plus reconnue à l’échelle nationale, tout en participant à la montée en puissance de son marketing d’image. Bien intégré dans le tissu urbain au cœur de la vie toulonnaise, attenant au centre ancien et au port, il peut s’appuyer pour cela sur des équipements de grande qualité, notamment 2 500 m2 d’espaces exploitables et modulables sur trois niveaux, un auditorium de 800 places dont l’acoustique fait référence, 14 salles de réunion accessibles (15 à 300 personnes)… Après un relamping (lumières blanches désormais, apportant un éclairage plus moderne que le jaune), une harmonisation de son jardin en rez-de-chaussée, Neptune se refait une beauté à la faveur de la réfection des sols (présentant des surfaces et couleurs différentes à chaque niveau), en attendant une rénovation des abords (place, cheminements…)

Cette nouvelle envie de séduire sur son marché est favorisée par une offre touristique et hôtelière qui s’étoffe, mais également enrichie par un positionnement résolument éclectique, ouvrant le champ des possibles (entre autres pistes) vers un développement des spectacles musicaux (y compris en co-production). Un secteur d’autant mieux maîtrisé par le directeur qu’il s’agit de son métier d’origine.




Olivier REAL
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide