Fermer la publicité

Samarcande, un voyage aux mille senteurs

Hautes-Alpes le 16 août 2017 - Madeleine FAUCHATRE - Artisanat

Samarcande, un voyage aux mille senteurs
D.R. - Anne Razé et Catherine Saumont, deux filles parfumées aux épices.

Elles en ont rêvé et elles l'ont fait ! Catherine Saumont et Anne Razé, amies depuis le lycée, étaient clientes de cette boutique dont le nom invite au voyage. Elles ont racheté Samarcande, ce marchand d'épices, en janvier dernier. Les Marseillais diront que c'est la rue d'Aubagne à lui tout seul, d'autres que c'est la caverne d'Ali Baba, ce qui est certain, c'est qu'en franchissant ses portes, c'est un plaisir pour les sens qui s'offre au client.

La boutique gapençaise Samarcande, installée au 8, rue du 11-Novembre, a été créée en 1981, il y a 36 ans, par François et Nicole Pellier, originaires tous deux de Normandie. Ils accueillaient leurs clients toujours avec beaucoup de chaleur. Tous ceux qui souhaitaient trouver des épices ou des denrées rares leur rendaient visite régulièrement. « Je connaissais Samarcande depuis mon arrivée dans les Hautes-Alpes, en 1996. J’étais cliente régulière de ce magasin et j’en suis tombée amoureuse », déclare Catherine Saumont. Avant de poursuivre : « En Noël 2015, Anne était en vacances chez moi, nous y sommes allées ensemble. Elle était conquise. »

Le rachat a eu lieu en janvier de cette année. Les anciens propriétaires ont accompagné les nouvelles épicières pendant six mois. « Pour eux, c’était important que la transition se passe bien, c’était leur bébé », précise Catherine Saumont. Avant d’ajouter : « Ils nous ont transmis toutes leurs recettes, avec générosité ».

Catherine Saumont est par ailleurs maire de la commune de Rousset et son associée Anne Razé vient de Nantes où elle travaillait dans la presse. Il a fallu organiser ce déménagement. « Maintenant, je me sens bien », déclare Anne. Elle se charge du côté traiteur, pour lequel la boutique est inscrite au registre de la Chambre des métiers.

Epicerie fine, gâteaux orientaux et salon de thé

« La boutique offre une gamme de produits bio et de qualité éthique », souligne Catherine. Près de 90 % des produits sont en vrac. Cette épicerie fine compte plus d’une trentaine de fournisseurs pour plus de mille références. Elle est célèbre pour ses gâteaux orientaux gourmands. « Nous allons développer la partie traiteur, en proposant des plats cuisinés à emporter », indique Anne. On y trouve aussi des légumes bio produits localement. Samarcande, ce sont aussi des poivres rares du monde entier, du Japon, le Sansho, du galanga (proche du gingembre), le Voatsiperifery, « poivre sauvage » de Madagascar, des dattes de Medjoul, etc. « La chaleur de l’accueil va avec la chaleur des épices », assure Catherine.

Anne ajoute : « Je me sens de plus en plus à l’aise avec ces recettes et ce nouveau métier. Nous venons de lancer un salon de thé. » On y trouve du bissap à la cannelle, des jus de fruits bio, un choix énorme de thés du monde entier et bien sûr, des gâteaux orientaux qui ont fait la renommée de Samarcande. Catherine poursuit : « La clientèle est bienveillante et chaleureuse. Beaucoup d’hommes qui cuisinent, viennent chez nous pour essayer de nouvelles saveurs. »

Pour 2018, les deux femmes prévoient de proposer des ateliers de cuisine. « La barre est haute, mais ça se travaille », conclut Catherine.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide