Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Pianotechnic : pas de fausses notes !

le - - Economie

Pianotechnic : pas de fausses notes !
D.R. - L'activité phare de Jacques Coquelin : la location de pianos de concert.

Jacques Coquelin est technicien-accordeur et restaurateur de piano. Dans le métier depuis toujours, il dispose d'un savoir-faire et d'un carnet d'adresses particulièrement importants.

Les pianos n'ont aucun mystère pour lui. Jacques Coquelin a consacré et consacre toujours sa carrière professionnelle à sa passion : le piano. Au fil des ans, il a approfondi ses connaissances techniques en découvrant les marques, les différents pianos. Et en se formant chez des professionnels. « J'ai commencé en tant que compagnon du devoir. J'ai travaillé dans plusieurs ateliers. Du coup, je me suis formé pendant 12 ans », résume Jacques Coquelin.

Location de pianos de concert

Gérant de Pianotechnic au Canet dans les Alpes-Maritimes, son activité phare aujourd'hui est la location de pianos de concert. Avant un spectacle, il prépare tout pour le pianiste : il a réparé et retenu le piano, il l'a transporté, il l'a installé au bon endroit et l'a accordé. « Il faut très vite comprendre ce qu'attend l'artiste, comprendre ses messages. L'idée est de le rassurer, d'être présent. C'est un métier intéressant. Mais il faut être efficace, compétent, rapide. Tout est question de logistique et de savoir-faire », explique Jacques Coquelin.

Force est de constater qu'il a à son actif de nombreux festivals, spectacles, concerts, opéras etc. « La plupart des artistes sont venus dans mon atelier. Je les ai rencontrés au début de leur carrière. » Dans ce métier, inutile d'avoir des heures d'ouverture et de fermeture, « je suis à la disposition des artistes, y compris le soir et le week-end ».

Traçabilité des instruments

Jacques Coquelin est un puriste, il aime « redonner vie à un piano ». A l'identique. Mieux vaut alors ne pas trop lui parler d'instruments réalisés en Chine ou en Corée du Sud, même s'ils sont moins chers qu'en France ou Allemagne. « Je ne supporte pas les pianos réalisés de façon industrielle et avec une obsolescence programmée. Il est temps que la traçabilité pour les instruments existe. »

Et pour que le métier ne se perde pas, il prend des stagiaires l'été afin de transmettre son savoir-faire. Et donne des cours de perfectionnement aux adultes dans différents lieux de formation.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).



Caroline Dupuy
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide