Fermer la publicité

Marseille : quatre architectes en lice pour l'institut méditerranéen de la ville et des territoires

Bouches-du-Rhône le 02 mai 2017 - William ALLAIRE - BTP et Urbanisme

Selon nos informations, l'agence Aires Mateus (Lisbonne, Portugal), Marc Barani (Nice-Paris), l'agence NP2F (Paris) et l'agence W Architectures (Toulouse-Paris) sont les quatre concepteurs (mandataires) sélectionnés par le jury qui s'est tenu ce vendredi 28 avril à la préfecture pour le concours du projet d'institut méditerranéen de la ville et des territoires (IMVT).

En gestation depuis près de quatre ans (1) ce projet représente une petite révolution culturelle dans le sérail des acteurs locaux de l’architecture et de l’urbanisme. Rompant avec des décennies de travail en ordre dispersé, cet institut regroupera les trois établissements d’enseignement supérieur ayant pignon sur rue dans le domaine de l’aménagement urbain : l’école nationale supérieure d’architecture de Marseille-Luminy (ENSAM), l’antenne marseillaise de l’école nationale supérieure du paysage et l’institut d’urbanisme et d’aménagement régional (IUAR), département de la faculté de droit et de sciences politiques d'Aix-Marseille-Université.

Bâtiment bioclimatique

Ces trois structures se regrouperont en septembre 2021 dans un bâtiment bioclimatique neuf d’environ 9.500 mètres carrés de surfaces utiles érigé sur une parcelle de 5.000 mètres carrés située juste en dessous de l’école de commerce EMD, dans la périmètre de la Zac Saint-Charles, l’une des pièces urbaines d’Euroméditerranée.
Inscrite au contrat de plan Etat-région, l’opération représente un investissement global de 45,7 millions d’euros TTC (dont 27,5 M€ HT de travaux), plus 2,61 millions pour l’acquisition du foncier. La dépense sera prise en charge par l’Etat (52,8%), la ville de Marseille et la région Paca (12,4% chacun), la métropole Aix-Marseille-Provence (12,1%), le département des Bouches-du-Rhône (4%) et l’ENSAM (6,3%).
L’architecte lauréat sera sélectionnée à la fin de l’année 2017. S’en suivront douze mois d’études de conception (APS / APD), ultime étape avant le lancement des travaux programmé pour le début 2019. Le chantier piloté par l’opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (OPPIC), bras technique du ministère de la Culture, devrait durer un peu plus de deux ans en vue d’une ouverture de l’école pour la rentrée universitaire 2021.

1. En 2015, le projet a fait l’objet d’une étude de programmation pilotée par les cabinets Celcius / AMOau / Tangram architectes / R2M.





TPBM

Annonces légales et avis de marchés publics

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement TPBM› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide