Fermer la publicité

Le CAUE du Var prône l'ouverture « archiculturelle »

le - - Architecture

Le CAUE du Var prône l'ouverture « archiculturelle »
O. Real - Nicolas Delbert (à droite) et une partie de l'équipe du CAUE du Var.

Pour les 40 ans de la loi sur l'architecture, le Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement du Var (CAUE 83) crée l'événement dans le nouveau quartier culturel de Toulon, place de l'Equerre, à la faveur d'une manifestation « Archistructure et Archistoire ». Son directeur, Nicolas Delbert, évoque avec TPBM cette ouverture « archiculturelle ».

Pourquoi une exposition « Archistructure et Archistoire » ?
Nicolas Delbert : Le CAUE a des missions définies par la loi sur l’architecture de 1977, visant à promouvoir la qualité architecturale dans les départements par le conseil, la formation, la sensibilisation des publics, l’information. Sur cette base commune, chacun peut contextualiser selon ses besoins, son identité et les choix de ses administrateurs, qui sont des acteurs locaux issus des collectivités, comme notre présidente Manon Fortias, au titre de son mandat de conseillère départementale, des représentants de l’Etat, des personnes qualifiées… Notre plan d’engagement, renouvelé tous les deux ans, a permis selon une stratégie déployée depuis 2012 de consolider nos missions historiques afin de s’ouvrir plus vers les Varois. Nous avons ajouté de la technicité dans nos études, renforcé nos outils de sensibilisation des publics, développé nos formations pour les architectes, affirmé une orientation philosophique vers l’accompagnement à la transition énergétique, la régénération urbaine, la valorisation du patrimoine et du paysage. Cette exposition s’inscrit dans ce cadre à l’occasion des 40 ans de la loi. Elle permet de montrer notre socle d’outils et de les diffuser le plus largement possible.

Ces outils, en particulier les nouveaux qui seront dévoilés place de l’Equerre, à Toulon, constituent aussi un lien fort avec la numérisation désormais incontournable.
Il y a effectivement des nouveautés numériques et durables présentées lors de cette exposition hors les murs, du 15 au 24 septembre, au sein d’un éphémère lieu vivant et interactif, l’Archistructure. Dévoilée le 15, l’application sur Smartphone Archistoire, réalisée avec l’agence créative toulonnaise 9b+, est une valorisation du patrimoine via l’outil numérique facilitant l’ouverture à un large public. L’interprétation du patrimoine architectural est dans l’ADN du CAUE. Ce que nous faisions pour 300 personnes par an auparavant peut désormais se décliner de façon beaucoup plus large. Des outils pédagogiques pour la sensibilisation du jeune public sont également prévus à travers la valise Archikit Kid, en partenariat avec l’Ecole nationale d’architecture de Marseille et l’association Graines d’archi. Une frise chronologique montrant les courants architecturaux dans le Var, de l’antiquité à nos jours, sur support papier, fera aussi l’objet d’une déclinaison numérique. En outre, deux expositions seront à l’honneur dans l’Archistructure : « 1977-2017 : Architecture d’intérêt public en Provence-Alpes-Côte d’Azur », soutenue par la Drac* et la Maison de l’architecture et de la ville Paca ; et « Jean Parente, architecte : un parcours moderne », témoignage d’une époque, du modernisme en architecture dans le Var. Il y aura également une soirée Archi-Ciné**, organisée avec le Syndicat des architectes du Var et le théâtre Liberté, et un hackathon avec l’aide de TVT Innovation, les 22 et 23 septembre, visant à révéler le cœur de Toulon par un concours créatif. Nous espérons être étonnés par des idées que nous porterons si elles sont utiles à la collectivité.

Comment situez-vous, 40 ans après, l’expression de la culture par l’architecture ?
L’expression architecturale est de moins en moins culturelle et de plus en plus technique et normative. Force est de constater qu’il y avait en 1977 une plus grande liberté créative désormais réduite par l’accumulation de normes et d’impératifs environnementaux. L’architecte a beaucoup perdu en marges de manœuvre. D’où le rôle important que les CAUE sont les seuls à remplir, notamment dans le Var, de promotion à la fois technique et culturelle de l’architecture.

* Direction régionale des affaires culturelles.
** Le film diffusé lors de l’Archi-Ciné du 16 septembre place de l’Equerre à Toulon est « Mon oncle » de Jacques Tati, dans lequel la villa Arpel interpelle en tant qu’idéal de modernité dans une France en reconstruction.




Olivier REAL
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide