Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Le biogaz et la lutte contre les odeurs : les ambitions du Seramm pour 2018

le - - Organisations professionnelles

Le biogaz et la lutte contre les odeurs : les ambitions du Seramm pour 2018
F.Delmonte - Le directeur du SERAMM et le président de la FBTP 13.

Lors d'un petit-déjeuner organisé par la Fédération du BTP des Bouches-du-Rhône, Yves Fagherazzi, le directeur du Seramm (Service d'assainissement Marseille Métropole), a présenté les objectifs de sa structure, filiale de Suez.

Si les gros investissements de début de concession ont été réalisés, comme le bassin Ganay, le Service d'assainissement Marseille Métropole (pour Seramm) poursuit sur sa dynamique. Le Seramm prévoit d'investir 65 millions d'euros jusqu'à la fin de son contrat en 2028. Filiale de Suez, cette entreprise, qui emploie 430 salariés pour un chiffre d'affaires de 70,74 millions d'euros, porte deux projets forts pour 2018 et se projette également en 2024 pour les Jeux olympiques (lire l'encadré).

Le premier sera développé et présenté plus en détails en mars. « Il s'agit de la construction d'une importante unité de transformation du biogaz en biométhane. Elle sera capable d'alimenter 2 800 logements et sera une des plus importantes installations de biométhane en France », annonce Yves Fagherazzi. Sa mise en production est prévue pour janvier 2019.

L'autre projet ne se verra pas forcément, mais devrait se sentir. Il s'agit de lutte contre les nuisances olfactives causées par les collecteurs d'eaux usées et pluviales. Sans rentrer dans des explications scientifiques, la baisse des consommations d'eau, la hausse des températures (qui conduit à une hausse des températures dans les canalisations), la concentration des polluants, le vent d'est, l'absence d'avaloir, un temps long de transport à certains endroits « créent une équation chimique qui donnent des odeurs », développe le patron du Seramm. Des solutions vont être testées, comme des algues qui pourraient éliminer les nuisances.

Au-delà de ces questions, Yves Fagherazzi et Philippe Deveau, le président de la Fédération du BTP des Bouches-du-Rhône, ont échangé sur la gestion des déchets, notamment l'importance de ne rien rejeté dans les caniveaux, et les relations entre le Seramm et les entreprises du BTP.

Engagée pour les JO

Le Service d'assainissement Marseille Métropole est indirectement engagé pour les Jeux olympiques (JO) de 2024. Yves Fagherazzi a expliqué aux entrepreneurs présents qu'« il était de l'intérêt de tous de réfléchir aux solutions à mettre en place pour que les JO se déroulent bien ». Ce dernier a notamment souligné la nécessité de traiter les eaux de pluie. « Marseille peut revendiquer le fait d'être exemplaire par rapport à la protection de son littoral. Nous traitons une bonne partie des rejets d'eau pluviale. Il ne manque pas grand-chose pour être parfaits… », a avancé le patron du Seramm. Pour y arriver, il faudra traiter les problèmes causés par l'Huveaune et le Jarret lors des fortes pluies. « Il faut travailler en amont et retenir les déchets » et « améliorer les systèmes d'assainissement autour des deux cours d'eau ».




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide