Fermer la publicité

L'Apij lance la seconde phase du projet de rénovation des Baumettes

Bouches-du-Rhône le 26 août 2016 - Willam ALLAIRE - Initiatives

L'Apij lance la seconde phase du projet de rénovation des Baumettes
W. A - Une vue aérienne des Baumettes, depuis les Calanques

L'agence publique pour l'immobilier de la justice (APIJ), bras technique du ministère de la Chancellerie vient de lancer le marché de conception-réalisation pour la réalisation de la seconde phase du projet de rénovation de la prison des Baumettes.

Le projet dont le devis est estimé à 73 millions d’euros HT prévoit la démolition de l’actuelle maison d'arrêt des hommes et l’aménagement, à l’horizon 2020, d'un nouveau centre pénitentiaire d’environ 600 à 700 places (environ 15 000 m2 de surface utile). Durant les travaux (2018 à 2020), la plupart des prisonniers seront transférés dans les deux nouvelles prisons d’Aix (Luynes-2) et de Draguignan (toutes deux en construction).

" Baumettes 3"

Cette opération baptisée « Baumettes 3 » verra la lumière sur l’emprise de l’actuelle prison pour hommes conçue par Gaston Castel dans les années 30. Elle viendra prolonger le lifting engagé par la Chancellerie au début des années 2010. Au printemps 2012, l’Apij a en effet confié au groupement associant Vinci Construction et sa filiale Travaux du Midi (mandataires), le cabinet d’architecte Archi5Prod (Montreuil, 93) et le groupe d’ingénierie Artelia un premier marché de conception-réalisation pour le projet dit  « Baumettes 2 » (montant : 84 M€ HT).

Déjà 573 places pour 2017

En juillet 2013, Vinci et ses partenaires ont lancé la construction d’une maison d’arrêt de 573 places (23 000 m2) sur le site libéré par le déménagement du centre pénitentiaire pour femmes. A sa livraison, courant 2017, ce nouvel établissement comprendra deux quartiers d’hébergement pour hommes de 150 places chacun, un quartier d’accueil et d’évaluation de 60 places pour hommes et un quartier d’hébergement pour femmes de 174 places. Cet ensemble sera complété par des ateliers (dédiés à la formation et au travail volontaire) et par des « unités de vie familiale », des petits logements (2 ou 3 pièces) où les familles des détenus pourront partager un semblant d’intimité durant de courtes périodes (de 6 à 72 heures).

Vue aérienne du projet. (D.R.)

Une mission de 43 mois

Le groupement lauréat du projet « Baumettes 3 » devra assurer une mission globale qui comprend la constitution et le suivi de l'instruction des dossiers d'autorisations administratives, les études de conception et d'exécution, la réalisation des travaux (y compris VRD) et l'aménagement du bâtiment... le tout selon une procédure « BIM » (« Building information modeling »). Comme pour l’opération « Baumettes 2 », le marché sera réservé aux grosses machines : dans son avis de mise en concurrence, l’Apij précise que les candidats devront afficher  « 130 millions d'euros HT de chiffre d'affaires annuel minimum de moyenne sur les trois derniers exercices ». Ces derniers ont jusqu’au 15 septembre pour présenter leurs dossiers. Cinq d’entre eux seront admis à concourir cet automne. Le lauréat qui sera retenu au premier semestre 2017 se verra confier une mission de 43 mois.

Une prison septuagénaire

Le centre pénitentiaire des Baumettes fut construit entre 1933 et 1939 sur un domaine d’une trentaine d’hectares (dont 12 hectares intra-muros) selon les plans de Gaston Castel, aux confins de Mazargues, aux portes du parc des Calanques.Jamais véritablement rénovée depuis sa mise en service à l’orée de seconde guerre mondiale, la vieille prison accuse le poids des ans : victime d'une surutilisation des équipements, accélérée à partir des années 80 par la surpopulation carcérale (1 800 détenus pour 1 370 places), elle est aujourd’hui loin de satisfaire aux exigences d’une démocratie moderne. « Le maintien de détenus aux Baumettes me paraît être à la limite de l’acceptable, et à la limite de la dignité humaine », observait, cinglant, en 2006 l’ancien commissaire européen aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Alvaro Gil-Robles.

Retrouvez toute l'actualité de la construction en vous abonnant à TPBM. Pour plus de renseignements, cliquez ici.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide