Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Jean-Marie Bernard : « Nous sommes obligés d'augmenter la fiscalité »

le - - Collectivités territoriales

Jean-Marie Bernard : « Nous sommes obligés d'augmenter la fiscalité »
M-F. S - Le président du CD 05 répond aux questions de TPBM.

Alors que le vote du budget 2018 interviendra le 6 février, le président du Département des Hautes-Alpes Jean-Marie Bernard explique à TPBM pourquoi il propose une hausse d'impôts de 20%.

TPBM : Vous vous apprêtez à soumettre le budget 2018 au conseil départemental. Comment se portent les finances départementales ?
Jean-Marie-Bernard : Nous sommes toujours face aux mêmes problématiques : la baisse des dotations de l'Etat de l'ordre de 3 à 4 M€ par an depuis quelques années, le non remboursement par l'Etat des Allocations individuelles de solidarité (qui regroupent le revenu de solidarité active, la prestation de compensation du handicap et l'allocation personnelle d'autonomie, NDLR). Pour rappel, le RSA est compensé à l'heure actuelle à hauteur de 56%. Reste à notre charge 17 M€. Il faut les mettre en perspective avec l'emprunt que nous contractons annuellement, soit entre 16 et 20 M€. L'an dernier, nous avions inscrit dans notre budget primitif 21 M€ d'emprunt, nous en avons réalisé 16 M€ ; ça correspond exactement à ce que l'Etat a oublié de nous rembourser.

Si cette situation était conjoncturelle, ça irait, mais là, ça dure depuis longtemps. A mi-mandat, nous ne pouvons plus rester comme cela. Nous voulons continuer à assurer la solidarité sociale envers nos concitoyens, à aider les communes et à développer notre patrimoine départemental. Aujourd'hui, nous sommes obligés d'en passer par une augmentation de la fiscalité pour être capables d'assurer nos missions et nos investissements jusqu'à la fin de notre mandat.

Lors de votre élection, vous aviez pourtant promis de ne pas augmenter les impôts...
C'est vrai. Je suis obligé de me renier, en grande partie à cause de l'Etat. En 2015, le reste à charge pour les Départements n'était pas aussi important. Pendant un ou deux ans, il est envisageable de procéder à des coupes sombres sur le budget d'investissement des routes mais cela doit rester très conjoncturel. Nos 2000 km de routes, il faut les entretenir ! Laisser une route un peu cabossée pendant un an reste acceptable, mais la laisser se détériorer ne l'est plus. Car après, il ne s'agit plus de la remettre à niveau, mais de la reconstruire.

A combien cette augmentation de la taxe foncière se montera-t-elle ?
Elle sera importante, autour de 20% de hausse. La taxe foncière, dont le taux est de 20,91% aujourd'hui, va passer à 25% environ. J'en assume la responsabilité. La fiscalité n'a pas bougé depuis 2008, où elle avait été également très fortement majorée. Alors que d'autres Départements augmentent leurs impôts de 5 à 10% par an, nous n'avons pas touché à notre taux depuis. Mais le jour où nous y sommes contraints, nous le faisons de manière significative.

Nous avons besoin de l'augmentation de cette fiscalité à la fois pour compenser ce que l'Etat oublie de nous rembourser mais aussi pour continuer d'assurer notre solidarité territoriale avec les 165 communes du département. Ce soutien est important pour le développement de projets et pour le BTP. Cette augmentation des impôts va nous permettre de réaliser 120 M€ d'investissements pendant les trois prochaines années.

Retrouvez la semaine prochaine la suite de l'interview que Jean-Marie Bernard a accordée notre journaliste des Hautes-Alpes. Le président du département y évoque les investissements. Pour vous abonner, cliquez ici.



Marie-France SARRAZIN
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide