Fermer la publicité

Hôtel-Dieu de Carpentras : des menuiseries made in Vaucluse

Vaucluse le 30 juin 2017 - Alain RICCI - Chantiers

Hôtel-Dieu de Carpentras : des menuiseries made in Vaucluse
A. Ricci - La tranche 1A, qui consiste en l'installation de la bibliothèque-musée dans l'aile sud, sera terminée à l'automne.

Le chantier des 10 000 m2 de l'Hôtel-Dieu de Carpentras se poursuit. A terme, 80 000 imprimés anciens, 3 000 cotes de manuscrits, 200 000 dessins et estampes, 1 500 tableaux, 1 200 objets d'art et décoratifs, et plusieurs milliers de pièces archéologiques vont prendre place dans cette bibliothèque-musée. Les entreprises de BTP se mobilisent pour respecter les délais. L'une d'entre elles, EGM (Entreprise générale de menuiserie), est basée à Carpentras. Elle s'occupe des menuiseries intérieures, extérieures et du mobilier.

Plus de 50 portes, 70 fenêtres, 300 m2 de parquet et du mobilier en bois prennent place dans l’Hôtel-Dieu de Carpentras transformé en bibliothèque-musée. A la manœuvre, l’entreprise EGM (Entreprise générale de menuiserie) qui a gagné un marché de plus de 560 000 euros comprenant trois lots. 

Ces travaux ont débuté en 2015. « Nous avons dû faire face à certaines spécificités. Pour les menuiseries intérieures, les mètres linéaires à réaliser dans les pièces principales étaient conséquents. Les murs anciens de 40 mètres de long ne sont pas très droits, il fallait donc adapter le mobilier pour que la perspective reste droite. Pour les menuiseries extérieures, la fabrication de répliques de menuiseries historiques avec des moulures était l’une des caractéristiques. L’autre était l’adaptation du système de désenfumage sur les impostes des menuiseries existantes. Il fallait respecter les normes de sécurité avec des fenêtres de près de 4 mètres de hauteur, en ayant un système de désenfumage motorisé moderne, mais invisible. Il a fallu desceller les fenêtres sur place, modifier les impostes de façon à intégrer dans la menuiserie tout le système motorisé », explique Pierre Vincent, directeur général d’EGM. Ce système a été mis au point avec la société Souchier.

Concernant le mobilier, des gradins, des pupitres, des tables de lecture sont installés. Une entreprise italienne fournit également du mobilier. Tous les aménagements s’inscrivent dans la ligne donnée par Jean-François Delmas, conservateur général, responsable du projet L’Inguimbertine à l’Hôtel-Dieu : « Le rez-de-chaussée accueillera les collections de la bibliothèque, mêlées aux tableaux et d’objets d’art, avec un fort accent mis sur le multimédia. Au premier étage, un parcours d’exposition comprendra la reconstitution des cabinets d’études de Mgr d’Inguimbert, les livres rares visitables ainsi que les collections de beaux-arts présentées par thèmes. Une salle de lecture permettra aux chercheurs de consulter sur place les fonds précieux. »

Les autres chantiers d’EGM

Pendant que le chantier de l’Hôtel-Dieu de Carpentras avance, l’entreprise EGM participe également à deux autres chantiers d’envergure : la rénovation de l’Hôtel du département de Vaucluse et la construction de L’Hamadryade, trois bâtiments tertiaires à énergie positive sur Agroparc à Avignon.

« Nous ciblons le marché vauclusien et les départements limitrophes dans un rayon de 100 kilomètres », précise Pierre Vincent.

L’entreprise table sur une croissance de l’activité de 3 à 5 % en 2018… et mise encore beaucoup sur les menuiseries en bois qui représentent toujours 90 % de son chiffre d’affaires. « Cette matière, contrairement au PVC, présente les atouts d’être durable dans le temps, d’avoir des performances thermiques, isophoniques, écologiques. Les fenêtres en bois, si elles sont bien entretenues, peuvent durer plus de 150 ans ! », conclut le directeur général d’EGM.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide