Fermer la publicité

Dominique Santoni, maire d'Apt : « Nous misons sur une cellule de recherche de subventions »

Vaucluse le 22 septembre 2017 - Propos recueillis par Alain RICCI - Collectivités territoriales

Dominique Santoni, maire d'Apt : « Nous misons sur une cellule de recherche de subventions »
A. Ricci - Dominique Santoni, maire d'Apt.

La maire d'Apt Dominique Santoni, également vice-présidente de la communauté de communes Pays d'Apt Luberon, vice-présidente du conseil départemental de Vaucluse et présidente du Parc naturel régional du Luberon, aborde les enjeux du territoire.

TPBM : Quels sont les projets structurants portés par la ville dans les mois à venir ?
Dominique
Santoni
 : Il faut restructurer le centre-ville pour qu’il soit vivant pour les Aptésiens et qu’il soit attractif pour les touristes. Après la place Carnot, dont la rénovation a coûté 700 000 euros, nous allons poursuivre notre rénovation des places : la place de la Mairie ou la place de la Maison du Parc naturel régional du Luberon. Nous allons continuer notre investissement sur les routes, notamment la montée Georges-Santoni pour un coût total de 80 000 euros. Les travaux s’étaleront de septembre à fin décembre. Nous allons également réaliser des travaux sur les équipements sportifs : 180 000 euros injectés dans la réhabilitation du stade de Viton (septembre 2017 à fin 2018). Concernant le Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac) que nous avons en cours, il se termine fin 2017. On va demander un renouvellement de ce Fisac. Nous travaillons avec l’Office public de l’habitat (OPH) du centre ancien et des faubourgs d’Apt pour refaire les façades, en accordant des subventions pour permettre aux propriétaires de rénover à moindre coût. Dans le cadre de la valorisation de nos espaces, nous voudrions également transformer le jardin public, place Lauze-de-Perret, pour qu’il redevienne un véritable lieu d’échange et le rendre attractif. Il est situé en plein centre-ville, en haut de l’avenue principale et il relie différents quartiers de la ville et le centre. Nous en sommes à la phase de montage de dossier. Nous avons d’ores et déjà obtenu des subventions dans le cadre du Cret* et du contrat de ruralité. Ce projet se fera en trois phases de 2017 à 2019. Nous avons également différents projets portés par le département de Vaucluse comme le nouveau centre médical social et le nouveau centre routier. Bien sûr, la ville d’Apt veut mettre en avant la culture. Nous voulons retrouver une effervescence, une créativité qui s’est un peu perdue. Nous allons soutenir le 2e Luberon Musique Festival en 2018. Sept mille festivaliers pourraient venir ici pour écouter des musiques actuelles. Il nous faut une identité culturelle forte.

L’entrée de ville vient d’être réhabilitée que déjà un autre grand projet va voir le jour, quel est-il ?
Nous voulons voir aboutir l’aménagement du plan d’eau de la Riaille qui compte trente hectares. Les études ont été lancées par Citadis pour imaginer ce qu’on pourrait y faire : ça va du tennis au mur d’escalade, en passant par la ferme pédagogique, le skate-park, l’aire de camping-car, les guinguettes en bord de lac avec une priorité accordée à la baignade, aux jeux d’eau et aux activités nautiques telles que le ski nautique ou le wakeboard via un téléski. Nous sommes en train de réaliser des analyses d’eau pour mesurer la qualité des eaux de baignade. Plusieurs tranches vont être lancées d’ici 2020. Une première tranche a vu la construction de dalles ludiques et d’un point de restauration pour 1,2 million d’euros. Les autres tranches pourraient coûter autour de trois millions d’euros. Tout dépendra des activités installées sur le site.

Apt est particulièrement touchée par le chômage, quelles sont les mesures que vous voulez porter pour y remédier ?
Il y a une inadéquation entre l’offre et la formation des habitants du pays d’Apt. Il faut qu’on investisse les formations qui peuvent déboucher sur des postes à savoir l’hôtellerie et l’aide à la personne. Nous nous sommes rapprochés du lycée d’Apt et de la région pour envisager de créer un BTS** tourisme et de mettre en place un bac pro, voire un BTS, pour tout ce qui touche à l’aide à la personne d’ici 2019.

Financièrement, la ville a traversé une mauvaise passe, qu’en est-il aujourd’hui ?
Nous avons rendu notre rapport à la Chambre régionale des comptes dans le cadre de l’assainissement des finances de la ville d’Apt. Nous avons suivi ses recommandations, elles touchent principalement les ressources humaines. Nous essayons de remettre le bateau dans le bon sens et d’éviter l’iceberg. Nous avons réussi à baisser les charges de personnel, les charges à caractère général. Nous avons également monté une cellule de recherche de subventions qui permet de soutenir davantage les projets et d’investir plus.

* Contrat régional d’équilibre territorial.
** Brevet de technicien supérieur.

Retrouvez notre dossier consacré à Apt dans le numéro 1199 de TPBM (parution le 13/09/2017). 





TPBM

Annonces légales et avis de marchés publics

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement TPBM› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide