Fermer la publicité

Christophe Castaner : « L'ESS est un modèle économique à part entière »

le - - Organisations professionnelles

Christophe Castaner : « L'ESS est un modèle économique à part entière »
Cress Paca - De gauche à droite, Denis Philippe, président de la Cress Paca, Alain Lacroix, président du directoire de la Cepac, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, et Christophe Itier, haut-commissaire à l'ESS et l'innovation sociale.

A l'occasion de l'inauguration du nouveau siège marseillais de la Cress Paca, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, est revenu sur la politique de ce dernier pour aider les acteurs de l'Economie sociale et solidaire (ESS).

« Représentant 10 % du PIB*, l'Economie sociale et solidaire (ESS) porte une société de l'engagement. Elle ancre dans le réel nos valeurs républicaines. » Venu inaugurer le nouveau siège marseillais de la Cress** le 6 novembre, Christophe Castaner, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, en a profité pour répondre aux questions des journalistes sur la politique du gouvernement en matière d'économie sociale et solidaire. Le candidat Macron avait formulé un certain nombre de propositions fortes pendant la campagne, un peu reléguées au second plan à cause des premières mesures du quinquennat, comme la suppression des emplois aidés.

« Je ne me satisfais pas d'une mesure qui conduisait les salariés aidés dans des impasses professionnelles à 75 %. Le gouvernement préfère investir dans la formation », a réagi Christophe Castaner.

Devant Denis Philippe, le président de la Cress Paca, le porte-parole du gouvernement a justifié qu'il était « ici parce que les Cress ont un rôle nouveau après les lois Hamon et NOTRe*** ». L'ancien maire de Forcalquier, qui était accompagné par Christophe Itier, haut-commissaire à l'ESS et l'innovation sociale, a rappelé la « stratégie à 5 ans du gouvernement » pour favoriser l'ESS. Elle passe notamment par la mise en place d'un accélérateur : « nous avons réuni le Conseil supérieur de l'ESS et des groupes d'entrepreneurs sociaux pour identifier les besoins ».

Un de ces besoins est l'accès des entreprises de l'ESS aux moyens de financement. Des réponses locales naissent, comme la création de fonds d'investissement. La Cress Paca vient d'en lancer un. S'il devrait être doté de 15 millions d'euros, Alain Lacroix, le président du directoire de la Cepac, a profité de ce moment pour remettre la dotation d'un million d'euros de la banque. La difficulté des entreprises de l'ESS d'accéder à la commande publique va être aussi prise en compte. « Il y aura une formation des acheteurs » pour qu'ils prennent en compte les particularités des entreprises de l'ESS, a avancé Christophe Itier. Souvent trop petites pour répondre aux appels d'offres, les entreprises de l'ESS seront appelées à s'associer avec des entreprises « normales » dans le cadre de joint-ventures.

* Produit intérieur brut.
** Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire.
*** Loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide