Fermer la publicité

Christian Estrosi : « Nice Côte d'Azur est un modèle de solidarité »

le - - Dossiers

Christian Estrosi : « Nice Côte d'Azur est un modèle de solidarité »
D.R. - Christian Estrosi, président de la métropole Nice Côte d'Azur.

Le président de la métropole Nice Côte d'Azur, Christian Estrosi, évoque le chemin parcouru depuis la création de cette collectivité en 2012, ses projets structurants et ses ambitions futures.

TPBM : Quel bilan tirez-vous de cinq ans d'existence de la métropole Nice Côte d'Azur ?
Christian Estrosi : Notre métropole est une grande réussite et après cinq ans d'engagement, notre terre commune est devenue un exemple pour les autres territoires. Nice Côte d'Azur est un modèle de solidarité entre les communes membres et celle-ci joue pleinement entre le littoral, le moyen pays et le haut pays. L'effort d'investissement a été considérable avec plus de 1,8 milliard d'euros engagé dans de multiples domaines depuis 2012, et cet effort a bénéficié à toutes les composantes de notre territoire.

Le tramway est le projet majeur d'investissement de Nice Côte d'Azur. Cette opération achevée, y aura-t-il des marges de manœuvre pour de nouveaux projets structurants ou faut-il s'attendre à une pause dans les investissements ?
Comme prévu, la ligne ouest-est du tramway et la ligne 3 seront mises en service sur la totalité de leur tracé en 2019. Au-delà de l'investissement de la métropole Nice Côte d'Azur, il faut rappeler que ces projets bénéficient d'importantes subventions de la part notamment de l'Etat, de la région et du département. Il faut souligner à nouveau que le choix du passage en tunnel sur 3,2 km pour la ligne 2 d'une part et le lancement de la ligne 3 dès 2017 d'autre part génèrent des économies et des gains économiques majeurs pour l'ensemble du territoire. Cette bonne gestion nous permet de conserver des marges de manœuvre pour investir dans de nouveaux projets structurants comme, par exemple, les projets d'aménagements du MIN*, du futur Palais des expositions, du pôle multimodal Nice Aéroport, du Ray… Tout comme pour le tramway, ces investissements de la collectivité publique sont productifs et ont un effet de levier sur les investissements privés. Nous continuons et continuerons d'investir pour rendre notre territoire toujours plus attractif et pour améliorer sans cesse le cadre de vie des citoyens.

Quelles ambitions et quels projets Nice Côte d'Azur doit-elle porter ?
Mon plus beau projet, c'est le bien-être des habitants et leur qualité de vie. C'est de tout faire pour que chacun, d'où qu'il vienne, trouve ici les moyens de grandir, de s'épanouir. De trouver un emploi, de se déplacer facilement et de se faire une place dans la vie de notre métropole. L'emploi est la première de mes priorités. Je me suis attelé dès 2008 à diversifier notre économie locale et à engager sa mutation industrielle. Nous avons mis autour de la table les acteurs de l'enseignement et de la recherche, les grands groupes industriels, les start-up locales, et avons travaillé avec un seul souci : faire de Nice Côte d'Azur un acteur mondial reconnu sur le terrain du numérique, des nouvelles énergies et des filières créatrices d'emplois. Notre travail porte ses fruits ! Notre pépinière d'entreprises Nice Côte d'Azur a déjà permis la création de 119 start-up et de 600 emplois. Nous avons créé une émulation : le nombre d'entreprises a augmenté de 6 % en deux ans. Le « 27 Delvalle », quartier général de la santé connectée et de la silver économie que j'ai inauguré en 2015, est en plein d'essor et permet la création de nombreux emplois dans le domaine de l'e-santé et de la préservation de l'autonomie.

L'opération d'intérêt national Eco-Vallée Plaine du Var, que j'ai engagée à l'ouest de Nice, est l'épine dorsale du développement de ce secteur avec sur 10 000 hectares et 15 communes, la sortie de terre de la technopole urbaine Nice Méridia et du quartier d'affaires international du Grand Arénas qui comprendra un grand parc des expositions. D'ici 2020, nous franchirons le cap des 15 000 emplois créés au sein de l'Eco-Vallée.

En termes d'aménagement urbain, quelles sont vos priorités ?
Nous avons mené de grands chantiers pour valoriser notre riche patrimoine et bâtir des équipements majeurs à la hauteur de ce qu'est notre métropole, comme la Promenade du Paillon et le stade de l'Allianz Riviera. Nous avons restauré l'historique Gare du Sud et allons y installer dans les prochains mois une halle gourmande. Nous poursuivons aussi le réaménagement des abords de la gare de Nice Thiers et de la liaison avec l'arrêt de tram Gare-Thiers, en engageant la réalisation d'un ensemble immobilier de qualité, signé de l'architecte Daniel Libeskind, comprenant notamment une galerie commerciale et un hôtel Hilton. Je travaille également à faciliter la mobilité des Niçois, à travers notamment la construction du grand pôle multimodal dans le Grand Arénas. La nouvelle ligne de tramway ouest-est va faire baisser de 5 % le flux de voitures sur la Promenade des Anglais et permettra aux habitants de joindre le port et l'aéroport en 26 minutes. La troisième ligne de tramway va relier les pôles majeurs de l'Eco-Vallée, depuis l'aéroport et le Grand Arénas jusqu'au stade de l'Allianz Riviera. L'intermodalité donnera la liberté aux entreprises de privilégier la qualité de vie tout en développant leur rayonnement à l'international grâce à l'écosystème dynamique de la métropole.

Au-delà des transports, quel est le projet de la métropole en matière de développement durable ?
J'ai fait le choix ces dernières années de bâtir une politique environnementale ambitieuse. Le changement a été impulsé mais face aux défis climatiques, il est temps de passer à la vitesse supérieure ! C'est pourquoi j'oriente mes actions autour de six ambitions prioritaires : la protection et la valorisation de la biodiversité, le tri et la gestion des déchets, la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables, la gestion de l'eau, ressource fragile que nous devons préserver et économiser, et enfin, informer et sensibiliser nos concitoyens. Il est de notre devoir de construire un territoire plus responsable, plus citoyen, en un mot : plus durable !

La métropole a été bâtie sur un axe nord-sud. Un élargissement de son périmètre vous paraît-il souhaitable à terme pour mieux prendre en compte la réalité métropolitaine des Alpes-Maritimes ?
J'ai voulu avant tout q
ue la métropole de Nice Côte d'Azur soit un espace de solidarité entre les 49 communes, qu'elles soient situées sur le littoral, en moyen pays ou sur les plus hauts sommets du Mercantour. La métropole Nice Côte d'Azur donne les moyens, à des petites communes rurales, de financer des équipements majeurs que seules, elles ne pourraient pas prendre en charge, comme la voirie ou la construction de stations d'épuration. Nous contribuons ainsi à l'équilibre du territoire et à endiguer la désertification rurale que craignent nombre de mes collègues maires de petites communes ou de villages. Ce modèle de solidarité n'est pas celui de l'hégémonie sur les territoires avoisinants. La métropole Nice Côte d'Azur n'a pas de volonté d'extension et ne porte pas le souhait d'exercer de nouvelles compétences.

* Marché d'intérêt national.

Retrouvez l'intégralité de notre dossier consacré aux grands chantier de la métropole Nice Côte d'Azur dans le numéro 1205 de TPBM (parution le 25/10/2017).



Rémy MARIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide