Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

BTP : la reprise annoncée

le - - Organisations professionnelles

BTP : la reprise annoncée
M. Fauchâtre - Le chantier de Pro & Immo à Gap, témoin de dynamisme de ce secteur d'activité.

Stéphane Scarafagio est formel : « La reprise de l'activité globale du bâtiment est là… Mais uniquement pour la commande privée ». Le président de la Fédération du BTP des Hautes-Alpes, que nous avons rencontré, exprime un enthousiasme mitigé.

Lorsqu’il se penche sur la conjoncture économique, Stéphane Scarafagio pointe le secteur des travaux publics pour lequel la baisse de l’activité est vertigineuse. Elle atteint 46 % en un an. « Cela fait huit ans que cette activité diminue fortement […] Les intercommunalités ont réduit leurs investissements de 61 %, ils sont passés de 20 M€ à 8 M€/an. Les investissements du département sont passés quant à eux de 16 M€ à 8 M€ l’an dernier. C’est catastrophique, les routes ne sont plus entretenues. Il va falloir que le département assume ses responsabilités », dénonce le président de la Fédération du BTP des Hautes-Alpes (FBTP 05).

La seule reprise constatée touche le secteur privé, plus particulièrement la construction d’appartements neufs. « La réservation des logements neufs a progressé de 84 %. » Rien qu’à Briançon avec le projet Cœur de ville, ce sont près de 500 logements neufs qui vont sortir de terre, avec les promoteurs Bérard-Abelli et Promofar. « On commence à sentir cette embellie, avec une évolution des mises en chantier des logements de + 66 % », indique Stéphane Scarafagio.

A Gap, le projet Bouygues offrira à terme 200 appartements. Toujours à Gap, le centre Esat (Etablissement et service d’aide par le travail) La Source annonce un investissement de plusieurs millions d’euros, des travaux portés par l’Adapei (Association des amis et parents d’enfants inadaptés). « Dans les stations, c’est la fin des résidences de tourisme. La conjoncture est à la construction de complexes hôteliers. C’est le cas pour Odalys à Serre-Chevalier. » Seul investissement public prévu, par la région, la réhabilitation du lycée professionnel Paul Héraud, à Gap.

Les TPE à la peine

« La dynamique qui se dégage touche les entreprises du département de façon disparate. Ce sont les plus grosses qui sont concernées. Les TPE et les artisans le sont moins. » Le président Scarafagio pointe un problème qui touche les plus petites entreprises : « Elles n’ont plus de trésorerie de haut de bilan (fonds propres). Elles ont besoin de cash pour acheter du matériel. Il faut que les banques jouent le jeu et leur accordent des prêts à des taux raisonnables. »

Le président de la fédération départementale du BTP déplore par ailleurs la perte d’emplois. « Avec 1,4 % par an de salariés du secteur qui ont été perdus depuis 2008, nous en sommes aujourd’hui à 3 800 emplois de moins […] Ce que nous avons détruit, nous ne sommes pas capables de le retrouver rapidement. Les entreprises ont beaucoup fait appel à des intérimaires. Nous devons aussi faire le deuil des apprentis. Dans ce secteur d’activité, l’inertie est forte. Beaucoup de petites entreprises sont en quasi faillite. »

Stéphane Scarafagio déplore qu’il n’y ait pas dans le gouvernement actuel de ministère des Apprentis et de l’Artisanat, mais aussi que l’aspect réglementaire soit toujours aussi contraignant. « Nous avons engagé des actions avec la Chambre des métiers et de l’artisanat pour valoriser cette filière. Si la reprise est là, il serait dramatique que l’emploi ne suive pas. Aujourd’hui, alors que bon nombre de personnes sont au chômage, nous n’arrivons pas à les faire venir dans nos métiers du bâtiment, alors qu’il y a du travail. Il faut que nous envisagions de proposer des formations. »

Au niveau régional, « nous n’existons pas »

Le président de la FBTP 05 interroge : « Et la rocade de Gap, où en est-elle ? Quid du contrat de plan Etat-région ? J’ai sollicité le préfet pour obtenir des réponses. »

Au niveau régional, « nous n’existons pas, déplore Stéphane Scarafagio. Je suis membre de la CCIR [Chambre de commerce et d’industrie de région, NDLR] et nous n’y avons aucune visibilité. Il faut une démarche collégiale, un projet pour le département. Une population de 140 000 habitants, ce n’est rien du tout, si nous ne sommes pas capables de porter un projet de territoire, nous sommes foutus. »

A propos de l’association Phare (Pour les Hautes-Alpes réussir ensemble), créée par les acteurs économiques du département à l’instigation de Stéphane Scarafagio, « nous progressons. Sur les stations, comme sur le projet Cœur de ville à Briançon, l’approche énergétique, etc. cela avance. Mais il faut réintroduire la culture du vivre-ensemble. » Le président rappelle la tenue en automne du salon Galaxie BTP. « Nous inviterons cette année les représentants des services publics. » Il annonce aussi le retour de la Batiski en janvier 2018. Une manifestation conviviale avec les entreprises autour de compétitions amicales de ski.
Avant de conclure par une note d’espoir : « Nous restons la première fédération du BTP de France, au regard de son taux de pénétration. Plus de 85 % des entreprises du département sont adhérentes à notre syndicat. »




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide