Fermer la publicité

Baticup : le vent contrarie la régate mais pas la bonne humeur

Bouches-du-Rhône le 13 septembre 2017 - Jean-Pierre ENAUT - Organisations professionnelles

Baticup : le vent contrarie la régate mais pas la bonne humeur
D.R. - Le Mistral a contrarié cette édition.

Evénement nautique très prisé, la Baticup Méditerranée participe à fédérer les professionnels liés à l'acte de bâtir le temps d'un week-end autour d'une compétition sportive. Cette année, la 13e édition, qui a rassemblé 51 équipages les 9 et 10 septembre, n'a pas tenu toutes ses promesses avec une seconde journée amputée à cause d'un fort mistral.

Au fil du temps, la Baticup Méditerranée, compétition nautique organisée à l’initiative de la Fédération du BTP des Bouches-du-Rhône (FBTP 13) avec l’appui de la Société nautique de Marseille (SNM), est devenue l’événement incontournable sur Marseille et la région. Entrepreneurs, architectes, bureaux d’études, fournisseurs se retrouvent, un week-end, le temps d’une compétition sportive, pour une régate professionnelle qui se déroule toujours dans un esprit vraiment convivial et festif. « C’est la deuxième régate corporative en France. La Baticup, qui est ouverte aux classes Osiris et IRC, est inscrite au calendrier de la Fédération française de voile », a rappelé Pierre Loffredo, son président depuis quatre ans. Si les conditions d’organisation sont toujours remarquables, les conditions météorologiques sont parfois capricieuses et, cette année, la compétition en a fait les frais puisque la régate a été amputée d’une journée.

Une régate professionnelle

Alliant compétitivité en mer et convivialité sur terre, la Baticup qui a été créée par Jacques Silve, à présent responsable des courses, est le premier événement nautique de la saison, une semaine avant la fameuse Juris’Cup. Cette année, ce sont plus de six cents passionnés qui se sont affrontés en mer sur 51 bateaux. A leur bord, des professionnels du bâtiment, des travaux publics et du secteur de la construction, mais aussi de valeureux architectes comme Jean-Fabrice Gallo ou Nicolas Magnan, associés à des sportifs émérites à l’image de Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2005. « C’est effectivement la première régate de la rentrée. Nous ouvrons les festivités nautiques avec une régate de qualité, associant fins régatiers et néophytes, et plusieurs étapes de détente ponctuées par une grande soirée festive », a confié Pierre Loffredo. Plusieurs navigateurs de renom ont apporté leur caution à cette régate au fil du temps comme Lionel Péan l’an dernier, Yves Le Blevec sur Actual ou encore Gildas Mahé qui a fait le tour du monde en solitaire.

Les organisateurs, partenaires et élus. (Photo D. R.)

Trop de Mistral...

Cependant, la Baticup a dû s’achever plus tôt que prévu. Le mistral soufflant trop fort a contraint les membres du comité de course à annuler la seconde manche et, a fortiori, à réduire la régate au seul parcours de 13 miles autour du Frioul. En dépit de cette déconvenue imposée aux régatiers, plusieurs concurrents ont fait preuve de pugnacité et se sont démarqués lors de cette épreuve, et dès lors au classement final. C’est en particulier SFS II, le Vor 70 du groupe Securities and Financial Solutions, mené par le skipper Lionel Péan, qui a remporté la première place dans la catégorie IRC. D’autres skippers ont brillé au classement comme Hervé Wattine sur Jefco-Cedap, Erik Lacoste à bord de Newtown Advantages et Frédéric Breysse sur Girard Vinci Construction dans les classes Han, 1, 2 et 3. Enfin, saluons la remarquable performance de l’architecte Nicolas Magnan arrivé second après Jean-Baptiste Ferand sur Atelier Renaissance et bien avant le skipper Dimitri Deruelle, arrivé seulement sixième dans cette catégorie (voir palmarès).

La première force économique

En l’absence de Philippe Deveau, président de la Fédération du BTP 13 retenu pour des raisons personnelles et familiales, Isabelle Longchampt, première vice-présidente de la fédération mais également présidente du SMTP 13* et du GEIQ**, s’est réjouie d’être aux côtés de Pierre Loffredo et de Pierre Sathal, président de la SNM. « Cette année est une année exceptionnelle car nous sommes inscrits au programme officiel des manifestations sportives de Marseille-Provence Capitale européenne du sport et nous avons le privilège d’avoir, à nos côtés, notre marraine Nathalie Benoit, vice-championne paralympique en 2012 en skiff et championne du monde en 2010 d’aviron. »
Au-delà, Isabelle Longchampt a rappelé qu’il s’agit avant tout d’un rassemblement de la profession des acteurs liés à l’acte de bâtir. « Le bâtiment et les travaux publics sont la première force économique du département. La Fédération du BTP 13 affiche aujourd’hui sa force et sa présence sur le territoire. Nous restons engagés sur les sujets de notre profession et nous sommes heureux aujourd’hui de noter quelques avancées symboliques, comme la clause Molière que nous défendons depuis le début. »

Une talentueuse marraine

Cette 13e édition a été marquée par la présence de Nathalie Benoit, championne du monde d’aviron handisport sur le lac Karapiro en Nouvelle-Zélande en 2010 et médaille d’argent (skiff bras épaule en aviron handisport) aux Jeux paralympiques à Londres en 2012. Pour elle, le monde de l’aviron et le monde du sport nautique partagent les mêmes sensations et les mêmes valeurs à savoir évasion, plaisir, émotion, goût de l’effort, dépassement de soi. « Je suis ravie d’être la marraine de cette régate, événement labellisé Marseille-Provence Capitale européenne du sport », a-t-elle confié. L’Aixoise professeur des écoles, atteinte d’une sclérose en plaques, qui réside aux Pennes-Mirabeau, s’adonne toujours avec pugnacité à sa discipline sportive. La sportive émérite qui avait eu l’idée de participer lorsqu’elle était jeune à la transat AG2R, course à la fois physique, technique et stratégique, a pris un grand plaisir à apporter son concours à cette 13e édition de la Baticup. « C’est un combat musclé et sympathique associant deux mondes distincts tels que le sport et l’entreprise, en dépit de conditions météorologiques difficiles et aléatoires », a-t-elle précisé.

Une belle réussite

Richard Miron, adjoint au maire délégué aux sports de la ville de Marseille, s’est félicité du succès de la Baticup qui s’inscrit dans le cadre de Marseille-Provence Capitale européenne du sport. « Cet événement récurrent permet de valoriser le sport et l’entreprise, et d’associer le sport, le bien-être, la performance, l’amitié et la famille. » C’est pour l’élu, également conseiller régional, président de la commission sport et bien-être, une réussite qui, selon lui, perdure et qui a du sens. « Ce sont des valeurs qu’il faut partager et préserver, et en particulier le respect des règles. »
Puis il a rappelé l’enjeu économique : « Le sport représente quelque 10 300 emplois et 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans la région. Ce sont plusieurs fleurons comme Beuchat, Gymnova, Technosport. C’est à Marseille que sont nées des disciplines comme la plongée, l’escalade et différents sports nautiques. C’est de surcroît cette année, le 130e anniversaire de la Société nautique de Marseille. » Pour Richard Miron, c’est un socle pertinent pour les Jeux olympiques en 2024 dont les compétitions de sports nautiques se tiendront dans la rade de la cité phocéenne. 

* Syndicat de la maçonnerie et des travaux publics des Bouches-du-Rhône (SMTP 13).
** Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide