Fermer la publicité

Assemblée des départements : Martine Vassal et l'UPE 13 interpellent Edouard Philippe

le - - Collectivités

Assemblée des départements : Martine Vassal et l'UPE 13 interpellent Edouard Philippe
J-P. Pierrat - Dominique Bussereau, président de l'ADF et Martine Vassal, la présidente du CD 13

Le 87e congrès de l'Assemblée des départements de France se poursuit ce 20 octobre à Marseille, avec la venue du Premier Ministre, annoncée pour midi. Une occasion pour Martine Vassal, la présidente du département des Bouches-du-Rhône de lui lancer un appel.

Alors qu'Edouard Philippe, le Premier Ministre est attendu à midi, ce 20 octobre, pour intervenir lors du 87e congrès de l'Assemblée des départements de France qui se tient à Marseille, Martine Vassal lui a lancé un appel afin de garantir de la stabilité aux départements et collectivités.

La présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône a rappelé que « depuis deux ans, nos résultats dans de nombreux domaines (l'emploi, la culture, l'éducation, le numérique...) ont démontré que notre département était innovant et à l'écoute des préoccupations des Provençaux. Son utilité n'est plus à démontrer. A ce titre, j'ai interpellé à plusieurs reprises le gouvernement afin de montrer combien les départements sont nécessaires et utiles pour le bon fonctionnement de notre pays ». Réagissant aux propos du ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, Martine Vassal a souligné le besoin de « stabilité pour agir efficacement au service de nos habitants et de nos territoires. Il semble que les préoccupations des départements aient été entendues. C'est un premier pas vers une confiance renouvelée entre l'Etat et les départements. J'attends que le Premier Ministre confirme demain, à l'occasion de son déplacement, la position exprimée par Jacques Mézard. Je souhaite également que le chef du gouvernement nous apporte des réponses très claires sur le financement des allocations de solidarité et sur la prise en charge des mineurs non accompagnés. »

L'UPE 13 attend le milliard promis à la métropole

De son côté, Johan Bencivenga, le président de l'Union pour l'entreprise des Bouches-du-Rhône a publié dans la presse une lettre ouverte à l'attention du Premier Ministre. Le patron des patrons lui demande où sont passés les 3 milliards promis par le gouvernement Ayrault à la métropole Aix-Marseille Provence, ou le milliard de Manuel Valls. « Monsieur le Premier ministre n'hésitez pas, montrez la voie, les entrepreneurs sont avec vous. Réduisez le nombre de collectivités locales, vous réduirez les coûts de fonctionnement et de fait la pression fiscale sur la population. 300 millions d'euros d'investissements par an pour une première décennie constitueraient un premier pas pour financer le plan mobilité, priorité essentielle de notre métropole, pour la population et l'économie ».

Les départements des acteurs majeurs

« C'est bien de s'être battus pour conserver les conseils départementaux, mais c'est encore mieux s'ils ont les moyens de poursuivre leurs missions », a souligné Jacques Mézard, lui-même ancien sénateur et élu local du Cantal pendant de nombreuses années.

« Ce sont des acteurs majeurs et essentiels de la vie de la république et de la cohésion des territoires », a-t-il encore affirmé sans vouloir cependant déflorer les réponses attendues du Premier Ministre, sur les interrogations que se posent les présidents et les élus des conseils départementaux de l'Hexagone. Ces derniers ont fait part de leurs inquiétudes à propos du financement des allocations individuelles de solidarité (RSA, APA…), qui plombent la dette de certains d'entre eux, de la prise en charge des migrants mineurs non accompagnés ou encore à propos de la reconduite du fonds d'urgence qui leur est dédié. A ce propos le ministre de la cohésion des territoires a juste laissé entendre que « l'Etat assumera ses responsabilités ».

A la veille de la venue du chef du gouvernement dans la cité phocéenne pour clore la manifestation, le ministre de la Cohésion des territoires a réclamé « une halte au feu et un moment de stabilité : le bigbang territorial, ça suffit ! », avant de rappeler que la loi NOTRe, dernière réforme territoriale en date, « a déjà été rectifiée sept fois… »




Jean Philippe PIERRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide